Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean FélixOnésime LUQUET

[473]. LUQUET, Jean-Félix-Onésime, naquit le 17 juin 1810 dans la paroisse Saint-Mammès, à Langres (Haute-Marne). Il fut élève des Beaux-Arts et prépara son diplôme d'architecte. Il abandonna les pratiques et presque les croyances religieuses. Il faisait un voyage en Italie et était sur le point de se marier lorsqu'il se convertit. Il entra au séminaire Saint-Sulpice, à Issy, le 7 juin 1838, et, après son ordination du sous-diaconat, il arriva au Séminaire des M.-E. le 19 juillet 1841.
Add this
    [473]. LUQUET, Jean-Félix-Onésime, naquit le 17 juin 1810 dans la paroisse Saint-Mammès, à Langres (Haute-Marne). Il fut élève des Beaux-Arts et prépara son diplôme d'architecte. Il abandonna les pratiques et presque les croyances religieuses. Il faisait un voyage en Italie et était sur le point de se marier lorsqu'il se convertit. Il entra au séminaire Saint-Sulpice, à Issy, le 7 juin 1838, et, après son ordination du sous-diaconat, il arriva au Séminaire des M.-E. le 19 juillet 1841.
    Pendant son séjour qui dura un peu plus d'une année, il composa, avec l'aide de deux directeurs, Tesson et Voisin, et fit imprimer l'ouvrage : Lettres à l'évêque de Langres sur la Congrégation des M.-E. Cet ouvrage a une véritable valeur, principalement par les idées exprimées sur le clergé indigène. Quoiqu'il procède par groupes de missions et ne précise que très imparfaitement la vie de la Société en général, on peut le considérer comme une histoire succincte de notre Société, qui, à cette époque, n'en possédait pas d'autre que l'Histoire de l'établissement du Christianisme dans les Indes orientales, dont les récits s'arrêtaient en 1679, à la mort de Lambert de La Motte. Ce travail, ayant été publié sans l'autorisation du Conseil du Séminaire des M.-E., faillit causer le renvoi de l'auteur ; grâce à un des directeurs qui l'avait aidé, Tesson, le jeune prêtre resta, après avoir déclaré qu'il acceptait seul la responsabilité de l'uvre. Il fut ordonné prêtre le 21 mai 1842, et partit le 21 décembre suivant pour la Côte de Coromandel (Pondichéry).
    Il fut placé à Cuddalore, et, en 1844, prit une part très active au synode de Pondichéry. Il avait élaboré un plan pour l'établissement de la hiérarchie dans l'Inde. Après le synode, Mgr Bonnand lui fit développer ses vues, convoqua un Conseil pour examiner la question, demanda un mémoire à Luquet, et, après l'avoir approuvé, il décida de le faire présenter à la Propagande par l'auteur lui-même. Le missionnaire reçut des instructions détaillées pour exposer l'ensemble du plan au Séminaire des M.-E. et à Rome, et partit le 27 juin de la même année. A Paris, les directeurs agréèrent sa mission, mais opposèrent des objections à l'établissement de la hiérarchie. Sans abandonner totalement ses idées, Luquet prépara son rapport sur de nouvelles bases, et se rendit à Rome, où son travail fut pris en considération par la Propagande. Les cardinaux se réunirent en congrégation générale le 17 février 1845 ; ils décidèrent de diviser le vicariat apostolique de la Côte de Coromandel en trois missions : Pondichéry, Maïssour, Coïmbatour, ayant des limites bien déterminées et un évêque à la tête de chacune d'elles. Luquet continua ses négociations afin d'obtenir l'érection en vicariats apostoliques de ces trois nouvelles missions ; puis il publia un livre : Eclaircissements sur le synode de Pondichéry qui produisit une fâcheuse impression dans l'Inde, tandis que le Préfet de la Propagande le trouva si remarquable, qu'il proposa d'élever l'auteur à l'épiscopat et de le nommer coadjuteur de Mgr Bonnand, proposition qui fut agréée par le Souverain Pontife. Luquet fut donc sacré à Rome, évêque d'Hésebon, le 8 septembre 1845.
    Cette nomination fut mal accueillie à Pondichéry, où l'on connaissait l'inexpérience du nouveau prélat sur les questions pratiques de l'Inde. Bonnand lui fit aussitôt savoir qu'il restreignait son mandat, et lui défendait d'entreprendre, en qualité de délégué, aucune affaire en dehors de celles qui se trouvaient spécifiées dans ses instructions. Devant ces oppositions, Luquet s'abstint de retourner à Pondichéry, mais attendit jusqu'en 1851 pour renoncer à la coadjutorerie.
    Il fut chargé par le Saint-Siège de négociations en Suisse, lors des affaires du Sonderbund : il échoua. Il se retira au séminaire français à Rome avec une pension de la Propagande ; il rendit de temps à autre des services aux missions de la Société. Lors de l'expédition française à Rome en 1849, sachant que nos troupes n'avaient pas d'aumônier, il s'adressa à Mazzini afin d'obtenir, pour lui et pour deux prêtres français, l'autorisation de se rendre à nos avant-postes. Il se heurta à un refus. Le 30 avril, au premier coup de canon, revêtu de ses insignes épiscopaux, accompagné de l'abbé de Cosquer et de deux autres prêtres, il sortit de Rome et se rendit sur le champ de bataille où il donna ses secours aux blessés italiens.
    Il composa de nombreux ouvrages de piété simple et intime, d'hagiographie, ainsi que deux volumes sur les missions. Il fut nommé assistant au trône pontificat et membre de la commission d'archéologie sacrée. Il mourut au séminaire français à Rome le 3 septembre 1858, et fut enterré dans l'église Sainte-Claire. Intelligent, dévoué, il voulut obtenir trop vite d'importants résultats auxquels les esprits n'étaient pas préparés. A la lumière des événements qui se sont déroulés depuis cette époque, ses projets [apparaissent d'exécution plus pratique et ses vues plus justes, puisque la plupart ont été réalisés. Des lettres, une autobiographie de Mgr Luquet et de nombreuses pièces se rapportant aux affaires dont l'évêque s'est occupé, sont au grand séminaire de Langres ; d'autres au collège de la même ville.
    Bibliographie. - Antiquités de la ville de Langres par J. Luquet, architecte. - Imprimerie de Jussieu, Langres, 1838, in-8, pp. 352.
    Lettres à Mgr l'évêque de Langres sur la Congrégation des Missions-Etrangères. - Gaume frères, libraires-éditeurs, 5, rue du Pot-de-Fer Saint-Sulpice, Paris, 1842, in-8, pp. xxxvi-584.
    Sacra Congregazione di Propaganda Fide ponente l'Emo e Rmo Sig. Cardinale Angelo Maï. Ristretto con Sommario. Schiarimenti sulle de liberazioni del Sinodo tenuto in Pondichery, etc., in addizione alla Ponenza analoga, contenente gli atti suddetti. Maggio, 1845 [Eclaircissements sur le synode de Pondichéry]. - In-4, pp. viii-213.
    Rapport sur les faits accomplis à Rome par suite du synode de Pondichéry. Rome, 21 décembre 1845. - In-8, pp. 18.
    L'Eglise schismatique russe d'après les relations récentes du prétendu Saint Synode, par le P. Theiner, prêtre de l'Oratoire (traduit de l'italien), et précédé d'une lettre aux évêques de Russie. - Gaume frères, 4, rue Cassette, Paris, 1846, in-8.
    Retraite ecclésiastique des missionnaires de Pondichéry. - Gaume frères, 4, rue Cassette, Paris, 1847, in-8, pp. xxxii-432.
    Lettres au clergé protestant d'Allemagne sur les causes de désordres politiques, moraux et intellectuels, renfermés dans les principes de la Réforme, et sur les effets que ces causes produisent de nos jours. - Lecoffre, 29, rue du Vieux-Colombier, Paris, 1847, 2 vol. in-12, pp. 384, 338.
    Etudes historiques sur l'établissement hospitalier du Grand Saint-Bernard. - Bureau des Annales de Philosophie chrétienne, Paris ; Marseille, 1849, 2 vol. in-8, pp. 297, 254.
    Notice sur la vie et les vertus de l'humble servante de Dieu, Anna-Maria Taïgi, née Giannetti. - A. Plancy, Société de Saint-Victor, Paris, 1851, in-18, pp. 239.
    Pericoli presenti della societa. - Forenze, éditeur, Rome, 1852, in-12.
    Souvenirs de l'expédition française à Rome. - Forenze, éditeur, Rome, 1852, 6 vol. in-12.
    Considérations sur les Missions catholiques, et voyage d'un missionnaire dans l'Inde. - Au Bureau de L'Université Catholique, 10, rue de Babylone, Paris, 1853, in-8, pp. 657.
    Notice biographique sur le Vénérable serviteur de Dieu, François Van Outers, de Bruxelles. - Louvain, 1854, in-8, pp. 26.
    Vie de saint Benoît le More. - Lecoffre et Cie, éditeurs, 29, rue du Vieux-Colombier, Paris, 1854, in-16, pp. 279.
    Abrégé de la vie d'Anna-Maria Taïgi, morte en odeur de sainteté, après avoir vécu dans le mariage, et avoir été favorisée de grandes lumières sur les événements politiques du temps. - 16, rue de Tournon, Paris, 1854, in-16, pp. 32.
    Vita del Beato Gioacchino de Sanctis medico. - Monaldi, Roma, 1857, in-16, pp. 370.
    Comp.-rend. : Am. de la Rel., clxxvi, 1857, p. 598.
    De la vocation, ou moyen d'atteindre sa fin dans le mariage et dans la vie parfaite. - Julien, Lanier, Cosnard et Cie, éditeurs, 4, rue de Buci, Paris, 1857, 2 vol. in-8, pp. viii-480, 364.
    Des excellences du glorieux saint Joseph. - Julien, Lanier, Cosnard et Cie, éditeurs, 4, rue de Buci, Paris, 1857, in-12, pp. 276.
    Notes bio-bibliographiques. - A. P. F., xvi, 1844, p. 261 ; xviii, 1846, Détails sur l'Inde, p. 313. - A. M.-E., 1906, Lettre de sa mère, p. 59. - Sem. rel. Langres, 1867, Notice, pp. 201, 234 ; 1868, p. 353. - Am. de la Rel., cxvi, 1843, p. 14 ; cxx, 1844, p. 332 ; cxxvi, 1845, p. 489 ; cxxxxii, 1849, p. 315 ; clxxxi, 1858, Assistant au trône pontifical, p. 626. - L'Univer. cath., 2e sér., vii-xiv, 1849-52, Lettres [en 40 articles] sur l'état des missions et les progrès de la religion catholique dans l'Orient [Tirage à part : Considérations sur les Missions catholiques etc, Voir Bibliographie] ; xv, 1853, Découvertes historiques dans les terres de la Molara, p. 73 ; Sur le village et la forteresse Rocca di Papa, xvi, 1853, p. 257 ; Sur l'église et le couvent de Saint-Sylvestre à Monte Compatri, xvii, 1854, p. 185. - Ann. philos. chrét., 3e sér., xvii, 1848, Le Grand-Saint-Bernard, ancien et moderne, p. 375 ; xviii, 1848, pp. 94, 182, 200, 294, 405 ; xix, 1849 (suite), pp. 53, 139, 302, 345, 434 ; xx, 1849 (suite), pp. 7, 94, 202 ; 4e sér., i, 1850 (suite), pp. 107, 177 [Tirage à part : Etudes historiques sur l'établissement hospitalier, etc. Voir Bibliographie] ; Ib., Description de la catacombe de saint Zotico, p. 124 ; iii, 1851, Sur l'étude des arts en Italie, pp. 85, 91 ; xviii, 1858, Sa mort, ses ouvrages, p. 403.
    Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., pp. 394, 400 et suiv., 423, 433, 483, 489, 639 et suiv. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Inde, Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 65 et suiv., 83, 90, 123 et suiv., 136, 141 et suiv., 152, 153, 161, 165, 175, 180 et suiv., 192, 202 et suiv., 219, 221 et suiv., 231 et suiv., 237, 241 et suiv., 248, 254 et suiv., 257, 261, 269 et suiv., 271, 280 et suiv., 293 et suiv., 307, 319 et suiv., 332, 338, 363, 364, 365 et suiv., 382 et suiv., 392 et suiv., 404, 443, 454, 464, 467. - Vie du P. Libermann, pp. 306, 331 et suiv. - La miss. du Maduré, i, pp. v, 182, 194.


    • Numéro : 473
    • Année : None