Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Isidore MÉTAYER

[681]. MÉTAYER, Isidore-Camille-Philippe, naquit à Carrouges (Ornes) le 23 décembre 1827. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 2 septembre 1851, retourna dans son diocèse deux ans après afin d'éprouver sa vocation, et fut ordonné prêtre le 21 mai 1853. Deux jours après, il était nommé vicaire à Nocé où il exerça le ministère jusqu'au 17 juin 1855, date à laquelle il revint au Séminaire des M.-E.
Add this

    [681]. MÉTAYER, Isidore-Camille-Philippe, naquit à Carrouges (Ornes) le 23 décembre 1827. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 2 septembre 1851, retourna dans son diocèse deux ans après afin d'éprouver sa vocation, et fut ordonné prêtre le 21 mai 1853. Deux jours après, il était nommé vicaire à Nocé où il exerça le ministère jusqu'au 17 juin 1855, date à laquelle il revint au Séminaire des M.-E.
    Le 23 janvier 1856, il partit pour la Mandchourie. Il débuta à An-sin-tai, passa quelque temps à Yang-kouan dont il construisit l'église (Eglise, grav., Mgr Verrolles et la miss., p. 289), qui est placée sous le patronage de saint Hubert, et fut envoyé, en 1860, à Song-chou-tsouei-tse (Les Pins), où l'on comptait alors environ 1 200 chrétiens dispersés en 17 stations. Il administra ensuite des districts un peu dans toutes les régions du vicariat apostolique, et construisit les églises de Cha-ling et de San-tai-tse.
    En 1876, il accompagna son évêque qui se rendait à Pékin pour réclamer contre la conduite des autorités mandchoues, lesquelles multipliaient les mauvais procédés envers les missionnaires et les chrétiens, et laissaient sans réponse les plus pressantes réclamations. En 1878 ou 1879, il était à Paien-sou-sou dont le rude climat éprouva notablement sa santé. En 1881, on lui confia de nouveau le poste de Song-chou-tsouei-tse, et il en était chargé lorsque ce district fut cédé à la mission de Mongolie orientale. En 1882, il passa à Lien-chan, dans la province du Leao-tong. Il y fut atteint de la fièvre typhoïde, et le 27 février 1886 y rendit le dernier soupir. Son tombeau fut profané, et ses ossements brûlés par les Boxeurs.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1885, p. 17. - M. C., ii, 1869, Eglise de Cha-ling, p. 332 ; xvii, 1885, p. 569. - A. M.-E., 1902, p. 72. - Sem. rel. Séez, 1870-71, p. 234 ; 1872-73, District des Trois Comédies (San-tai-tse), p. 774 ; 1875, p. 486 ; 1878, p. 790 ; 1879, p. 787 ; 1880, p. 707 ; 1885, p. 702 ; 1886, Sa mort, p. 483.
    Miss. orig. du dioc. Séez, Notice, p. 33.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1886, p. 181.


    • Numéro : 681
    • Année : None