Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie MASSARD

[2747] MASSARD Jean-Marie Missionnaire Haut-Tonkin - Hung-Hoa ------------------ Jean-Marie MASSARD naquit le 17 juillet 1880, à Saint André le Puy, diocèse de Lyon, département de la Loire. Son père , modeste employé des chemins de fer, éleva chrétiennement une famille de dix enfants; une soeur de Jean-Marie devint Fille de la Charité de St.Vincent de Paul.
Add this
    [2747] MASSARD Jean-Marie

    Missionnaire

    Haut-Tonkin - Hung-Hoa

    ------------------

    Jean-Marie MASSARD naquit le 17 juillet 1880, à Saint André le Puy, diocèse de Lyon, département de la Loire. Son père , modeste employé des chemins de fer, éleva chrétiennement une famille de dix enfants; une soeur de Jean-Marie devint Fille de la Charité de St.Vincent de Paul.

    Jean-Marie fit ses études primaires à l'école communale de son village. Son curé lui enseigna les premiers éléments de latin, puis il le dirigea vers le petit séminaire de Montbrison où Jean-Marie fut admis en quatrième. En 1897, il fit ses études de philosophie, et reçut la tonsure au séminaire d'Alix, sous le supériorat de M. Verdier, futur cardinal-archevêque de Paris. En 1899, il passa au séminaire St. Irénée à Lyon où il fut minoré, le 8 juin 1900.

    Son service militaire accompli, il entra au séminaire des Missions Etrangères le 5 octobre 1901; sous-diacre, le 28 septembre 1902, diacre le 7 mars 1903, il fut ordonné prêtre le 21 juin 1903; ayant reçu sa destination pour le vicariat apostolique du Haut-Tonkin (Hung-Hoa), il partit rejoindre sa mission le 5 août 1903, en compagnie de M. Louis Chabert, avec lequel il restera lié par une forte amitié.

    Arrivé le 20 septembre 1903, à Hung-Hoa, M. Massard commença à l'evêché, l'étude de la langue viêtnamienne. En janvier 1905, Mgr. Ramond l'envoya dans la paroisse de Nô-Luc, dans la région de Yên-Bay, comme auxiliaire de M. Hue, provicaire. En mars 1906, M.Jordan, titulaire des postes de Son-Tây et Bach-Lôc, chrétienté à quelques kms au sud de Sontây, tomba malade. M. Massard fut désigné pour le remplacer provisoirement. Mais ce provisoire dura plus de quarante ans !.

    A cette époque, il y eût dans la région, une fort attrait pour le christianisme. M. Massard fonda des chrétientés nouvelles, se donnant tout entier à la formation des nouveaux chrétiens et à l'instruction des catéchumènes. Chaque année, il présenta un chiffre important de baptêmes d'adultes; il organisa des catéchuménats, visita ses nombreuses stations, construisant en chacune d'elle, une église convenable. Il sut apprécier l'aide apportée par les Soeurs de St. Paul de Chartres qui, en 1909, à Son-Tây, avaient déjà en charge l'hôpital autochtone, un ouvroir dirigé par une soeur viêtnamienne qui enseignait la broderie aux jeunes filles, et une maison refuge pour une vingtaine de personnes atteintes de troubles mentaux.

    En 1910, afin d'y élever un monument commémoratif, M. Massard fit l'acquisition, à la sortie de la ville, du terrain situé en bordure de la route Son-Tây-Hanoï, où les martyrs avaient été suppliciés. En 1926, il répara et embellit l'intérieur de l'église de Sontây, en 1930, il en ravala l'extérieur, tandis que, l'année précédente, il projetait d'ouvrir une école pour les garçons.

    Au mois de juillet 1928, M. Massard redonna vie à la chrétienté de Hat-Môn. Près de ce village de plus de cinq mille habitants, situé au confluent du Dai et du Fleuve Rouge, les deux soeurs Trung-Trac et Trung Nhi, héroïnes tonkinoises, vers 43 avant J.C., s'étaient jetées dans le fleuve, pour ne pas tomber vivantes entre les mains du général chinois Ma-Viên. A Hat-Mon, une pagode garde leur souvenir. Lors des persécutions de 1860, ce village comptait deux cents fidèles environ. Des chrétiens y versèrent leur sang et le lieu de leur supplice a toujours porté le nom de \cimetière des chrétiens". En avril 1929, M. Massard pût élever à Hat-Mon , non sans difficultés, une chapelle où, en septembre 1929, il baptisa une soixantaine de catéchumènes, tandis que plus de cinq cents autres se préparaient à devenir chrétiens, et que deux ou trois villages des environs les imitaient. Dans la suite, cette chrétienté lui donna de grands espoirs mais aussi de nombreux soucis.

    Le 19 Juin 1928, M. Massard fêta, à Son-Tây, ses noces d'argent sacerdotales. A cette occasion, ses chrétiens lui témoignèrent leurs sentiments de gratidude. En 1931, la chrétienté de Xuân-Van, fondée en 1887 vit augmenter de façon notable le nombre de ses chrétiens. Le 5 février 1932, M.Massard eût la joie de recevoir Mgr. de Guébriant et de lui présenter les diverses oeuvres de ce centre. Là où en 1895, il n'y avait que quelques postes missionnaires, en 1937 les districts de Son-Tây et de Bach-Lôc, malgré brimades et vexations, comptaient 5670 chrétiens répartis en 44 chrétientés. Cette même année, il encouragea les soeurs de St. Paul de Chartres d'ouvrir, à Son-Tây, un juvénat avec une trentaine de jeunes filles de 16 à 18 ans.

    En 1938, laissant au clergé viêtnamien le soin des anciennes chrétientés, il s'occupa des néophytes; mais l'évènement le plus marquant fut la célébration d'un triduum à l'occasion du centenaire du martyre, à Sontay, de St.Jean-Charles.Cornay, et des saints catéchistes Duong, My, Truât, arrêtés en même temps que lui. Le 3 décembre 1938, une messe pontificale fut célébrée à Bach-Lôc,car, jadis, les habitants de ce village avaient recueilli les dépouilles des martyrs au lieu même de leur supplice. Le lendemain, ce fut la clôture solennelle à Son-Tây. M.Massard lança le projet de remplacer le modeste monument en l'honneur des martyrs par un autre plus grandiose. M. Pierchon en dressa le plan. Ce nouveau monument élevé à la mémoire de tous les martyrs qui moururent pour la foi, à Son-Tây, fut inauguré solennellement le dimanche 26 novembre 1939 et bénit par Mgr.Drapier, Délégué Apostolique.

    En janvier 1940, M.Massard quitta Son-Tây pour Yên-Bai où il restaura le presbytère et ses dépendances; il jeta les bases de la fondation du couvent des Amantes de la Croix. M.Cornille étant décédé le 22 mars 1943, M. Massard retrouva la paroisse de Son-tây. En novembre 1945, les évènements le contraignirent à rejoindre Hanoï où il remplit les fonctions d'aumônier à l'asile St.Antoine qui comptait environ un millier de pensionnaires, tenu par les soeurs de St.Paul de Chartres. Il y resta jusqu'au 29 mars 1949, date à laquelle M.Gautier, provicaire, le ramena dans sa paroisse de Son-Tây. Bien que logé à l'étroit, l'armée occupant les bâtiments de la mission, il fut très heureux de recevoir comme vicaire M.François Claudel, puis, M. Guerry, en avril 1950.

    M.Massard était un homme affable et très accueillant; bien des rencontres mensuelles se faisaient dans son "hôtel du Sud" à Son-Tây, puis dans son "hôtel du Nord" à Yên-Bai. Toujours disponible pour prêcher des retraites, Il participait régulièrement aux réunions de missionnaires à l'Evêché; c'était l'occasion d'échanger des nouvelles avec M. Chabert, car tous les deux formaient l'Agence "Cha-Mas" fort appréciée des confrères.

    Le 1er mai 1950, il fut élu "délégué suppléant" pour l'Assemblée Générale de la Société. En Juin 1950, le "bon M.Massard" épuisé,.quitta définitivement Son-Tây, regagna Hanoï et le 9 juillet 1950, s'embarqua sur le "Cap Tourane". Arrivé à Marseille le 17 août suivant,. Il se retira à Montbeton où il décéda le 31 janvier 1951



    Références bibliographiques

    AME 1903 p. 378. CR 1903 p. 306. 1906 p. 366. 1907 p. 188. 1908 p. 168. 1909 p. 158. 1910 p. 165. 1911 p. 150. 1912 p. 190. 1913 p. 203. 349. 1915 p. 96. 1916 p. 114. 1918 p. 69. 1919 p. 71. 1922 p. 95. 1923 p. 107. 108. 1924 p. 86. 1925 p. 92. 1926 p. 102. 103. 1927 p. 98. 1928 p. 103. 1929 p. 136. 138. 1930 p. 158sq. 1931 p. 150. 336. 1932 p. 183. 184. 1933 p. 136. 137. 1934 p. 132. 287. 1935 p. 129. 1936 p. 125. 1937 p. 130. 131. 1938 p. 132. 133. 1939 p. 119. 122. 1949 p. 86. 163. 180. 184. 191. 207. 1950 p. 131. 142. BME 1922 p. 174. 1928 p. 498. 1929 p. 634. 755. 1930 p. 54. 375. 493. 1931 p. 68. 295. 376. 839. 1932 p. 212. 295. 627. 1933 p. 61. 206. 207. 294. 700. 938. 1934 p. 715. 797. 1935 p. 59. 130. 202. 1937 p. 134. 1938 p. 478. 482. 764. 1939 p. 61. 137. 208. 520. 661. 1940 p. 129. 132. 354. 561. 623. 1941 p. 628. 629. 1948 p. 90. 1949 p. 115. 245. 309. 311. 437. 438. 441. 526. 592. 594. 652. 709. 782. photo p. 440. 1950 p. 125. 198. 339. 340. 393. 395. 454. 509. 567. photo p. 268. 1951 p. 200. 201. 205. 238. 694. 1954 p. 605. EC1 N° 485. 491.


    "
    • Numéro : 2747
    • Année : None