Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Philibert Pierre MARTIN

MARTIN Philibert (1920 - 1973) [3702] MARTIN Philibert, Pierre, est né le 17 novembre 1920 à Grèzes, au diocèse du Puy (Haute-Loire). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de la Chartreuse puis entre au Grand Séminaire du Puy (1938-1941). Il entre acolyte au Séminaire des Missions Etrangères le 2 avril 1942 et est ordonné prêtre le 29 juin 1943.
Add this
    MARTIN

    Philibert

    (1920 - 1973)

    [3702] MARTIN Philibert, Pierre, est né le 17 novembre 1920 à Grèzes, au diocèse du Puy (Haute-Loire). Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de la Chartreuse puis entre au Grand Séminaire du Puy (1938-1941). Il entre acolyte au Séminaire des Missions Etrangères le 2 avril 1942 et est ordonné prêtre le 29 juin 1943.

    Destiné le 15 avril 1944 à la Mission de Thanh-Hoa, au Nord-Viêt Nam, il part comme aumônier militaire le 1er novembre 1945. Démobilisé le 1er février 1949, il se rend dans le district de Sam Neua. Il y étudie la langue sous la direction du Père Sac, un prêtre viêtnamien. Le Père Martin sera seul dans ce district pendant un certain temps jusqu'à ce qu'en 1950, le Père Mironneau vienne le rejoindre. Le Père Martin se dépense sans compter, réconfortant la population, soulageant les misères, relevant les ruines causées par la guerre. Fin 1952, les Pères Donjon et Mironneau sont évacués d'office sur Hanoï et le Père Martin est seul à nouveau avec le Père Thien, qui réside à 80 kms de chez lui. En 1953, les troupes viêtminh arrivent en force ; le Père Martin est fait prisonnier. Il ne sera relâché qu'après les accords de Genève en août 1954, après 16 mois de captivité dans la forêt. Entre temps, son compagnon, le Père Thien, a été décapité le 2 juin 1954. A sa libération, le Père Martin prend un congé à partir d'août 1954, puis repart pour le Laos. Tout en étant affecté au vicariat de Thakhek, il va aider les Pères Oblats à Sam Neua pendant deux ans.

    Fin 1959, le Père Martin est nommé à Saravane, au Sud du pays, puis doit se réfugier à Paksé en 1968. Retourné à Saravan, il ne peut y rester et revient à Paksé où il s'occupe des chrétiens réfugiés. Il prend un nouveau congé en 1972. En janvier 1973, il fait une mauvaise chute de moto dont il ne se remettra pas. Malgré les soins donnés tant à Bangkok qu'à Paris, il meurt le 12 juillet 1973, laissant à tous le témoignage d'une vie entièrement donnée à Dieu, à l'Eglise et aux pauvres.





    Références biographiques
    CR 1947 p. 125. 1950 p. 72. 1952 p. 34. 1953 p. 30. 42. 1954 p. 40. et note. 1955 p. 51. 1957 p. 59. 1958 p. 57. 1960 p. 62. 1961 p. 61. 1962 p. 73. 1963 p. 83. 84. 1964 p. 47. 48. 1965 p. 94. 95. 1966 p. 116. 1967 p. 83. 85. 1969 p. 84. 86. 88. BME 1948 p. 246. 1949 p. 381. 711. 712. 1950 p. 27. 129. 388. 509. 692. 1951 p. 129. 429. 1952 p. 479. 1953 p. 105. 106. 478. 510. 784. 910. 1954 p. 268. 272. 491. 702. 1014. 1053. 1145. photo p. 262. 1955 p. 87. 567. 1027. 1030. 1956 p. 274. 562. 662. 1957 p. 1092. 1960 p. 176. 405-416. 305. 310. 311. 1961 p. 386. 681. 683. Epi 1962 p. 800. 1964 p. 130. 1965 p. 313. EC RBac N° 431. 436. 441. 538. 545. 555. 564. 567. 578. 592. 637. 745. 756. EC2 N° 9 p. 284. - 15 p. 22. - 34 p. 245. - 53/C2. - 59/C2. - 63/C2. - 66/C2. 234. - N° 67/C2. - 69 p. 245. 340. 342. ME1 1961 N° 116 p. 8. - 118 p. 32. - 1965 N° 141 p. 43.

    • Numéro : 3702
    • Année : None