Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Benjamin Jean Marie LOUISON

[3301] LOUISON Benjamin, Jean-Mmarie Missionnaire Procures - Kontum ----------
Add this

    [3301] LOUISON Benjamin, Jean-Mmarie

    Missionnaire

    Procures - Kontum
    ----------

    Benjamin, Jean-Marie LOUISON naquit le 21 février 1902, à St. Etienne, paroisse de la Valbenoîte, diocèse de St.Etienne, (alors diocèse de Lyon) département de la Loire. Il était le cinquième d'une famille de sept enfants. Il fit ses études primaires à l'école paroissiale de la Valbenoite. Dès l'âge de dix ans, il partit pour Tarare, dans le Rhône, où il prit ses premières leçons de latin, sous la direction de M. l'abbé Gidon. En 1913 il alla à la ménécanterie de Claveisolles (Rhône) où il commença ses études secondaires. En octobre 1915, il entra en classe de troisième, au petit séminaire de Saint Gildas,à Charlieu. En octobre 1918, il se dirigea vers le grand séminaire de Francheville, dirigé alors par M. Pourrat, sulpicien.

    Le 14 septembre 1920, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Il fit une année à Bièvres, puis vint à la rue du bac. Sous-diacre le 7 mars 1925, diacre le 6 juin 1925, ordonné prêtre le samedi 19 décembre 1925; il reçut, en février 1926, sa destination pour le service des Procures et son affectation à Saïgon comme Assistant de M.Gerey; il quitta Paris le 6 avril 1926 et s'embarqua à Marseille, le 9 avril 1926 en compagnie de dix autres partants.

    A Saïgon, vers 1929, en plus de son travail de procureur, et à la demande de M. Flachère, aumônier des Forces Navales d'Extrême-Orient, il créa un cercle militaire qui grandit rapidement. En 1931, M. Soullard, curé de la cathédrale de Saïgon, mit à sa disposition une grande salle de réunion. M.Louison lança alors le mensuel \Bulletin Sainte-Jeanne d'Arc" pour servir de trait d'union entre les membres du cercle. En décembre 1931 et janvier 1932, il accompagna en Indochine, à Pakhoi, et à Hong-Kong Mgr. de Guébriant lors de sa visite des missions..En janvier 1933, en lien avec M. Parrel, il lança une troupe scoute qui fut affiliée à ce mouvement, en mai 1933. En 1935, à la demande de Mgr. Dumortier il assura des cours au petit séminaire de Saigon, puis partit en congé en France, où il arriva le 24 avril 1935.

    M. Louison, après son congé régulier, fut nommé professeur au petit séminaire Théophane Vénard à Beaupréau, sous la direction de M.Davias-Baudrit. Il y fût un père spirituel, un infirmier dévoué et un professeur très consciencieux, fort estimé des élèves et de ses confrères auxquels il aimait raconter des histoires drôles et gaies. En 1939, il fut mobilisé comme lieutenant à Châteauroux; après la "drôle de guerre"; il reprit sa place à Beaupréau et y resta de 1940 à 1945.

    Le 15 février 1945, nommé supérieur de l'école missionnaire Augustin Schoeffler à Ménil-Flin, et succédant à M. Prouvost, M.Louison remit en état cette maison fort éprouvée par la guerre, les bombardements et trois occupations successives. Il eût à résoudre les problèmes de ravitaillement. Le lundi 16 avril 1945 arrivèrent les huit premiers élèves; mais en octobre 1945, 34 élèves firent leur rentrée dans une maison en partie restaurée. Il organisa la vie en communauté alliant fermeté et douceur, confiant aux élèves de nombreuses responsabilités.. En Juillet 1957, fatigué, il donna sa démission, et remit sa charge entre les mains de M. Hans.

    Après un temps de repos, et sa santé rétablie, M. Louison s'embarqua pour le Viêtnam, le 20 Mai 1958, pour se mettre au service de la mission de Kontum. Mgr. Seitz le nomma au centre Rhadé de Banméthuôt, fondé par M. Bianchetti.vers 1950. M. Louison se mit à l'étude de la langue rhadé, et dès 1959, il fut capable de faire le catéchisme aux petits, et il s'occupa avec succès du milieu étudiant rhadé. Profitant du temps des vacances il entreprit avec les instituteurs rhadés, la rédaction d'un "Dictionnaire Français-Rhadé" et "Rhadé-Français" d'environ sept mille mots. Il composa des cantiques en rhadé, et forma au chant la communauté chrétienne. Très vite, ces montagnards apprécièrent son contact humain, son sourire, son accueil chaleureux, sa patience; ils rentraient chez lui comme chez eux, touchant à tout, s'extasiant devant sa collection de pipes.. En 1962, son ancien supérieur et ami, M. Davias-Baudrit le rejoignit pour travailler dans la mission de Kontum.

    En septembre 1963, il devint quasiment impossible à M. Louison de s'alimenter; il accepta alors de se rendre à Saïgon pour consulter les médecins dont le diagnostic laissa peu d'espoir. Sans illusions, il remonta à Banméthuôt pour quelques semaines, avant de prendre l'avion pour la France.

    Arrivé à Paris le 3 décembre 1963, il fut conduit à l'hôpital Pasteur, puis dirigé vers la clinique de la rue Violet pour opération. Il écrivait à un ami: "Ma santé! aucune amélioration sensible... J'ai bel et bien un cancer. ..Le moral ne fléchit pas, et vive la joie quand même !.." Ramené à l'hôpital Pasteur, un nouveau traitement fut tenté, mais il ne donna pas les résultats espérés. Malgré une crise sérieuse le 11 février 1964 et dont il se remit assez bien, le docteur Sureau l'envoya passer quelques jours dans sa famille.

    Le 22 février 1964, un ami le conduisit à Saint-Etienne. A sa demande, il regagna Paris le 11 avril 1964 pour contrôle médical. Le dimanche 12 avril 1964, après sa messe, il reçut quelques visites. Le lendemain, tôt dans la matinée, il perdit connaissance et rendit son âme à Dieu vers les 15 heures. C'était le 13 avril 1964.

    Ses obsèques, présidées par M.Cussac, eurent lieu le 16 avril 1964, dans la chapelle de la rue du Bac, au milieu de quarante confrères, de sa famille et de nombreux amis.



    Septembre 1996

    Bibliographie

    Dictionnaire Français-Rhadé
    Dictionnaire Rhadé-Français


    LOUISON Benjamin

    (1902-1964)


    [3301] LOUISON Benjamin, Jean-Marie.



    Références bibliographiques

    AME 1926-27 p. 118. 1940 p. 57. CR 1926 p. 161. 167. 1932 p. 260. 1933 p. 162. 163. 276. 277. 286. 1935 p. 240. 312. 1939 p. 214. 1949 p. 150. 1951 p. 118. 1952 p. 92. 1957 p. 90. 1958 p. 51. 91. 1960 p. 55. 1961 p. 51. 1962 p. 63. 1969 p. 63. BME 1926 p. 191. 262. 387. 1929 p. 118. 1930 p. 421. 1931 p. 531. 1932 p. 134. 136. 215. 226. 1933 p. 386. 625. 1935 p. 908. 1936 p. 537. 876. 1937 p. 817. 883. 1940 p. 510. 832. 835. 1949 p. 255. 1950 p. 216. 217. 1957 p. 781. 1958 p. 638. 1959 p. 81. 443. ECM 1945 p. 128. 1947 p. 90. 91. 104. MDA 1953 p. 114 (art). EPI 1962 p. 401. 1963 p. 59. 1964 p. 554. 875+photo. R.MEP n° 124 p. 16. 118 p. 30. Hir. n° 113 p. 2. EC1 N° 102. 106. 335. 342. 364. 410. 422. 440. 446. 467. 623. 642. 738. 740. 742. NS. 16P57. 19P151.


    "
    • Numéro : 3301
    • Année : None