Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André Joseph MASSON

[ 3169 ] MASSON André, Joseph, Benjamin, Louis Missionnaire Se-tchoan Méridional - Suifu - Ipin --------- André, Joseph, Benjamin, Louis MASSON naquit le 31 mars 1886, à Le Puy, paroisse Saint Laurent, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Après ses études primaires au Puy, il parcourut le cycle des études secondaires au collège Tivoli, à Bordeaux.
Add this

    [ 3169 ] MASSON André, Joseph, Benjamin, Louis

    Missionnaire

    Se-tchoan Méridional - Suifu - Ipin

    ---------

    André, Joseph, Benjamin, Louis MASSON naquit le 31 mars 1886, à Le Puy, paroisse Saint Laurent, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Après ses études primaires au Puy, il parcourut le cycle des études secondaires au collège Tivoli, à Bordeaux.

    Le 14 septembre 1907, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 27 septembre 1908, minoré le 23 septembre 1911, sous-diacre le 21 décembre 1912, diacre le 8 mars 1913, ordonné prêtre le 28 septembre 1913, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Se-tchoan Méridional (Suifu/Ipin), qu'il partit rejoindre le 10 décembre 1913.

    A son arrivée en mission, en 1914, M. Masson étudia la langue chinoise à Luchow, (Lou-tcheou), sur les bords du Fleuve Bleu, à l'est de Suifu, sous la direction de M. Louis Renault, futur vicaire apostolique. Il fit ses premières armes à Nei-kiang (Loui-kiang), au nord-est de Suifu, sur la route de Chungking à Chengtu, et fut chargé de ce district jusqu'en 1918.

    En 1914, Mgr. Fayolle étant tombé gravement malade au cours de sa tournée pastorale d'une durée de trois mois, dans une partie reculée de la mission, il l'accompagna jusqu'à Chungking et le conduisit à l'hôpital tenu en cette ville, par les Soeurs Franciscaines Missionnaires de Marie. En 1916, le district de Loui-kiang eut à souffrir de la présence des troupes yunnanaises, mais M.Masson étant intervenu, il n'y eût ni bombardements, ni luttes prolongées, ni perte de vies humaines. En 1917, les pillages étaient monnaie courante dans son district.

    En 1918, M. Masson fut transféré à Hong-ya, au nord-ouest de Suifu, dans la région de Kia-tin. Il écrivait dans son compte-rendu :...\ Du côté de Tien-li-tchang, les vols à main armée sont si fréquents que chrétiens et païens se réfugient, la nuit, dans les cavernes qui entourent leurs habitations.."

    En 1921-22, sa santé déficiente l'obligea à se rendre à l'hôpital catholique de Chengtu où il fit deux séjours. En 1923, un séminariste en probation à Hong-ya s'occupait de l'école de garçons ; celle des filles était tenue par une "vierge chrétienne" qui y enseignait depuis longtemps. L'année 1925 fut fertile en tribulations, perturbations et troubles politiques et militaires. Ainsi, M.Masson vit son cuisinier, qui faisait ses achats au marché, réquisitionné comme portefaix par des soldats. Une dizaine de jours après, par une nuit noire et pluvieuse, celui-ci réussit à s'évader ; couvert de boue, affamé, et épuisé il arriva à Kia-tin.

    Le 13 avril 1927, sur ordre du vicaire apostolique, et vu la gravité de la situation crée par la guerre entre généraux setchoanais et trois généraux en garnison à Luchow, M. Masson s'embarqua à Suifu pour se rendre à Shanghai. Après un arrêt forcé à Nachi, en raison du blocus de la ville de Luchow (Lou-tcheou) du 12 avril au 24 mai 1927, il réussit à atteindre Shanghai et à s'embarquer pour la France afin d'y faire soigner son foie et ses intestins, et subir une opération d'appendicite.

    Après un voyage de retour mouvementé, M. Masson arriva à Suifu le 16 mars 1929, et retourna à Loui-kiang (Nei-kiang) reprendre son ancien poste. Le 24 mai 1931, il fut heureux d'être délivré de ses hôtes, pas charmants du tout, un colonel et sa garde qui occupaient son oratoire et sa résidence depuis un mois et demi, ne lui laissant que la jouissance de sa chambre et de son bureau.

    En 1934, M.Masson fut nommé professeur puis supérieur du petit séminaire de Tiao-houang-leou. C'est là que le 28 septembre 1938, il célébra ses noces d'argent sacerdotales.

    En 1946, il devint assistant de M. Dumont, procureur de la mission. Puis, il se retira au grand séminaire à Ho-ti-keou. De passage à Suifu, vers janvier 1949, il prêcha la retraite annuelle aux Franciscaines Missionnaires de Marie.

    Arrivées en décembre 1949, dans le diocèse de Ipin (Suifu), les armées communistes "libérèrent" Suifu/Ipin, la ville épiscopale, le 11 décembre 1949. Expulsé de Chine, M. Masson arriva à Hong-Kong le 30 octobre 1951. Il s'embarqua le 8 décembre 1951, sur le "Félix Roussel", à destination de la France, où il débarqua le 7 janvier 1952.

    De 1953 à 1962, M. Masson fut professeur au petit séminaire de Digne, puis en 1962-63, il enseigna au collège St.Charles à Manosque. En 1963-64, il fut aumônier à St.Michel-le-Haut, Marnoz, dans le Jura. Il se retira enfin à Lauris en 1964. C'est là qu'il décéda le 4 juin 1966.


    Décembre 2000


    Mémorial MASSON André, Joseph, Benjamin, Louis page 2
    --------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 3169
    • Année : None