Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène Clément Auguste LITOU

[ 1544 ] LITOU Eugène, Clément, Auguste Missionnaire Mandchourie ----------- Eugène, Clément, Auguste LITOU naquit le 1er juin 1856, à Torfou, diocèse d'Angers, département du Maine-et-Loire. Ses parents étaient commerçants. Il fit ses études secondaires à Beaupréau, puis se dirigea vers le grand séminaire d'Angers où il fut tonsuré le 21 décembre 1878, minoré le 7 juin 1879, sous-diacre le 22 mai 1880, diacre le 18 décembre 1880.
Add this
    [ 1544 ] LITOU Eugène, Clément, Auguste

    Missionnaire

    Mandchourie

    -----------

    Eugène, Clément, Auguste LITOU naquit le 1er juin 1856, à Torfou, diocèse d'Angers, département du Maine-et-Loire. Ses parents étaient commerçants. Il fit ses études secondaires à Beaupréau, puis se dirigea vers le grand séminaire d'Angers où il fut tonsuré le 21 décembre 1878, minoré le 7 juin 1879, sous-diacre le 22 mai 1880, diacre le 18 décembre 1880.

    Le 27 août 1881, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Ordonné prêtre le 23 septembre 1882, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie, (Moukden) qu'il partit rejoindre le 22 novembre 1882.

    En 1889, MM. Eugène Litou et Camille Sandrin avaient leur résidence à Chou-kai-touo, au sud ouest de la ville de Ghirin (Kirin), dans la province du même nom. Ils furent inquiétés par les brigands qui peuplaient les forêts et molestés par les gens des tribunaux mandchoux qui leur refusaient le droit de cité dans leurs villes. \.. Autour de Chou-kai-touo, écrit M.Litou dans son Compte-Rendu, la bienveillance et la confiance des populations nous sont généralement acquises...Mais c'est à Siao-tcheng-tze et ses environs que se trouve le foyer principal de conversions..." La population chrétienne de ce district était d'environ 500 âmes.

    En 1891, M. Litou qui avait pour compagnon M. Armand Déan, jeune missionnaire, voulut établir une résidence à Mouo-pan-chan, dans le Nan-pien-li. Ses ouvriers furent battus par les soldats, et le terrain qu'il avait acheté fut confisqué sans qu'il fut possible d'obtenir justice même à Ghirin. En 1893, Mgr. Guillon ne put, en raison de son éloignement, faire la visite pastorale du district de M.Pitou. Mais ce dernier vit se terminer à son avantage le procès que lui avaient suscité les mandarins locaux; le terrain acheté lui fut rendu. De plus, un emplacement fut acquis dans la ville même de Mouo-pan-chan, à côté du tribunal civil, en vue d'y bâtir une résidence pour le missionnaire.

    En 1894, M. Litou, chef du district de Mouo-pan-chan, eut comme compagnon M.Jean Laveissière. En cette ville, malgré quelques ennuis de transport de matériaux, il construisit sa résidence; à côté de celle-ci, il ouvrit une salle de prédication. Cette année là, il baptisa 16 adultes, instruisit 35 catéchumènes, et prépara des catéchistes pour les envoyer auprès des familles éloignées.

    En 1896, M.Litou rentra en France où il arriva le 4 janvier 1897. En 1898, il quitta la mission et la Société des Missions Etrangères et revint dans son diocèse. De 1897 à 1900, il fut précepteur près de Fougère. Le 7 juin 1900, il fut nommé curé de Passavant-sur-Layon; le 7 décembre 1901, il devint curé de Cizay-la-Madeleine où, en fonction, il décéda le 24 février 1939.


    (1544) LITOU Eugène, Clément, Augustin

    Notices biographiques. - CR 1882 p. 104. 1883 p. 74. 1885 p. 15. 1887 p. 6, 218. 1889 p. 7. 1891 p. 12. 1892 p. 14. 1893 p. 12. 1894 p. 16.


    "
    • Numéro : 1544
    • Année : None