Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles Emile LESSERTEUR

[ 860 ] LESSERTEUR Charles, Emile Missionnaire Tonkin Occidental - Paris ----------------
Add this

    [ 860 ] LESSERTEUR Charles, Emile

    Missionnaire

    Tonkin Occidental - Paris

    ----------------

    Charles, Emile LESSERTEUR naquit le 7 avril 1841, à Rennes, paroisse Toussaint, diocèse de Rennes, département de l'Ille-et-Vilaine, mais il fut incardiné au diocèse de Valence. Son père était gendarme. Transféré à Valence, dans la Drôme, il emmena avec lui son fils encore en bas âge. Charles-Emile commença ses études classiques à la maitrise de cette ville, et les continua au petit séminaire diocésain. Puis, il rentra au grand séminaire de Romans, dirigé par les jésuites; il y reçut les ordres mineurs le 25 mai 1861

    Le 4 Septembre 1861, il vint frapper à la porte du séminaire des Missions Etrangères. C'était le temps des édits de persécution de l'empereur Tu-Duc; on lisait au séminaire les lettres des martyrs, et l'on n'excluait pas d'avoir à témoigner ainsi de sa foi. Sous-diacre le 14 juin 1862, diacre le 30 mai 1863, M.Lesserteur fut ordonné prêtre le 26 mai 1864, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 15 juillet 1864. Des dix partants de ce jour-là, quatre furent mis à mort pour la foi, en Corée en 1866.

    Arrivé au Tonkin vers la fin de 1864, M.Lesserteur fut accueilli par Mgr. Jeantet et son coadjuteur Mgr.Theurel; il fit de rapides progrès dans l'étude de la langue viêtnamienne. En 1865, il fut donné comme compagnon d'apostolat à M. Puginier, provicaire et chef des districts de Hung-Hoa et Son-Tây. Là avaient versé leur sang peu d'années auparavant, Charles Cornay, Augustin Schoeffler, Pierre Néron, et de nombreux chrétiens viêtnamiens..

    En 1866, M.Lesserteur jugé capable de diriger seul un district, fut envoyé dans la province de Ninh-Binh, à Phuc-Nhac, chrétienté d' environ 1400 fidèles. Il y construisit une belle église, et augmenta le nombre des chrétiens. Sur les indications de M.Lesserteur, Mgr.Theurel, lors de sa visite pastorale en 1867, forma le projet de faire ériger en vicariat distinct les deux provinces de Ninh-Binh et de Than-Hoa. Phu-Nhac serait le lieu de résidence du nouveau Vicaire Apostolique, et un séminaire allait y être construit.

    En Juillet 1867, Mgr. Theurel confia à M. Lesserteur la restauration du séminaire de Hoàng-Nguyên, le plus ancien des établissements du Tonkin. Détruit lors des persécutions de 1858, il fut réouvert, vers la fin de 1862. Après la mort de M.Saiget, le 17 Août 1868, M. Lesserteur en fut nommé supérieur; homme d'autorité, d'initiative et d'entrain, il introduisit de sensibles améliorations, et éleva le niveau des études. Il s'occupa du village de Hoang-Nguyên et en fit une paroisse modèle. Il fonda deux nouvelles chrétientés. En 1870, à la demande de Mgr. Puginier, il revisa à Ke-So, en vue de l'imprimer, le dictionnaire de Mgr. Theurel.

    Rappelé en France pour représenter les Missions du Tonkin, il visita le Tonkin méridional et les missions de Cochinchine. Il arriva à Paris vers la fin Août 1872, et fut reçu directeur au séminaire le 2 septembre suivant. Il exerça les fonctions de procureur des commissions, enseigna le dogme, l'Ecriture Sainte et la Liturgie. Outre quelques brochures sur des thèses de théologie, il publia en 1885, dans La Revue Française\ une étude sur "Le rituel domestique des Funérailles en Annam". Il donna des articles dans "l'Univers". Dans les "Missions Catholiques" il écrivit plusieurs études sur les remèdes usités au Tonkin contre la rage et la lèpre. En 1888, dans la "Revue Française" il fit paraitre une série d'articles sur "Paul Bert et les Missionnaires" Il défendit M. Maillard, missionnaire en Cochinchine Orientale, contre les calomnies d'un écrivain peu honnête. Il publia , en le retouchant,un travail de Mgr. Néez sur "Les premiers prêtres indigènes de l'Eglise du Tong-King" et à l'occasion de sa béatification, une vie du "Bienheureux Théophane Vénard".

    Après la brève ouverture d'un sanatorium à Aix en Provence, M.Triquet, son premier supérieur, mourut subitement le 6 février 1885; le 22 février suivant M.Lesserteur fut élu nouveau supérieur pour "le sanatorium situé dans le midi de la France." Le 31 mars 1885, quittant Aix, il partit pour Hyères où se trouvait, sur le cours Burlière, le nouvel établissement, qui au 15 mai 1885, comptait six pensionnaires. Le 25 mai 1885, M. Delpech proposa le domaine de Montbeton, au Conseil qui accepta. Le 26 juin suivant, MM.Delpech et Lesserteur se retrouvèrent en gare de Montauban, visitèrent les lieux, et eurent deux longs entretiens avec Mme de Mesnard. Un accord fut signé. Le 29 Juin 1885 le Conseil à l'unanimité vota la fondation de Montbeton, le lendemain M.Lesserteur en fut nommé premier supérieur. Il eût la charge de tout installer et de tout organiser. La messe de l'inauguration solennelle fut célébrée par Mgr. Desflèches, le 1 juin 1886. En 1888, M.Lesserteur reçut M.Rêmes comme assistant, et en 1893, il lui céda sa place de supérieur. Durant son supériorat, M.Lesserteur s'efforça de rendre service à la paroisse de Montbeton et au diocèse de Montauban. En 1893, Mgr. Fiard,evêque de Montauban l'honora du camail de chanoine honoraire de sa cathédrale.

    Il reprit, en 1893, ses fonctions de directeur au séminaire de Paris, et fut chargé de l'enseignement du grand cours de théologie, des affaires militaires, de la bibliothèque et des archives. M. Rouseille, supérieur du séminaire de Bièvres étant décédé le 22 janvier 1900, M.Lesserteur lui succéda pour un court interim; il fut installé le 15 mars 1900, dans sa nouvelle fonction. Remplacé par M.Bouchut lors des élections triennales de juin 1901, il retrouva son enseignement du grand cours, à Paris, jusqu'en 1914.Il demanda alors à se retirer à Montbeton.

    il revint au séminaire de Paris pour quelques jours, en vue de fêter son jubilé sacerdotal, le 21 mai 1914, jour de l'Ascension. Puis il rentra à Montbeton, fidèle à suivre les exercices de la communauté. Le 16 Avril 1916, dimanche des Rameaux, il s'affaissa en descendant le marchepied de l'autel. Cette chute fut suivie de complications, il perdit l'usage de la parole. M.Seguin lui donna le sacrement des malades. Il s'éteignit à midi et demie le 18 avril 1916. Sa dépouille mortelle repose dans le cimetière du sanatorium St. Raphaël, à Montbeton.
    Références bibliographiques

    AME 1889 p. 115. 133. 1901 p. 69. 114. 1902 p. 199. 1904 p. 333. 1905 p. 57. 1906 p. 19. 1909 p. 204. 205. 216. 217. 1914 p. 199. 201. photo p. 161. 1938 p. 33. CR 1873 : mai p. 4; sept. p. 5. 1874 : janv. p. 45. juil. p. 3. 1876 : déc. p. 25. 26. 1883 p. 114. 1885 p. 136. 137. 200. 1886 p. 150. 174. 178. 214. 1887 p. 209. 288. 1888 p. 214. 1889 p. 240. 1891 p. 295. 1892 p. 255. 284. 1893 p. 264. 1894 p. 409. 1896 p. 327. 1897 p. 352. 1898 p. 264. 1900 p. 255. 1901 p. 273. 275. 1902 p. 311. 312. 1904 p. 289. 1907 p. 320. 1910 p. 295. 1913 p. 306. 1914 p. 140. 1915 p. 158. 199. 1916 p. 89. 176. 178. 185. 1919 p. 139. 195. 1924 p. 206. 1937 p. 265. BME 1930 p. 604. 1957 p. 135.



    Janvier 1995
    Bibliographie
    "Science & Religion" sur "Malice intrinsèque du mensonge" chez Téqui 1899
    "Prédestination & Salut final du monde païen"chez Bloud 1899
    "Prédestination et Thomisme" 1903
    "Le juif, voilà l'ennemi "

    Mémorial LESSERTEUR Charles, Emile page


    "
    • Numéro : 860
    • Année : None