Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul JosephMarie MARTIN

[2269] MARTIN Paul, Joseph, Marie Missionnaire Cambodge (Phnompenh) ----------
Add this
    [2269] MARTIN Paul, Joseph, Marie

    Missionnaire

    Cambodge (Phnompenh)

    ----------

    Paul, Joseph, Marie MARTIN naquit le 23 janvier 1873, à Avranches, diocèse de Coutances, département de la Manche. Il fut baptisé le surlendemain de sa naissance, dans l'église de Saint Saturnin, à Avranches. Son père Armand et sa mère Elisabeth Boutelou tenaient un commerce de tapisserie et d'ameublement. Ils eurent quatre enfants dont deux devinrent prêtres, l'un, Paul, au service des missions, l'autre, Henry, dans son diocèse. Armand et Elisabeth fondèrent deux foyers: le premier donna un missionnaire, Martin Paul, Marie, Joseph, parti le 28 avril 1930 pour Bangklok, le second un religieux capucin. Un oncle, frère de sa mère, le P. Boutelou, missionnaire en Amérique, vint en France au moment où Paul Joseph fit sa première communion..

    Paul, Joseph, Marie fit ses études primaires chez les Frères des Ecoles Chrétiennes. Il prit des leçons de latin chez l'abbé Rabec, vicaire à Saint Saturnin, et en octobre 1886, il entra en cinquième au petit séminaire de l'Abbaye Blanche, à Mortain. Excellent élève, en 1891, il en sortit bachelier. En octobre de cette même année, il se dirigea vers le grand séminaire de Coutances où Mgr.Grente, futur évêque du Mans fut son condisciple. Sa première année de séminaire terminée, il devança l'appel pour le service militaire et s'engagea à Granville. En octobre 1893, il commença sa première année de théologie à Coutances; il rencontra un membre de la Société des Missions Etrangères de passage au séminaire diocésain, puis, le 29 juin 1894, il reçut la tonsure.

    Le 14 septembre 1894, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 21 septembre 1895, sous-diacre le 29 février 1896, diacre le 28 juin 1896, il fut ordonné prêtre le 27 septembre 1896 par Mgr.Jourdan de la Passardière. Le jour même, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Cambodge (Phnompenh) qu'il partit rejoindre le 18 novembre 1896.

    Mgr. Grosgeorge, nommé vicaire apostolique du Cambodge le 28 janvier l896, et sacré évêque le 24 mai suivant envoya M.Paul Martin apprendre la langue viêtnamienne à Banam, chez M. Henri Pianet, chef de ce district. Grâce à son travail et à sa ténacité, le nouveau missionnaire arriva très vite à parler le viêtnamien d'une façon distinguée et très claire.

    En octobre 1897, Mgr. Grosgeorge confia à M. Paul Martin l'importante chrétienté de Xom-Biên, en cambodgien Chrui-Changwar, située dans une presqu'île en face de Phnompenh. A cette époque, cette communauté d'environ 1500 chrétiens d'origine viêtnamienne, se composait, pour moitié de charpentiers et constructeurs de jonques et pour moitié de pêcheurs qui se rendaient au Tonlé-Sap (Grand Lac), pendant les six mois des basses eaux. Pendant huit ans, M.Paul Martin visita régulièremnt ces campements de pêcheurs installés sur des radeaux de bambous; puis, un autre missionnaire fut spécialement chargé du district du Tonlé-Sap.

    En 1902-1903,il construisit une nouvelle église à Xom-Biên. Il développa la chrétienté de Chruey-krabau; en 1901, il fonda celle de Pre-kan-chanh, en 1905, celle de Péam-Phoca-Moréch, en 1906, celle de Prek-Kahe, en 1908, celle de Péam-Chikang. Trois fois par an, il en assurait l'administration spirituelle. En 1904, il fit celle de Pursat. Après vingt-trois ans d'un tel labeur, il prit un congé en France où il fêta ses noces d'argent sacerdotales.

    Le 10 novembre 1922, il regagna sa mission. Sur sa demande, déchargé de la chrétienté de Xom-Biên, il ne conserva que les chrétientés situées sur le Grand Fleuve (Mékong) auxquelles il adjoignit quatre groupes de chrétiens tonkinois. employés dans les plantations d'hévéa de la province de Kompong-Cham. Après la mort de M.J.B Vauzelle, le 4 mars 1926, il prit en charge le poste de Meàt-Krésar, devenu vacant, ce qui porta le nombre de ses chrétientés à une bonne douzaine, échelonnées sur les deux rives du Mékong et sur une longueur de plus de cent kilomètres.

    En 1929, il partit en France espérant refaire sa santé. De retour dans sa mission, en janvier 1931, il reprit ses activités. Mais au bout de quelques mois, de fortes douleurs intestinales l'obligèrent à quitter son poste, et à se rendre à Phnompenh. Le docteur diagnostiqua une crise d'appendicite compliquée d'occlusion intestinale et de péritonite. Le mardi 28 juin 1932, M. Paul Joseph Marie Martin demanda les derniers sacrements. Son neveu M.Martin Paul, Marie, Joseph, missionnaire à Bangkok, averti par télégramme, put passer deux jours et demi au chevet de son oncle. Le dimanche 3 juillet 1932, en quelques minutes, M.Paul Joseph Marie Martin rendit son âme à Dieu, assisté de MM.Lozey et Martin, son neveu.

    Son corps fut exposé, le dimanche, dans le salon du presbytère du Sacré-Coeur, puis mis en bière et transporté dans le salon de l'Evêché. Ses obsèques furent présidées par son neveu, le mardi 5 juillet 1932, en l'église cathédrale, puis sa dépouille mortelle fut transportée sur un bac aménagé jusqu'à l'église de Xom-Biên où une absoute fut encore donnée. Enfin, l'inhumation eût lieu au pied de la croix du cimetière paroissial.de Xom-Biên.



    Références bibliographiques

    AME 1896 p. 623. 1913 p. 256. 257. 260. 1932 p. 246. CR 1896 p. 332. 1898 p. 184. 1903 p. 210. 211. 212. 1904 p. 203. 1906 p. 185. 1908 p. 202. 1910 p. 201. 1911 p. 184. 1912 p. 224. 1913 p. 243. 1917 p. 103. 1928 p. 123. 124. 1932 p. 221. 222. 312. 392. 1933 p. 344. BME 1922 p. 427. 1923 p. 59. 65. 129. 1926 p. 450. 1931 p. 85. 161. 1932 p. 629. EC1 N° 7. 16. 26. 176. 179. 197. 208. 209. 248.



    • Numéro : 2269
    • Année : None