Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Etienne Marie François LESSARD

LESSARD Étienne (1916-1992)
Add this
    LESSARD Étienne

    (1916-1992)


    [3859] LESSARD Étienne, est né le 29 juillet 1916 à Cancale, dans le diocèse de Rennes (Ile et Vilaine). Il fit ses études primaires à Cancale et ses études secondaires à Châteaugiron. Il passa avec succès son Brevet. Puis il entra au Grand Séminaire de Rennes en 1933. La guerre la mobilisa jusqu'en 1941. Il fut libéré après avoir été blessé. Il revint au Séminaire et fut ordonné prêtre le 23 mars 1943. On l'affecta dans l'enseignement jusqu'en 1948. Quand son archevêque lui donna enfin la permission d'entrer aux Missions Étrangères, il partit pour la mission de Mysore, le 4 octobre 1949, après une année de probation.

    Son évêque, Mgr. René Feuga, l'envoie aussitôt à Nagavalli, centre de nouveaux chrétiens, administré en ces temps-là par le curé de la cathédrale de Mysore. Nagavalli était situé en lisière de la forêt, et le Père qui aimait s'isoler dans la nature sauvage, décida un beau jour d'aller s'enfoncer un peu dans la jungle. Il monta à flanc de montagne, se reposa, et repartit par un chemin rocailleux, par où il redescendait de pierre en pierre. Soudain, il crut à un tremblement de terre : il avait atterri sur le dos d'un éléphant assoupi. Il n'eut que le temps de faire un bond dans le vide, traversa un buisson épineux et s'enfuit à toutes jambes. Arrivant à Nagavalli, il alla conter son histoire et sa rencontre aux Soeurs du dispensaire, et surtout, il se fit enlever les centaines d'épines au bas de son épine dorsale.

    Il resta à Nagavalli de novembre 1949 à septembre 1951, vivant au milieu des chrétiens, qui garderont le souvenir d'un homme de grande simplicité. Il avait fort bien appris la langue et s'était mis au rythme de ses gens.

    Un peu fatigué, il dut aller se reposer à Kotagiri, dans les Montagnes bleues, chez son ami, le Père Fayolle, curé de la paroisse. En mars 1952, il est nommé bien loin de là, dans une desserte de la paroisse de Setihalli, près de Hassan, le centre de Magghe. C'est un poste de jungle, presque perdu au milieu des bois, de l'autre côté de la rivière. Le Père Lessard passa là une existence érémitique à l'extrême bord d'une petite chaine de collines abondamment arrosées par les pluies de la mousson. Il se plait dans sa thébaïde. En 1958, il termine la construction d'un couvent, où viendront s'établir les Soeurs salésiennes missionnaires.
    Quant à sa santé, son coeur fatigué bat régulièrement avec un pacemaker. Mais, le besoin se fit sentir d'aller prendre un repos bien mérité en France. Il arriva à Paris le 24 avril 1959. Il repartit de France le 26 janvier 1960, pour être curé de Gadanahalli, un village kanara, près de Hassan, à cinq kilomètres de toute voie carossable, et à six lieues du plus proche de ses collègues. Il a là des chrétiens assez difficiles, qui cèdent parfois, surtout pour les mariages, à l'attrait des superstitions hindoues.

    En janvier 1962, il fut nommé à Pandavapuram, près de Mysore, l'ancien french rocks" du temps du Sultan Tippou, aidé par les soldats français dans la guerre contre les Anglais, fin du XVIIIè siècle.
    Le Père est aidé par quatre religieuses, et en plus des chrétiens de Pandavapura, il doit s'occuper des descendants des chrétiens kanaras reconvertis par le célébre abbé Dubois, des MEP.

    Très fatigué de nouveau, il repartit pour la France en janvier 1968. Il se rétablit et pensa revenir en Inde. Il revint à Mysore le 15 septembre 1969. L'évêque le nomme alors aumônier des religieuses brigitinnes, qui ont un couvent à Mysore. Comme il a des loisirs, il les emploie à lire et à s'instruire dans tous les domaines : l'étude du Sanskrit, la géologie, l'histoire naturelle et l'hindouisme. Rien de ce qui est humain ne lui est étranger.

    En juillet 1971, il désire reprendre un service plus actif, et on le nomme comme aumônier des religieuses carmélites apostoliques dans la ville de Mandya. Au cours de l'été 1974, une maladie insidieuse le poussa à prendre du repos, d'abord en Inde, et en septembre 1974, en France. Hospitalisé d'abord à l'hôpital Pasteur, on lui trouve une méningite cérébro-spinale d'un type très rare. Les remèdes appropriés lui furent donnés et il pensa prendre une convalescence. Mais de nouveau, il fut obligé d'aller à l'hôpital Necker, puis à l'hôpital de Bicêtre, pour finalement se reposer jusqu'au 17 octobre 1975.

    C'est alors qu'il va passer ses dernières années en Inde, comme aumônier des Petites Soeurs des Pauvres, près de la cathédrale de Mysore. Il subit une opération de la prostate en juin 1976, suivie d'une embolie cérébrale, dont il sortit gravement handicapé. Il éprouvait une certaine difficulté à s'exprimer, mais il retourna chez les Soeurs des Pauvres, plutôt comme pensionnaire que comme aumônier. Toutefois, il continua à faire l'édification des personnes âgées. Il disait la messe chaque matin, et il suffisait de le regarder célébrer l'eucharistie pour se sentir en communion avec lui, plein de foi et d'amour.

    Encore une fois, le 20 avril 1979, il revint en France. Reparti pour l'Inde le 25 octobre, il retourne en France le 25 avril 1987. En 1887, nouveau voyage en France d'où il revint le 7 novembre pour regagner son poste chez les Petites Soeurs des Pauvres. Il restait à la disposition des personnes âgées, qui lui demandaient les sacrements, en danger de mort.

    Une dernière fois, le 2 juillet 1991, il dut regagner la France. Mais il ne put revenir en Inde. Un confrère l'emmena à Montbeton, dans le sud de la France, et à peine arrivé, il dut être transporté à l'hôpital. Il n'y avait plus d'espoir. Il mourut le 2 décembre 1992.

    Le Père Lessard connut la souffrance morale plus encore peut-être que la souffrance physique, mais jamais il ne se départit de sa sérénité et n'exhala la moindre plainte. Qui l'entendait rire pouvait deviner qu'il était profondément heureux.



    Références bibliographiques

    CR 1949 p. 153. 1950 p. 123. 1960 p. 86. 1961 p. 89. 1962 p. 103. 1963 p. 808. 1964 p. 71. 1965 p. 136. 1966 p. 182. 1967 p. 128. 1969 p. 147. 1974-76 p. 194. AG80-81 p. 213. 82 p. 212. 85 p. 223. 91 p. 269. BME 1948 p. 377. 1949 p. 536. 1950 p. 638. 639. 1952 p. 187. 642. 1953 p. 113. 596. 1958 p. 655. 1959 p. 553. 888. 1960 p. 264. 839. 1961 p. 768. EPI oct. 1967 n° 32 p. 269 (hindouisme). Enc. PdM. 12P4. EC1 N° 464. 469. 470. 473. 660. 673. NS. 7P193. 8P249. 23/C2. 36P308. 57P312. 79/C2 p. 307. 81P19. 82P45. 83P75. 86P176. 91/C2. 130/C2 p. 186. 135/C2. 174/C2. 178/C2. 182/79. 224/C2. 762/C2.

    "
    • Numéro : 3859
    • Année : None