Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Fernand Antonin LIGEON

LIGEON Fernand (1884 -1968) [3084] LIGEON Fernand, Antonio, naquit le 26 mars 1884 à Aime-Moutiers, dans le diocèse de Tarentaise (Savoie). Il fit ses études primaires à Aime et ses études secondaires à Moutiers de 1899 à 1905. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères le 9 novembre 1906. Ordonné prêtre le 24 septembre 1910, il partit le 30 novembre suivant pour la mission de Kumbakonam.
Add this
    LIGEON Fernand

    (1884 -1968)


    [3084] LIGEON Fernand, Antonio, naquit le 26 mars 1884 à Aime-Moutiers, dans le diocèse de Tarentaise (Savoie). Il fit ses études primaires à Aime et ses études secondaires à Moutiers de 1899 à 1905. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères le 9 novembre 1906. Ordonné prêtre le 24 septembre 1910, il partit le 30 novembre suivant pour la mission de Kumbakonam.

    Mgr. Bottero le nomma vicaire à Ayampet où il put s'adonner à l'étude de la langue tamoule. 4 ans plus tard, il fut envoyé à l'extrémité nord du diocèse, à Attur. Il y resta de 1914 à 1928. Il bâtit un dispensaire et un couvent qu'il confia aux Soeurs catéchistes. Cette congrégation était déjà bien implantée à Kumbakonam où les Soeurs s'occupaient des lépreux; le Père Ligeon était plein d'admiration pour leur dévouement. Pendant dix ans, il s'occupa de ces Soeurs et les aida à développer leur oeuvre charitable. Le dispensaire, ouvert le 17 juillet 1920, fut tout de suite apprécié par la population de la ville d'Attur où les Hindous étaient en majorité. Le Père était tenace et perséverant, mais également batailleur; dans une histoire assez épineuse de terrains, il crut devoir prendre des décisions qui étonnèrent les autorités. Il ressentit une grande fatigue, et un peu démoralisé, il partit en août 1928 se reposer sur la montagne de Yerkaud. Quelques mois plus tard, il mit le cap sur les Nilgiris.

    Puis en août 1930, advint la division du diocèse et la création de celui de Salem. Le nouvel évêque de Salem, Mgr. Prunier, nomma le Père Ligeon curé de Yerkaud, sur la montagne des Shivaroys, près de Salem. Il se mit au travail avec ardeur. Il pensa d'abord aux jeunes et il fonda une école primaire. Puis, il fit beaucoup de conversions : en 1933, il eut une centaine de baptêmes d'adultes. Il parcourut sa paroisse à la recherche des familles vivant dans le désordre. Il organisa une retraite pour tous ses paroissiens. Il ne se contenta pas de réparer la vieille église, mais fit le plan d'une nouvelle église qu'il érigea non pas à Kovilmedu où se trouvait la vieille église, mais sur un site nouveau, un endroit ondulé et verdoyant. Il connut pas mal de difficultés avec matériaux et ouvriers, mais il arriva à ses fins; cette église commencée en 1934 fut bénie solennellement au mois de juin 1936. Un peu plus tard, il éleva un beau campanile où il logea un carillon de 8 cloches dont la bénédiction eut lieu en janvier 1938.

    La grande guerre éclata en 1939. Il resta à Yerkaud et pensa que tout irait bien dans cette paroisse dotée d'une nouvelle église et agrandie de centaines de nouveaux convertis. Mais il y avait un clan de chrétiens très attachés à la vieille église qui se mirent à boycotter la nouvelle et ce fut un vrai \kalagam" de leur part. La bonté du Père eut raison d'eux et lentement, les dissidents trouvèrent enfin le chemin de la nouvelle église.

    En 1948, il dut quitter Yerkaud pour aller à Pondichéry se faire opérer d'une hernie. Quand il fut rétabli, on l'envoya aux Nilgiris prendre la direction du Sanatorium St Théodore. Il y resta sept ans, s'occupant de la ferme et de la plantation de thé qui entourait la maison. Il avait aussi le temps de prier, de méditer, et de consulter les livres de spiritualité. Il avait 71 ans mais il rêvait d'aller continuer sa vie missionnaire dans un village de la plaine, parmi les pavres, les malades, les déshérités.

    Son rêve devint bientôt réalité : en 1955, il partit d'un pas léger, le regard plein de jeunesse et se hâta vers le village de Tirumanur, dans le diocèse de Salem. Il s'installa dans la sacristie, car il n'y avait pas de presbytère. Il aurait voulut bâtir un dispensaire dans ce coin perdu de brousse, mais les Soeurs catéchistes hésitèrent. Le Père tomba malade et dut partir pour l'hôpital. Il en sortit vite, après avoir retrouvé la santé et la forme. D'accord avec Mgr. Selvanathar, le nouvel évêque indien, il alla s'installer dans une autre petite paroisse, à Bommidi, à environ 70 km de Salem, de l'autre côté de la montagne de Yerkaud. Il y avait là une petite église, un presbytère bien modeste et une petite communauté de chrétiens parias. Il résolut de bâtir un dispensaire; cette fois il fallait réussir. Aussi, avec beaucoup de ténacité, il obtint les permissions nécessaires et il éleva un beau dispensaire avec un couvent à côté. Les Soeurs catéchistes s'empressèrent de venir s'y installer.

    Mais à l'âge de 81 ans, il eut une rechute sérieuse et sa mémoire devint défaillante. Il dut se retirer à l'évêché de Salem, où il devint prêtre habitué. Finalement, il fut transporté à l'hôpital Ste Marthe de Bangalore où il rendit son âme à Dieu le 13 septembre 1968. Ses anciens paroissiens de Yerkaud réclamèrent son corps : il repose maintenant à l'ombre de son église, dans cette paroisse de montagne qu'il avait tant aimée.



    Références bibliographiques

    AME 1911 p. 54. 1914 p. 211. 1922 p. 199. 1923 p. 159. 1926-27 p. 319. 379. 1928 p. 128. 1936 p. 45. Articles : 1915-16 p. 27. 78. 181. 1917-18 p. 290. 349. 1919-20 p. 60. 1921 p. 65. 114. 1923 p. 104. 1925 p. 234. 1926-27 p. 223. 1928 p. 114. 128. CR 1910 p. 301. 1913 p. 302. 1926 p. 171. 172. 209. 1921 p. 134. 1925 p. 142. 1928 p. 161. 1929 p. 216. 1930 p. 228. 1931 p. 252. 254. 256. 258sq. 1932 p. 290. 291. 1933 p. 240. 248. 377. 1934 p. 218. 1935 p. 227. 1936 p. 217. 1937 p. 228. 1939 p. 209. 210. 1947 p. 117. 1955 p. 70. 1958 p. 80. 1960 p. 82. 1962 p. 100. 1963 p. 111. 1965 p. 125. 1966 p. 179. 180. 1967 p. 125. 126. 1969 p. 141. BME 1924 p. 144. 452. 1925 p. 711. 1928 p. 477. 1929 p. 317. 1931 p. 387. 850. 926. 1932 p. 231. 303. 885. 958. 1934 p. 220. 733. 1935 p. 824. 1936 p. 77. 146. 215. 461. 509. 1937 p. 223. 295. 505. 673. 816. 1938 p. 278. 305. 353. 495. 1939 p. 147. 1940 p. 147. 1941 p. 699. 1948 p. 126. 154. 255. 378. 1949 p. 723. 724. 1950 p. 477. 1952 p. 487. 1963 p. 309. 311. 523. 526. 529. 792. 1954 p. 695. 1955 p. 464. 465. 1002. 1956 p. 385. 1957 p. 1099. 1959 p. 540. 548. 549. 550. 742. 745. 1960 p. 198. 199. 1961 p. 693. EPI 1962 p. 944. 1965 p. 551. Enc. PdM. 16P4. EC1 N° 460. 465. 678. NS. 1P27. 4P125. 11P347. 13P401. MEM 1961-69 p. 182.

    "
    • Numéro : 3084
    • Année : None