Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix Louis MAGNIN

MAGNIN Félix (1906 - 1994)
Add this
    MAGNIN Félix

    (1906 - 1994)

    [3432] MAGNIN Félix, Louis, est né le 11 août 1906 à Challonges, diocèse d'Annecy (Haute-Savoie). Il fréquenta d'abord l'école de son village et passa sept ans au Petit Séminaire de La Roche-sur-Foron. Il passa deux ans au Grand Séminaire de Tessy-Metz et entra aux Missions Étrangères le 3 mai 1928. Il fut ordonné prêtre le 28 février 1931. Il partit pour la mission du Yunnan le 7 septembre 1931. Son évêque, Mgr de Gorostarzu lui demanda d'apprendre le chinois au Petit Séminaire de Pelongtan (les sources du dragon bleu) à 10 km de Kunming. Puis en février 1932, il fut envoyé à Longki (la rivière du dragon) dans le Bas-Yunnan, comme vicaire du Père Eugène Burger. Il ne resta pas longtemps dans ce poste, car le Bas-Yunnan devint la préfecture apostolique de Caotung, confiée au clergé chinois. Alors le Père Magnin regagna la capitale, et on lui demanda d'enseigner le latin aux petits séminaristes.

    En 1933, on le rappela au Yunnan, pour venir en France enseigner au Juvénat de Menil-Flin, un nouvel établissement destiné à aider les jeunes postulants à se préparer aux missions. Mais la guerre de 1939 éclata et le Père Magnin fut mobilisé dans l'armée des Alpes. Une fois libéré, il redevint professeur jusqu'en octobre 1944.

    En janvier 1945, il demanda son retour en mission, et il s'embarqua sur le \Maréchal Joffre" le 2 mars 1946. Ce fut le premier départ après la guerre. Après un long voyage par Tamatave, il arriva à Kunming le 21 juin en compagnie du Père Le Du. Mgr Derouineau, l'archevêque de Kunming, l'envoya dans la paroisse de Haiyi, à deux jours de marche au sud de la capitale, pour s'occuper de 300 chrétiens chinois et lolo. Mais bientôt le régime communiste se met en place et établit des restrictions aux missionnaires. C'est en 1949 que le Père Magnin, dans un moment de découragement, aurait voulu se faire trappiste en Savoie, à Tamié. On l'en dissuada et il finit par accepter le poste de Yi-ho-fong, sur la route carrossable de Kunming à Kweiyang. Survint alors l'expulsion des missionnaires par les communistes : le Père Magnin quitta la mission pour Hongkong le 2 novembre 1951.

    En 1952, ses supérieurs le nommèrent à Malacca. C'est une région bien différente pour lui. Son archevêque, Mgr Olçomendy, le nomme à Klang, à 30 km à l'ouest de Kuala Lumpur, comme aumônier de l'école technique des Frères de St Gabriel à Batu Tiga. L'aumônier est le catéchiste et le confident des élèves. Il prépare au baptême un bon nombre d'élèves, vit en communauté avec les Frères et est toujours prêt à rendre service.

    De 1966 à 1968, il est transféré à Singapour, comme aumônier des Petites Soeurs des Pauvres. De 1968 à 1975, on le nomme vicaire à la Paroisse de la Sainte Famille à Katong. En 1975, il quitte cette paroisse pour devenir prêtre résidentiel, sans aucune responsabilité pastorale officielle, dans la paroisse St François-Xavier. C'est là qu'il fêtera ses noces de diamant de prêtrise, en 1991, entouré de la sympathie de toute la communauté catholique. Dans cette paroisse, il entend surtout les confessions, se faisant le prêtre miséricordieux, toujours près des petits et des malades. Il est généreux et discret avec les pauvres. Il s'émerveille de ce que les paroissiens lui donnent, car à l'occasion de Noël et du Nouvel An chinois, il reçoit beaucoup de "ang pows", somme d'argent dans une enveloppe rouge offerte par ses paroissiens chinois. Sans doute il vieillit, mais peut encore participer au pèlerinage en Terre Sainte en 1990.

    Le 1er janvier 1994, on le trouva paralysé dans sa chambre et on le conduisit à l'hôpital catholique de Singapour. Il rendit son âme à Dieu le 6 février 1994. Le jour des funérailles, il y avait plus de 1000 personnes autour de l'archevêque et 60 prêtres venus concélébrer l'Eucharistie de sa Pâque. L'église, décorée pour le nouvel An chinois, avait une note de fête, une note de joie, pour conduire à sa demeure éternelle le prêtre qui rayonna la joie durant toute sa vie missionnaire.



    Références bio-bibliographiques

    AME 1931 p. 178. photo p. 229. 1940 p. 57. CR 1931 p. 275. 1932 p. 105. 108. 1934 p. 72. 1938 p. 80. 1939 p. 216. 1947 p. 32. 1948 p. 41. 1949 p. 54. 1951 p. 26. 1952 p. 64. 1958 p. 91. 1962 p. 84. 1963 p. 22. 1964 p. 61. 1965 p. 121. 1966 p. 61. 62. 1969 p. 128. 130. AG80-81 P. 183 - 82 P174 - 85P195. BME 1928 p. 383. 1931 p. 692. 851. 902. photo p. 823. 1934 p. 130. 342. 865. photo p. 357. 1935 p. 349. 1936 p. 51. 1937 p. 198. 648. photo p. 39. 1938 p. 45. 181. 255. 1940 p. 835. 1948 p. 313. 344. 346. 1949 p. 43. 111. 112. 638. 1951 p. 53. 779. 1952 p. 53. 60. 129. 198. 483. 1953 p. 50. 1954 p. 691. 1955 p. 934. 1956 p. 908. 1957 p. 476. 978. 1958 p. 754. 1959 p. 97. EPI 1963 p. 872. Enc. PdM. 4P4. EC1 N° 151. 224. 229. 377. 410. 444. 508. 511. 617. 626. 644. 650. 767. 777. EC2 N° 117P90 - 25P345 - 66/C2 - 70/C2 - 83P85 - 132/C2 - 136/C2 - 177/626 - 190/C2 - 231/C2 - 241/C2.



    "
    • Numéro : 3432
    • Année : None