Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Julien Henri MENEL

MENEL Julien (1857 - 1937)
Add this
    MENEL Julien

    (1857 - 1937)

    [1699] MENEL Julien, Henri, est né le 26 décembre 1857 à Prévinquières, dans la paroisse de Notre Dame de Ceignac, diocèse de Rodez (Aveyron). Il fit ses études primaires au village, puis à l'Institution St Joseph, que dirigeaient les Frères des Écoles chrétiennes à Rodez. Il fit ses études secondaires au Petit Séminaire St Pierre où il fut le condisciple du futur Cardinal Verdier. En raison d'un incident mineur de discipline, il dut quitter cet établissement et finit ses études à l'Institution des Sacrés Coeurs de Graves. Admis au Grand Séminaire de Rodez, il le quitta l'année suivante pour entrer au Séminaire des Missions Étrangères le 13 février 1883. Il fut ordonné prêtre le 26 septembre 1886 et partit le 3 novembre suivant pour la mission du Kouytchéou.

    Il arriva à Kweiyang le 30 mars 1887, et résida à l'évêché pour apprendre le chinois. Après quelques mois, il fut envoyé à Gangchouen, auprès du P. Lamy, où il put s'initier aux coutumes et usages du pays et poursuivre son étude du chinois. Il ne tarda pas à aller visiter les chrétiens de son vaste district, ainsi que les futurs postes de Kianglong et de Kouihoa, sur une étendue de 200 km de long et 60 de large. Il aimait rencontrer les vieux chrétiens, la plupart de race Dioi. Il passa dix ans, parcourant la région par monts et par vaux, le plus souvent à pied.

    En 1898, de nouveaux villages demandaient à se convertir un peu partout, dans la vaste sous-préfecture de Kouihoa. Cette région est très montagneuse et à cette époque les chemins n'existaient pas. Pendant 12 ans, le Père mena une existence très rude, vie de fatigue, de privations et de souffrances. Un très chaud soleil, des pluies diluviennes, la maladie ne l'ont jamais empêché de voyager de jour et de nuit, sans se soucier parfois de la présence du tigre dans la forêt. Cet animal, disait-il, ne fait du mal qu'à la canaille. En 12 ans, M. Menel put baptiser environ 800 catéchumènes.

    Il avait pris comme catéchistes quelques anciens chrétiens habitués à la pénible vie de ces campagne. Bientôt, ils se découragèrent en se voyant dans l'impossibilité de partager le dévouement et les privations de leur missionnaire. Ils le quittèrent et ce fut une cruelle épreuve pour le Père Menel; lui du moins ne regarda pas en arrière et remplaça de son mieux ces pusillanimes.

    Grand et vigoureux, comme un paysan montagnard, il arrivait déjà à la cinquantaine, et n'était plus très bon marcheur. Pourtant, à la demande d'un de ses jeunes confrères, il dut parcourir près de 400 km en onze étapes, dont les deux tiers à pied.

    Il approchait maintenant de la soixantaine, et ses jambes n'étaient plus souples comme autrefois. En 1914, à l'occasion des vides causés par la mobilisation, Mgr Seguin le nomma au poste plus important mais plus facile à administrer de Quangkochou. Pour lui, pas de repos, pas de retraite. Mais ce fut le Bon Dieu qui lui imposa.

    Le 12 juin 1932, M. Menel revenait de l'église lorsqu'arrivé au pied de l'escalier de sa résidence, il eut une syncope et tomba lourdement sur le pavé. Heureusement son voisin de district, M. Fortunat, se trouvait là. On le releva, on le porta sur son lit, où il resta sans conscience jusqu'au lendemain malgré les soins prodigués. Quand il voulut se lever, une violente douleur au genou et à la hanche droite l'en empêcha. Il avait le genou meurtri et le fémur déboîté. À Kweiyang, son inguérissable blessure s'améliora. Il devait rester encore 5 ans parmi ses confrères. Après cinq ans passés à Kweiyang, ses forces diminuèrent rapidement, et il sentit que sa dernière heure ne tarderait pas à sonner.

    Il rendit son âme à Dieu le 25 août 1937. Le 27 août, une immense foule de chrétiens accompagna sa dépouille mortelle au cimetière. Le Père Menel était âgé de 79 ans, dont 51 passés en Chine sans retour en France.


    Références bio-bibliographiques

    AME 1910 p. 113. 115. 116. 1936 p. 278. 1937 p. 285. CR 1886 p. 153. 1890 p. 306. 1892 p. 121. 128. 129. 1893 p. 140. 1894 p. 152. 153. 1895 p. 164. 1896 p. 135. 136. 1898 p. 121. 1899 p. 141. 1900 p. 122. 1901 p. 112. 1903 p. 114. 115. 1904 p. 129. 1905 p. 101. 1908 p. 108. 1909 p. 118. 1910 p. 118. 119. 1917 p. 61. 62. 1922 p. 69. 1932 p. 115. 116. 1937 p. 87. 234. 291. BME 1923 p. 443. photo p. 399. 1928 p. 103. 1929 p. 628. 1930 p. 48. 1932 p. 643. 855. 1933 p. 200. 1935 p. 592. 1936 p. 199. 518. 742. 1937 p. 722. EC1 N° 363.

    • Numéro : 1699
    • Année : None