Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix isidore MENNETRIER

[3009] MENNETRIER Félix, Isidore Missionnaire Cambodge (Phnompenh) -------------------- Félix, Isidore MENNETRIER naquit le 28 décembre 1885 au Puits-des-Mèzes, diocèse de Langres, département de la Haute-Marne. Enfant d'une famille nombreuse, son oncle, curé à Villars, prit Félix chez lui dans l'intention de préparer son entrée à la maitrise de Langres. Une de ses tantes était religieuse.
Add this

    [3009] MENNETRIER Félix, Isidore

    Missionnaire

    Cambodge (Phnompenh)

    --------------------
    Félix, Isidore MENNETRIER naquit le 28 décembre 1885 au Puits-des-Mèzes, diocèse de Langres, département de la Haute-Marne. Enfant d'une famille nombreuse, son oncle, curé à Villars, prit Félix chez lui dans l'intention de préparer son entrée à la maitrise de Langres. Une de ses tantes était religieuse.

    De 1897 jusqu'en 1901, Félix fit ses études secondaires à la maitrise de Langres, y prit la soutane et y fut tonsuré. Il se dirigea ensuite vers le grand séminaire diocésain, où il resta quatre ans et y reçut les ordres mineurs, le 8 avril 1905.

    Le 11 septembre 1906, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 4 mars 1908, il fut envoyé à Rome comme compagnon du Procureur Général; il y reçut le diaconat le 4 avril 1908. De son séjour romain, il garda le goût des belles cérémonies et acquit une connaissance approfondie de la liturgie. Ordonné prêtre le 27 septembre 1908, il fut destiné au vicariat apostolique du Cambodge (Pnompenh) qu'il partit rejoindre le 2 décembre 1908.

    Arrivé dans sa mission, Mgr. Bouchut l'envoya à Banam, auprès de M.Pianet, pour se mettre à l'étude de la langue viêtnamienne, et faire sa formation pastorale. M.Mennetrier fit de rapides progrès; sa prononciation était claire, ses tournures de phrases justes, aussi très vite, il devint le bras droit de M. Pianet qui, fort absorbé par l'administration de la paroisse de Banam et de l'école des catéchistes, lui confia la responsabilité des petites chrétientés et des sept écoles.du district.

    Le 15 janvier 1915, M. Pianet mourut à Banam; quelques mois plus tard, M. Mennetrier qui n'avait jamais été soldat, fut mobilisé et affecté au 11ème régiment d'infanterie coloniale à Saïgon. En raison de sa bonne connaissance de la langue viêtnamienne, on le nomma interprète au Conseil de Guerre. Il baptisa quelques condamnés, fit rendre justice à certains autres faussement accusés, et aida le clergé de la cathédrale de Saïgon. Il fut démobilisé en juin 1916.

    De retour dans sa mission, il fut chargé de la chrétienté de Pralai-Méas et des chrétiens du Grand Lac. M.Arvieu avait fondé ce poste missionnaire en 1906 afin d'assurer les secours spirituels aux nombreux pêcheurs catholiques qui se rendaient au Tonlé-Sap durant la saison des basses eaux. Avec sa barque, M Mennetrier sillonnait le lac à la recherche des familles chrétiennes, et, esprit méthodique et précis, il envoyait un court rapport à tous les missionnaires dont ses chrétiens dépendaient. C'était un ministère fort pénible.

    En 1922, Mgr. Bouchut le rappela à Phnompenh comme professeur de philosophie au grand séminaire. Il y travailla pendant cinq ans. Le 21 juillet 1927, il fut intronisé comme curé à Méat-Krasa, à quelques kms de Phnompenh. Il y resta deux ans pendant lesquels il dota la paroisse d'une vaste église. Succédant à M. Poisnel, il fut installé le 9 février 1930, à Xom-Biên, ancienne chrétienté formée principalement par les viêtnamiens pêcheurs au Grand Lac. Il reprit contact avec eux, car il en avait connu un certain nombre à Pralai-Méas.

    Vers avril 1931, M.Thieux, procureur de la mission, rentra en France pour soigner ses rhumatismes. M. Mennetrier fut appelé à le remplacer dans cette charge. Mais, après son opération de l'appendicite, en septembre 1931, sa santé commença à décliner; quelques mois plus tard, il fut atteint de tuberculose pulmonaire, et condamné au repos complet.

    Déchargé de la Procure où M.Béquet lui succéda, M. Mennetrier se rendit à la clinique Angier à Saïgon, puis il fixa sa résidence en Basse-Cochinchine, non loin de Nanggu, où M.Collot, son compatriote, était chef de district. Le mal progressant et sa vue baissant, M. Mennetrier se retira à l'infirmerie de Cualogien où il passa environ une année, puis il revint à Phnompenh. C'est là qu'il s'éteignit le lundi de Pâques 22 avril 1935, un peu après une heure du matin.

    Le surlendemain, Mgr. Herrgott célébra la messe d'enterrement dans l'église de Russey-Keo et M. Collot fit la conduite du corps au cimetière du grand séminaire, où M. Mennetrier avait demandé à reposer.



    MENNETRIER Félix

    (1885-1935)


    [3009] MENNETRIER Félix.



    Références biographiques

    AME 1909 p. 53. 1913 p. 260. 1935 p. 137. CR 1908 p. 287. 1910 p. 202. 1912 p. 225. 1915 p. 232. 1917 p. 110. 1918 p. 88. 89. 1919 p. 88. 1920 p. 60. 1921 p. 99. 1932 p. 222. 1935 p. 162. 242. 326. BME 1924 p. 55. 570. 1925 p. 570. 1927 p. 573. 1928 photo p. 384. 1930 p. 248. 1931 p. 384. 844. 1932 p. 555. 1935 p. 445. EC1 N° 313.

    Mémorial MENNETRIER Félix, Isidore page 2
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    • Numéro : 3009
    • Année : None