Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Léon MARIE

[ 2457 ] MARIE Louis, Léon Missionnaire Etablissements Communs --------- Louis, Léon MARIE naquit le 5 février 1871, à Canon près de Mézidon, diocèse de Bayeux, département du Calvados. Ses parents étaient de modestes cultivateurs ; il avait une soeur plus jeune que lui.
Add this
    [ 2457 ] MARIE Louis, Léon

    Missionnaire

    Etablissements Communs

    ---------

    Louis, Léon MARIE naquit le 5 février 1871, à Canon près de Mézidon, diocèse de Bayeux, département du Calvados. Ses parents étaient de modestes cultivateurs ; il avait une soeur plus jeune que lui.

    Il fit ses études primaires à Ecajeul, commune voisine de Canon, puis à Vendeuvre, près de Saint Pierre sur Dives. Attiré par le sacerdoce, il commença ses études secondaires à la maison des vocations tardives de Chantepie, dans le diocèse de Rennes, et les poursuivit au collège des Eudistes à Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine.

    Le 13 septembre 1895, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 26 septembre 1896, minoré le 26 septembre 1897, sous-diacre le 24 septembre 1898, diacre le 25 février 1899, il fut ordonné prêtre le 15 juin 1899. Le premier et aussi le dernier dans les Annales de la Société, il fut affecté directement au sanatorium de Béthanie, à Hong-Kong, pour y remplacer M.Jules Beaublat nommé au service des Procures. Le 2 août 1899, il quitta la France qu'il ne revit jamais.

    A Béthanie, M. Louis Marie trouva comme supérieur du sanatorium, M. Holhann, détaché de la maison de Nazareth ; il devint son assistant, et le Fr.Joseph Gendron son auxiliaire . En 1903, la direction de Béthanie lui fut confiée; il resta seul avec Joseph, le frère Coadjuteur, pour s'occuper des pensionnaires.

    A plusieurs reprises, M. Louis Marie avait fait part à ses supérieurs de son désir d'être déchargé d'un fardeau qui lui paraissait trop lourd. Il demanda à Mgr. Mérel, vicaire apostolique du Kouang-tong de l'accepter dans sa mission, et de lui confier un poste dans la partie orientale de son vicariat, dans le voisinage de son ami M. Jean Lasportes, chef du district de Tae-Yong. Mgr. Mérel accepta cette proposition, et l'envoya en pays Hak-ka, à Lao-Lung, un gros marché du Lung-tchong.

    Le 9 Février 1910, avec l'autorisation de Mgr. Pierre Gendreau, vicaire apostolique du Tonkin Occidental, M. Fillastre lui succéda et prit la direction de Béthanie. En octobre 1913, ce dernier remit sa démission et rentra en France. M. Louis Marie accepta de reprendre la charge de supérieur de Béthanie dont il s'était acquitté à la satisfaction de tous. Resté attaché de coeur à Lao-lung et au district de Tae-Yong, il aimait aller y passer ses vacances annuelles.

    En 1916, ayant obtenu un sursis d'appel sous les drapeaux, M. Louis Marie continua à prodiguer ses soins aux confrères venant chercher à Béthanie guérison, convalescence ou repos, et à rendre fidèlement compte à leur supérieur de l'état de santé et des derniers moments de ceux qui décédaient. Le 12 septembre 1923, la mort lui ravit le Frère Joseph, son assistant.

    Le 4 octobre 1925, fut célébrée dans l'intimité le 50ème anniversaire de la fondation de Béthanie. M. Robert évoqua le souvenir de ceux qui avaient dirigé cet établissement, et présenta les félicitations et les remerciements de toute la Société à M. Louis Marie qui, depuis 25 ans, se dévouait au service des confrères infirmes et malades.

    En 1935, M. Bos du vicariat apostolique de Vinh, succéda à M. Louis Marie à la tête de la maison de Béthanie. Ce dernier partit pour Swatow où il assista au sacre de Mgr. Charles Vogel, le 1er mai 1935, en l'église de Chaochowfu. Au début de juillet 1935, renonçant à ses vacances, il se rendit à Chong-san, auprès de M. Thiollière très fatigué ; il se fit son infirmier bénévole, et l'assista en ses derniers moments.

    Survint la guerre sino-japonaise qui transforma les quelques mois de congé de M. Louis Marie dans la mission de Swatow, en dix ans de labeur apostolique. En 1936, il fit équipe avec M. Nicolas Waguette, curé de Tae-yong, ville qui, dans les montagnes au Nord-Ouest de Swatow, servait de station d'altitude pour les missionnaires. Il s'employa à organiser des journées attrayantes pour ses hôtes. Mais il apporta son précieux concours à M.Waguette dans l'administration difficile des chrétientés du district de Tae-yong. Et ensemble, en pays Hak-ka, ils travaillèrent à la restauration spirituelle de communautés chrétiennes à l'humeur frondeuse, en cette région montagneuse troublée par les incursions communistes.

    En 1946, M. Louis Marie regagna Hong-Kong. Béthanie étant occupé par l'armée anglaise, il s'installa d'abord à Nazareth, puis à Béthanie, où le sanatorium recommença à fonctionner normalement, à partir du 17 mai 1950 ; là, il se retira dans une modeste chambre du bâtiment construit derrière la sacristie. Chaque matin, il aimait parcourir le jardin, cueillir des fleurs, en faire un bouquet en l'honneur de la Vierge. Autre objet de sa sollicitude : le parc de la maison, où il avait fait planter autrefois beaucoup d'arbres. A l'occasion, il aimait aller flâner et faire une promenade en ville. Il prenait plaisir à converser longuement avec des confrères de passage, interessé par toutes les questions, même les plus modernes.

    Le 18 février 1962, M.Louis Marie fit une chute dans sa chambre. Mais, à l'hôpital des Soeurs de Saint Paul de Chartres, où il fut transporté le lendemain, la radiographie révéla une fracture du col du fémur qu'il fut impossible de guérir. Tout soin spécial devenant inutile, Mgr. Lemaire le fit revenir à Béthanie. Infirmier durant une bonne partie de sa vie, M. Louis Marie était plus habitué à soigner qu'à être soigné. Son naturel bouillant s'accomodait mal à l'inaction au lit.

    Le 19 janvier 1963, il reçut le sacrement des malades des mains de Mgr.Lemaire. Le 1er mai 1963, de grand matin, sans déranger personne, il rendit son âme à Dieu.



    Notices biographiques. - AME 1899 p. 232. 1925 p. 86. - CR 1899 p. 289-95. 1900 p. 130. 1902 p. 404. 1903 p. 163, 402. 1908 p. 283. 1910 p. 293. 1911 p. 302. 1914 p. 139. 1915 p. 156. 1916 p. 176. 1918 p. 125-87. 1919 p. 118. 1920 p. 82, 146. 1921 p. 136. 1922 p. 188, 201. 1923 p. 192. 1924 p. 152-5. 1928 p. 79, 167. 1929 p. 272. 1930 p. 243, 338-9. 1932 p. 148, 307. 1933 p. 251-2-80, 353. 1934 p. 229. 1935 p. 238. 1936 p. 285. 1937 p. 98, 255-81. 1938 p. 101. 1939 p. 226. 1950 p. 133. 1951 p. 122. 1955 p. 76. 1962 p. 108. - BME 1922 p. 20. 1924 p. 468. 1925 p. 712. 1935 p. 435, 665, 804. 1936 p. 820-94. 1948 p. 84. 1951 p. 580. 1955 p. 81. 1956 p. 764, 810. 1957 p. 362. 1958 p. 280. 1959 p. 277-9, 649. ph 1935 p. 1. 1937 p. 32. 1955 p. 236. 1956 p. 346. - EPI 1963 p. 594. - EC1 n° 633-53-78, 729. - MASIE 1949 p. 159. - ECM 1943 p. 320-51.



    • Numéro : 2457
    • Année : None