Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri Adrien Jacques MAGNAN

3402) MAGNAN, Henri, Adrien, Jacques, né le 22 octobre 1901 à Sartrouville (Yvelines), diocèse de Versailles, fit ses études primaires à Poissy et poursuivit ses études secondaires au collège Saint Sauveur de Redon. En février 1924, à l'issue d'une retraite à la villa Saint Régis de Mours (Val d'Oise), il demande son admission au séminaire des Missions Etrangères.
Add this
    3402) MAGNAN, Henri, Adrien, Jacques, né le 22 octobre 1901 à Sartrouville (Yvelines), diocèse de Versailles, fit ses études primaires à Poissy et poursuivit ses études secondaires au collège Saint Sauveur de Redon. En février 1924, à l'issue d'une retraite à la villa Saint Régis de Mours (Val d'Oise), il demande son admission au séminaire des Missions Etrangères.

    Entré à Bièvres le 4 mars 1924, ordonné prêtre le 21 décembre 1929, Henri Magnan reçut aussitôt son affectation pour la mission de Chung-King en Chine. Séjournant à Ma Pa Chang pour l'étude de la langue mandarine, il y attrapa le paludisme. De 1932 à 1935, il fut chargé à la Procure de la mission des tâches administratives et financières. En 1940, il succéda au Père Perriot-Comte dans le district de Tung-Lian, avant d'être rappelé au Centre de la mission par Mgr Jantzen. A son retour en Chine, après un congé en France de janvier 1946 à juillet 1948, Henri Magnan fut chargé successivement des districts de Yum Kia Che, de Hot Cheou et de Tong Hang, avant de revenir à la Procure.

    Les armées de Mao Tse Tung déferlaient sur la Chine et l'expulsion de Mgr Jeantzen et du Père Magnan intervint en avril 1952. Ils se réfugièrent à Hong Kong où le Père magnan accepta l'offre de Mgr Piquet de travailler dans la mission de Qui Nhon.

    A Tourane, il remplaçait le Père Alessandrini à l'hôpital militaire mais les événements s'aggravant, l'hôpital ferma en 1956 ; le Père Magnan en profita pour prendre un second congé en France. A son retour en Extrême-Orient, il accepta la proposition de se rendre à Taîwan et s'occupa des minorités montagnardes de Hualien s'installant dans le district de Chou Font. Il construisit une église mais son état de santé était affecté par les crises de paludisme ; en juillet 1958, un violent typhon ravagea le pays et Henri Magnan se réfugia chez un modeste paroissien. Epuisé, il demanda son retour en France où il exerça plusieurs ministères, particulièrement dans la paroisse Saint Pierre et Saint Paul de Courbevoie, avec la charge de l'hôpital, d'une maison de retraite tenue par des religieuses espagnoles ; c'est là qu'il s'éteignit le 9 janvier 1996.

    -------------------------------------

    Réf. biographiques. - AME 1930 p. 93, 132 ph. . - CR 1930 p. 249, 1932 p. 79, 1936 p. 51, 1937 p. 50-51, 1939 p. 51, 1949 p. 30, 1951 p. 22, 1968 p. 136-40. - BME 1924 p. 361, 1930 p. 253-56, 369, 485, 510, 570, 654, 1939 p. 42-43, 1940 p. 265, 485, 799, 1941 p. 37, 1949 p. 39, 1951 p. 47, 778, 1952 p.. 49, 348, 425, 508, 632, 1953 p. 43, 489, 995, 1956 p. 268, 360, 389, 1957 p. 92, 261, 547, 562, 631-32-34, 758, 1958 P. 176, 451-52, 542, 852, 1959 p. 263, 536, 631, 1961 p. 307. - PH 1930 p. 512, 1932 p. 613, 1949 p. 745, 1959 p. 422. - ECM 1942 p. 125. - ECM1 n° 57, 193-98, 451-64, 518-94, 618-70. -MDA 1956 p. 64. - NS n° 126 p. 53, 128C2. - HIR n° 144.



    • Numéro : 3402
    • Année : None