Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Victor Joseph LEVREY

[3608] LEVREY Pierre, Victor, Joseph Missionnaire Thanh-Hoa - Hanoï - Phnom-Penh -Saïgon - île Maurice -------------------
Add this

    [3608] LEVREY Pierre, Victor, Joseph

    Missionnaire

    Thanh-Hoa - Hanoï - Phnom-Penh -Saïgon - île Maurice

    -------------------

    Pierre, Victor, Joseph LEVREY naquit le 14 octobre 1907, dans une famille rurale, à Ailloncourt, diocèse de Besançon, département de la Haute-Saône. Après ses études primaires dans son village natal, il resta chez ses parents, pour les aider aux rudes travaux des champs. jusqu'à son service militaire. A 23 ans, libéré de ses obligations militaires, ayant manifesté le désir d'être prêtre, il entra au séminaire de Favernay, où pendant deux ans, il suivit un cycle court d'études secondaires, puis dans ce même séminaire, de 1932 à 1934, il fit deux ans de philosophie.

    Le 10 août 1934, il fit sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères; Le 15 septembre 1934, il arriva à Bièvres, pour continuer, à 27 ans, sa préparation au sacerdoce. Sous-diacre le 4 juillet 1937, diacre le 18 décembre 1937, il fut ordonné prêtre le 29 juin 1938, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Thanh-Hoa, qu'il partit rejoindre le 13 septembre 1937. Il embarqua à Marseille le 15 septembre 1937, à bord de l'\Athos II".

    Dès son arrivée, il se mit à l'étude du viêtnamien, sous la direction d'un catéchiste-professeur. En mai 1939, il quitta l'évêché et alla faire sa formation pastorale chez M. Delavet, à Phuc-Dia. En 1939, la mobilisation partielle lui fit revêtir la tenue militaire, et le conduisit à Hanoï pour quelques temps. Le 7 Juillet 1941, succédant à M. Barnabé entré à la Trappe de Phuoc-Son, près de Hué, M. Levrey fut chargé de la chrétienté de Mâu-Thôn, à 28 kms au Sud-Ouest de Thanh-Hoa, englobant une douzaine de dessertes; ses chrétiens, dans une très forte majorité, étaient des néophytes ou des catéchumènes. Il se donna tout entier à eux, et les aida de son mieux au plan matériel comme au spirituel.

    En mars 1945, M. Levrey ne fut pas particulièrement inquiété; Il resta dans son poste jusqu'au 7 juillet 1945; à cette date, les troubles politiques, puis la prise du pouvoir par les "Viêtminh" au mois d'août 1945, l'obligèrent alors, comme les autres missionnaires, à rejoindre l'évêché de Thanh-Hoa, en résidence surveillée. Le 26 décembre 1946, avec douze autres confrères, il fut interné à la cure de Vinh. Libéré le 12 août 1952, avec neuf de ses confrères de Thanh-Hoa, dirigé sur Hué et Saigon, il rentra en France par avion et arriva à Paris le 21 septembre 1952.

    En avril 1953, il fut affecté à la mission de Hanoï qu'il partit rejoindre le 8 septembre 1953. Pour se remettre dans le bain, il fut envoyé à la paroisse de Thuong-Lâm où il resta d'octobre 1953 à avril 1954. Ensuite, l'évêque lui confia la paroisse de Yên-Kiên, située à une trentaine de kms de Hanoï, sur la route de Hoà-Binh. Il pût circuler et travailler sans trop de difficultés jusqu'au mois d'octobre 1954. Mais bientôt les autorités "Viêtminh" ne supportèrent pas qu'un étranger circulât librement, et reçût de nombreuses visites. M.Levrey fut alors enfermé dans sa chambre avec un gardien armé devant sa porte, jour et nuit. On "lava le cerveau" de la population; M. Levrey subit six fois un jugement populaire et trois fois fut condamné à mort. Le Supérieur Régional, informé de la situation, fit intervenir M.le Délégué de France à Hanoï qui réussit, le 15 mai 1956, à le tirer de cette situation Soigné à la clinique St. Paul, à Hanoï, mais sans grands résultats, par ordre de son Supérieur Régional, M. Levrey fut rapatrié en France, où il arriva le 2 août 1956

    En octobre 1956, M.Levrey ayant reçu une nouvelle destination pour la mission de Phnom-Penh. s'embarqua à Marseille à bord du "Viêtnam", le 3 avril 1957. Mgr. Raballand lui confia la communauté viêtnamienne de la paroisse du Sacré-Coeur à Phnom-Penh. Il y travailla, ayant pris un congé en France du 15 mars au 30 août 1965,.jusqu'au mois d'octobre 1965. Il demanda alors à être envoyé à Battambang pour apprendre le cambodgien. Son stage dura jusqu'en mars 1966. Entre-temps, avait été fondée à Phnom-Penh dans le quartier de Tuk-Laak, par la division de la paroisse du Sacré-Coeur, la nouvelle paroisse St.Antoine ouverte aux kmers et aux viêtnamiens; elle fut confiée à M. Levrey, en avril 1966.

    Survinrent au Cambodge, les troubles politiques sérieux de 1970. Des sévices graves furent exercés à l'égard des viêtnamiens dont un nombre important quitta ce pays pour se réfugier au Viêtnam. Dans les quartiers où travaillait M.Levrey, il ne restait pratiquement plus de chrétiens; ne maitrisant pas suffisamment la langue Kmère, et avec l'accord de son évêque, le 1 novembre 1970, il gagna le Viêtnam. A la fin du mois de décembre 1970, il fut nommé aumônier de l'hospice de Phu-My dirigé par les soeurs de St. Paul de Chartres. Il prit un congé du 8 juin 1971 au 4 décembre 1971. Il résida chez les soeurs à Phu-My jusqu'au 13 janvier 1976, puis il s'installa à la maison des Missions Etrangères, rue Nguyên-Du à Saigon. Mais chaque jour, il se rendait à Phu-My, pour exerçer son ministère à l'hospice. Cela dura jusqu'au 23 juillet 1976, date à laquelle il fut expulsé du Viêtnam avec tous les autres missionnaires.

    Arrivé en France le 26 juillet 1976, après avoir pris un peu de repos, il fut heureux quand on lui proposa de partir pour l'île Maurice qu'il rejoignit le 28 janvier 1977. Placé à la cathédrale de Port Louis, chaque matin, il assurait le ministère de la réconcilaition, nommé aumônier de l'hôpital civil de cette ville, il consacrait l'après-midi à visiter les malades de ce centre qui comptait 360 lits. Par trois fois, Mgr. Margéot lui demanda d'aller visiter les 300 chrétiens travaillant à la cueillette des noix de coco, dans la petite île de Agaléga, à 1.100 kms au nord de Maurice. Il s'y rendit pour la semaine sainte de 1982. En 1983, entre deux voyages de bâteau, il séjourna dans cette île pendant quatre mois. Il y fit une dernière visite en juin 1984.

    Lors de son dernier retour d'Agaléga, il se sentit particulièrement fatigué, toussant beaucoup. Le 8 août 1984, le médecin diagnostiqua une tumeur au poumon en évolution rapide, et prescrivit son retour immédiat en France où il arriva le 10 août 1984. Hospitalisé à l'Hôtel-Dieu pour examens, il revint au séminaire de la rue du Bac. Très éprouvé par une série de rayons, il fut admis à l'hôpital Tenon, et c'est là qu'il décéda le dimanche matin 23 septembre 1984. Il fut inhumé à Paris, au cimetière Montparnasse.


    [3608] LEVREY Pierre, Victor, Joseph.



    Références bibliographiques

    AME 1938 p. 224. CR 1938 p. 235. 1954 p. 37. 1955 p. 33 (note). 1957 p. 35. 36. 1962 p. 70. 1963 p. 79. 1964 p. 43. 1965 p. 84. 86. 1966 p. 106-109. 1967 p. 76-78. AG80-1 p. 232. 82 p. 250. 85 p. 227. 234. BME 1938 p. 635. 789. photo p. 791. 1939 p. 283. 430. 801. 873. 1941 p. 692. 1948 p. 95. 101. 127. 1952 p. 647. 706. photo p. 690. 1953 p. 413. 911. 1954 p. 70. 267. 268. 358. 785. 902. 903. 1015. 1053. photo p. 467. 1956 p. 576. 813. 1006. 1957 p. 562. 968. 1958 p. 458. 863. 1959 p. 638. EPI 1962 p. 493. HIR n° 156/1. EC1 N° 295. 383. 462. 524. 525. 535. 545. 564. 599. 601. 604. 618. 752. 756. NS. 10P308. 34P240. 243. 37P21. 38P48. 39P80. 44/C2. p. 237. 48/C2. 49P39. 50P83. 84P114. 86P180. 87P219. 89P276. 90P310. 94P84. 97P182. 98P213. 99P248. 100/C2.p. 271. 103P21. 104P49. 105/C2.p. 90. 107P57. 119P172. 138P81. 173/496. 187/252. 188/C2. 189/C2. 194/117.

    Mars 1996
    Mémorial LEVREY Pierre, Victor, Joseph page
    "
    • Numéro : 3608
    • Année : None