Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste MAIGROT

[175]. MAIGROT, Jean-Baptiste, naquit en 1704 dans le diocèse et peut-être même dans la ville de Langres ; son frère qui était chirurgien habita Rançonnières (Haute-Marne). Une lettre de M. de Montigny, du 1er octobre 1740, dit qu'il n'était pas parent de l'évêque de Conon, Ch. Maigrot. Il partit en 1740, sur le même navire que Poivre ou Le Poivre, dont de Montigny écrivait le 9 décembre de cette même année : \ Nous le destinons au Tonkin. Il n'est pas encore prêtre ; mais c'est un jeune homme de grande espérance. " J.-B. Maigrot était nommé procureur à Macao."
Add this
    [175]. MAIGROT, Jean-Baptiste, naquit en 1704 dans le diocèse et peut-être même dans la ville de Langres ; son frère qui était chirurgien habita Rançonnières (Haute-Marne). Une lettre de M. de Montigny, du 1er octobre 1740, dit qu'il n'était pas parent de l'évêque de Conon, Ch. Maigrot. Il partit en 1740, sur le même navire que Poivre ou Le Poivre, dont de Montigny écrivait le 9 décembre de cette même année : \ Nous le destinons au Tonkin. Il n'est pas encore prêtre ; mais c'est un jeune homme de grande espérance. " J.-B. Maigrot était nommé procureur à Macao. Il remplit cette fonction avec ordre et activité, eut à s'occuper des affaires de plusieurs missions, entre autres de celles du Siam où sous l'épiscopat de Lolière la paix ne régnait pas toujours, et de celles du Se-tchoan. Pendant une année il garda à la procure son ancien compagnon de route, Poivre, dont une étourderie avait excité la persécution en Cochinchine.
    Lorsque Mgr de Martiliat passa à Macao quittant le Se-tchoan pour se rendre en France, il donna à J.-B. Maigrot, le 1er décembre 1747, le titre et les pouvoirs de provicaire pour le Yun-nan, le Kouy-tcheou et le Se-tchoan. Sans sortir de Macao, le procureur exerça quelque peu cette fonction, en donnant des conseils à André Ly, resté pendant un certain temps seul prêtre dans cette partie de la Chine. Entre ces divers conseils, on remarque celui d'établir au Se-tchoan, parmi les prêtres chinois, la communauté des biens. Sur les instances de Martiliat, Maigrot fut, le 22 janvier 1753, nommé évêque d'Assur et vicaire apostolique du Se-tchoan ; cette nomination fut faite à Rome après sa mort, survenue à Macao le 20 octobre 1752.
    La procure des M.-E., située à très peu de distance de l'endroit où se trouvent la Grotte du Camoëns et les bâtiments occupés maintenant par les Sœurs Canossiennes, appartenait à la paroisse Saint-Antoine ou à la paroisse Saint-Paul. J.-B. Maigrot dut donc, selon la coutume à cette époque, être inhumé dans l'une ou dans l'autre église de ces paroisses.
    Notes bio-bibliographiques. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Journ. d'A. Ly, Tab. alph.


    "
    • Numéro : 175
    • Année : None