Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François Jean Baptiste MERCEUR

MERCEUR François (1901 - 1963) [3356] MERCEUR François, est né le 14 août 1901 à Milizac, paroisse du diocèse de Quimper, dans une famille nombreuse et profondément chrétienne. En effet, ses parents eurent cinq garçons dont trois devinrent prêtres et six filles dont deux se firent religieuses.
Add this
    MERCEUR

    François

    (1901 - 1963)

    [3356] MERCEUR François, est né le 14 août 1901 à Milizac, paroisse du diocèse de Quimper, dans une famille nombreuse et profondément chrétienne. En effet, ses parents eurent cinq garçons dont trois devinrent prêtres et six filles dont deux se firent religieuses.

    François fréquenta tout d'abord l'école primaire non loin de chez lui. Ensuite, il entra dans une école tenue par les frères des Ecoles Chrétiennes. Son grand oncle l'initia au latin. Puis le voici en 6ème, au Petit Séminaire diocésain. Nous sommes en 1915. En 1919, il arrive au Séminaire de Pont-Croix, en 1921, il en sort bachelier.

    Il a 20 ans, c'est alors le service militaire à Paris. Il fréquente durant ses temps libres le Séminaire de la rue du Bac où il est accueilli par le Père Fouque, en charge des missionnaires soldats. A la fin de son service, il revient à Quimper, puis il sollicite son admission à la rue du Bac, se souvenant certainement de l'accueil reçu. Nous sommes le 14 septembre 1924.

    Il est ordonné prêtre le 29 juin 1928 et il reçoit sa destination pour la Haute Birmanie. Parti le 9 septembre de Marseille, il arrive à Mandalay fin octobre 1928.

    Arrivé à Mandalay, il se met à l'étude de l'anglais, mais cela ne va pas loin. Au bout de quelques mois, il est envoyé à Bhamo, dans la plaine -plaine au climat malsain et aux maigres consolations apostoliques-. Nous sommes en 1929, il vient pour aider le Père Roche. La vie est difficile à tous points de vue.

    Dès 1929, il fait connaissance avec la fièvre et en 1930 avec l'hôpital. C'est alors le retour à Mandalay, puis à Maymyo. Malgré tout, le Père Merceur prend le dessus. Néanmoins, il est marqué profondément par la maladie et il est vieux avant l'âge.

    Il lui faut du repos, Mgr. de Guebriant, de passage, l'emmène avec lui à Hong-Kong. Il demeure ainsi à Béthanie.

    A son retour, Mgr. Falière l'oblige à résider à Bhamo même. En 1935, le Père retombe malade, cela traîne et en octobre 1936, il rentre en congé en France.

    A son retour de congé, le Père Merceur se trouve à l'orphelinat d'Amarapura. La région de Bhamo a en effet été cédée aux Pères de Saint Colimban. Après le 15 août 1938, il est envoyé à Mogok, puis en 1939, le Père Merceur se retire à Pangpao.

    1940, c'est la guerre. Le voilà chapelain à la léproserie de Mandalay. Ses loisirs, il les passent dans la lecture et le travail intellectuel. 1945, la guerre terminée, le Père Merceur peut reprendre la vie apostolique. Il est alors envoyé à Zaw-Gyi, village chrétien birman. Il s'y donne de tout coeur. En 1949, il a la joie d'initier son compatriote, le Père Hervé Nédélec, qui malheureusement mourra quelques années plus tard.

    Nous sommes en 1950, la maladie revient et cela le contraint à prendre un deuxième congé en France. Il en revient, retourne à son poste mais les forces lui manquent.

    En 1956, il se rend compte que le coeur le lache. Il revient donc à Amarapura. La maladie suit son chemin, six mois après, le Père doit se retirer à la léproserie. Il ne lui reste plus que la lecture et la prière. Il souffre beaucoup mais en silence. En 1960, il assiste avec joie à la retraite prêchée par le Père Harou de Bangalore. Il se prépare à sa rencontre avec le Seigneur. Et c'est le 4 février 1963 que le Père Merceur quitte définitivement cette terre.

    Les obsèques ont lieu à la léproserie sous la présidence de Mgr. U Win, premier archevêque autochtone de Birmanie. Le Père repose auprès de son jeune compatriote, le Père Nédélec.

    S'il fallait dresser un portrait du Père Merceur, en quelques mots nous pourrions dire qu'il fut un Thomiste d'éducation, Breton de tempérament, il avait le caractère d'un Prophète de l'Ancien Testament et il fut toujours un prêtre pieux, zélé et pauvre.





    Références biographiques
    AME 1928 p. 169. 1934 p. 220 (art.). 1935 p. 123 (art.). 1940 p. 91. CR 1928 p. 171. 1929 p. 188. 189. 1931 p. 231. 232. 1932 p. 256. 1933 p. 216. 1934 p. 195. 196. 1935 p. 200. 1936 p. 191. 1939 p. 181. 1948 p. 124. 1950 p. 110. 1958 p. 73. 1960 p. 77. 1961 p. 79. 80. 1962 p. 92. BME 1924 p. 615. 1928 p. 575. 636. 763. photo p. 720. 1931 p. 79. 847. photo p. 536. 1932 p. 70. 233. 1933 p. 100. 1934 p. 588. 1935 p. 373. 1936 p. 459. 532. 678. 761. 914. 1937 p. 77. 1938 p. 488. 783. 1940 p. 144. 1941 p. 118. 205. 636. 1948 p. 252. 1949 p. 448. 449. 1950 p. 131. 274. 465. 751. 1951 p. 261. 307. 368. 569. 1953 p. 55. 1954 p. 554. 1955 p. 365. 1956 p. 285. 792. 1957 p. 375. 882. 1959 p. 363. 1960 p. 877. 1961 p. 317. 389. 945. Epi 1963 p. 435. 1964 p. 141. Miss. d'Asie. 1950 p. 61. R. MEP. N° 127 p. 48. EC RBac N° 66. 157. 160. 346. 347. 369. 483. 494. 727.

    Notice nécrologique
    Epiphanie p. 149.

    • Numéro : 3356
    • Année : None