Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jacques LIOT

[251]. LIOT, Jacques, vit le jour dans la paroisse Saint-Mélaine, à Preuilly-sur-Claise (Indre-et-Loire), le 20 septembre 1751. Il entra diacre au Séminaire des M.-E. le 24 février 1776, fut ordonné prêtre le 21 septembre de la même année, et partit au mois de novembre suivant pour la mission de Cochinchine. Il débarqua à Tourane d'où il se rendit à Bassac, puis à Saïgon en 1779.
Add this
    [251]. LIOT, Jacques, vit le jour dans la paroisse Saint-Mélaine, à Preuilly-sur-Claise (Indre-et-Loire), le 20 septembre 1751. Il entra diacre au Séminaire des M.-E. le 24 février 1776, fut ordonné prêtre le 21 septembre de la même année, et partit au mois de novembre suivant pour la mission de Cochinchine. Il débarqua à Tourane d'où il se rendit à Bassac, puis à Saïgon en 1779. En 1780, Mgr Pigneau de Béhaine le chargea de diriger le séminaire qui, en 1782 ou 1783, fut pendant quelque temps établi à Mac-bac ; en 1784, Liot dut s'enfuir à Chantaboun (Siam), avec une vingtaine d'élèves ; il y resta jusqu'en 1786. Cette année-là, cédant aux instances des chrétiens annamites de Bangkok, qui n'avaient pas de missionnaire connaissant leur langue, il se rendit près d'eux. Il revint à Chantaboun vers 1789.
    Après les premiers succès de Nguyen-anh, il s'établit dans le Dong-nai et est nommé provicaire en 1791. En 1793, il est à Tan-trieu, et, outre le soin du séminaire, il s'occupe de cette paroisse et des stations voisines. En 1797, il visite la chrétienté de Battambang, les districts de l'ouest de la Cochinchine, et, sur l'ordre du vicaire apostolique, il cherche des élèves et des ressources pour le séminaire. De 1799 à 1801, il réside à Saïgon et entretient avec Nguyen-anh (Gia-long) de bonnes relations. En 1803, il se rend à Hué, et accompagne Mgr Labartette et Mgr La Mothe à l'audience dans laquelle les évêques tentèrent inutilement de demander au roi la liberté pour les chrétiens.
    Après avoir pris soin pendant quelque temps des paroisses de Phu-xuan et de Phu-cam, il retourne à Saïgon en 1806. Il y souffre d'une longue maladie. En 1809, il est nommé provicaire pour le Dong-nai. Il meurt aux environs de Saïgon le 28 avril 1811, et est enterré près du tombeau de Mgr d'Adran. Ses lettres imprimées ou manuscrites renferment sur Pigneau de Béhaine, sur Gia-long, sur la situation religieuse en Cochinchine, des détails intéressants et instructifs.
    Notes bio-bibliographiques. - N. L. E., i, p. 450 ; vi, pp. 306, 416 et suiv. ; Ib., Voyage à Bangkok, pp. 238, 501 ; vii, pp. 174, 302, 323, 394, 408 ; viii, pp. 162 et suiv., 210, 225, 234, 314. - Nouv. des miss. or. 1787-1789, p. 58. - Nouv. des miss. or. 1793-1796, p. 161. - Nouv. des miss. or. 1794-1804, p. 197. - Estrat. del. lett., ii, p. 204. - Brev. Not. sul. sta., p. 37. - Toung-pao, 2e sér., vii, 1906, p. 629.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - La Coch. rel., i, pp. 402 et suiv., 414, 437, 478 ; ii, pp. 10 et suiv., 24. - The pers. of Annam, p. 66.


    • Numéro : 251
    • Année : None