Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Joseph MARTY

[ 2818 ] MARTY Jean-Joseph Missionnaire Tonkin Occidental - Hanoï ------------- Jean-Joseph MARTY naquit le 14 Novembre 1879, à Villebrumier, diocèse de Montauban, département du Tarn-et-Garonne.
Add this

    [ 2818 ] MARTY Jean-Joseph

    Missionnaire

    Tonkin Occidental - Hanoï

    -------------

    Jean-Joseph MARTY naquit le 14 Novembre 1879, à Villebrumier, diocèse de Montauban, département du Tarn-et-Garonne.

    Le 15 Février 1900, il entra,laïque, au Séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 22 février 1902, minoré le 7 mars 1903, sous-diacre le 27 février 1904, diacre le 28 mai 1904, il fut ordonné prêtre le 26 juin 1904, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï), qu'il partit rejoindre le 26 avril 1905.

    Arrivé dans sa mission, il passa un certain temps à la communauté missionnaire de Ke-So pour étudier les premiers éléments de la langue viêtnamienne. A la fin de 1905, il fut envoyé au Lac-Tho rejoindre M. Albert de Cooman, vicaire de M. Brisson en congé. Il y resta jusqu'au début de 1908.

    A la fin de 1906, M. Le Page quitta Go-Coi (Tân-Hôi), en territoire \Muong". Il y fut remplacé en 1907 par M. Villebonnet. La fièvre et surtout les besoins de la ville de Nam-Dinh auxquels M.Renault ne pouvait plus suffire, ne lui permirent pas de travailler longtemps dans ce poste. En 1908, M. Marty lui succéda; celui-ci continua l'oeuvre de M. Le Page avec la même ardeur, et la même méthode: s'installer dans les villages où il y avait espoir d'évangélisation. Go-Coi, Gao, Ao-Giang augmentèrent en nombre et en ferveur.

    M. Marty songeait déjà à évangéliser les populations montagnardes "Muong" de la province de Hoa-Binh. De Go-Coi, il en voyait les montagnes à 4 kms, et dans ses voyages, il en avait rencontré les habitants. Au sud, dans le district de M. Le Page, établi définitivement à Thuong-Lam, en 1909, plusieurs villages "Muong" étaient déjà catéchumènes.

    En 1911, un groupe de montagnards "Muong" du village de Dôn-Van, dans la sous-préfecture de Luong-Son, vint demander à M. Marty de devenir chrétiens; les villages de Ngam, Nganh, Dà-Bac, entrèrent aussi en catéchuménat. Mais leur instruction n'avança que lentement à cause du tempérament instable et nonchalant de cette population; de plus, en raison de l'insalubrité du pays, les catéchistes ne pouvaient y séjourner que pendant la saison froide. Deux d'entre eux avaient déjà été emportés par la fièvre des bois.

    M.Marty parcourut les vallées, multiplia les contacts et apprit à mieux connaitre les "Muong" avec leurs qualités et leurs défauts. Il chercha à avoir les meilleures relations avec tous, mais il eût à soutenir des luttes très éprouvantes contre les "thô-lang", chefs d'un ou de plusieurs villages, maitres de toutes les terres, de vrais seigneurs féodaux, tout puissants. Ceux-ci ne virent pas d'un bon oeil l'arrivée du missionnaire. Quelques semaines après le baptême des catéchumènes de Dôn-Van, le "thô-lang" en fit emprisonner quatre, qui furent mis à la cangue, et dont l'un mourut de mort mystérieuse. Pour M. Marty, que de voyages au chef-lieu de district ou de la province pour expliquer, réclamer justice pour lui et pour ses chrétiens.

    Avant d'aller habiter au milieu des "Muong", M. Marty installa le poste de Go-Coi encore appelé Tân-Hôi. Il bâtit une église solide, digne, et vaste, grâce à des dons et en menant une vie d'anachorète. Il édifia une résidence convenable. En 1919, laissant Go-Coi au P. Hiêu, il partit vivre à Dôn-Vân. Les catéchumènes devinrent nombreux; Muong-Sang, à l'extrémité ouest de la Mission dans la Haute vallée du fleuve Kim-Bôi, les villages de Dam, Rêch,Bang-Gà demandèrent à se faire chrétiens. Par crainte des représailles des "Thô-lang", tous n'allèrent pas jusqu'au baptême. Mais M. Marty garda confiance et lutta avec ce même sang-froid dont il fit preuve à Dôn-Van, le dimanche 4 février 1923, lors d'une battue contre un tigre furieux. Pour refaire sa santé, il séjourna en France du 11 Juin 1925 jusqu'en octobre 1926. A son retour,il retrouva son poste de Dôn-Vân, et en 1928, il y ajouta l'administration temporaire du district de M.Hébrard,parti en congé.

    En 1930, malgré le décès de deux catéchistes, la famine, une épidémie de variole, les progrès lents de ses chrétiens "Muong", M.Marty reçut de nombreuses demandes d'entrée en catéchuménat. L'année suivante le mouvement s'amplifia. Après l'ouest de Dôn-Vân, c'etait le nord qui demandait à se faire chrétien. En 1932, M.Giraud vint aider M. Marty. Après Pâques de cette même année, Mgr. Gendreau baptisa et confirma les 80 premiers chrétiens de Dông-Gôi. Peu après, M.Marty céda à M.Giraud Dôn-Vân et les chrétientés environnantes, et il partit s'installer à Dông-Gôi, où il construisit une petite église, et une résidence plus confortable, car il était devenu frileux.

    Homme de foi, évangélisateur au coeur généreux, il avança de plus en plus dans la région montagneuse, jusqu'à l'extrême nord du Vicariat. Nombreuses furent les demandes d'entrée en catéchuménat. Il fonda les petites chrétientés de Hôi, de Ruc. Plusieurs fois par an, Il visitait ses centres chrétiens pour soutenir les chrétiens. Il organisa une petite école pour les enfants "Muong" où il enseignait lui-même, quand il était chez lui.

    En juin 1940, fatigué, il descendit à Hanoï, et fut contraint à entrer à la clinique St. Paul. Vers la fin de 1941, malgré l'insécurité des routes de montagnes, un confrère alla le chercher chez lui,en voiture. M. Marty, appelant deux porteurs qu'il avait prévus à l'avance, se fit transporter en filet jusqu'à l'auto qui l'attendait à 5 kms, sur la route Hanoï-HoaBinh.

    Admis immédiatement à la clinique, dès les premières injections de quinine, il devint totalement sourd. Il reçut les derniers sacrements avec une grande ferveur, puis il tomba dans une sorte de coma, et au lendemain de Noël, il expira le 26 décembre 1941.

    Références bibliographiques

    AME 1905 p. 375. 1913 p. 102. 1923 p. 110. CR 1905 p. 288. 1909 p. 147. 1911 p. 133. 1912 p. 175. 1913 p. 190. 191. 1917 p. 78. 1919 p. 65. 1921 p. 70. 1922 p. 89. 1923 p. 103. 1924 p. 80. 1927 p. 89. 1928 p. 95. 96. 1929 p. 127. 1930 p. 146. 1931 p. 138. 1932 p. 168. 1933 p. 128. 1934 p. 126. 1936 p. 116. 117. 1937 p. 120. 1939 p. 110. 1947 p. 219. 220. 349. BME 1923 p. 193. 258. 1924 p. 119. 1925 p. 370. 1926 p. 456. 1929 p. 688. 1930 p. 212. 1932 p. 46. 782. 1933 p. 294. 936. 1935 p. 438. 741. 1937 p. 204. 1938 p. 97. 149. 151. photo p. 253. 1937 p. 260. 478. 1937 p. 843. 1939 p. 426. 1940 p. 53. 94. 206. 498. 1941 p. 108. 268. 636. 1948 p. 53. 235. MC 1923 p. 246. EC1 N° 87. 101. 108. 117. 118. 431.


    Janvier 1995

    Mémorial MARTY Jean-Joseph page


    "
    • Numéro : 2818
    • Année : None