Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alexandre François LEGROS

[2259]. LEGROS, Alexandre-François, né à Montviron (Manche) le 18 mai 1871, fit ses études à l'institution Saint-Joseph à Villedieu, au collège diocésain de Saint-Lô, et au grand séminaire de Coutances. Il entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 14 septembre 1894, reçut la prêtrise le 27 septembre 1896, et partit le 4 novembre suivant pour la mission du Kouang-tong. Il fut d'abord vicaire à Ting-hai. En 1897, Mgr Chausse, ayant divisé ce district alors très vaste, chargea Legros de la circonscription de Tchao-peng.
Add this
    [2259]. LEGROS, Alexandre-François, né à Montviron (Manche) le 18 mai 1871, fit ses études à l'institution Saint-Joseph à Villedieu, au collège diocésain de Saint-Lô, et au grand séminaire de Coutances. Il entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 14 septembre 1894, reçut la prêtrise le 27 septembre 1896, et partit le 4 novembre suivant pour la mission du Kouang-tong. Il fut d'abord vicaire à Ting-hai. En 1897, Mgr Chausse, ayant divisé ce district alors très vaste, chargea Legros de la circonscription de Tchao-peng. Malgré l'hostilité des mandarins et des protestants, le missionnaire réussit à mener à bien sa tâche.
    En 1900, pendant le mouvement xénophobe, il soutint deux sièges dans sa résidence, où s'étaient réfugiés presque tous ses néophytes et les ministres protestants, qui précédemment l'avaient attaqué avec violence. En 1901, il releva de leurs ruines plusieurs de ses stations. Quand peu après survint la peste, il se dévoua sans compter auprès des contaminés. Il mourut le 19 août 1902 à Swatow.
    A sa mort, ses chrétiens résumèrent ainsi ses travaux : \ Lorsque le P. Tam (nom chinois de M. Legros) est venu ici, nous étions 35 en tout ; nous n'avions pas de chapelle, nous étions persécutés de toutes façons. Le Père nous a secourus, il nous a nourris, il nous a protégés. Maintenant nous possédons 22 oratoires ; nous sommes 700 baptisés ; et si nous sommes encore en butte à quelques vexations passagères, nous nous sentons du moins plus libres et plus forts ; notre religion est respectée. Tout cela, nous le devons au P. Tam. "
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1897, p. 117 ; 1899, p. 164 ; 1900, p. 125 ; 1901, p. 124. - M. C., xxix, 1897, Persécution locale, p. 445. - A. M.-E., 1909, p. 41. - Sem. rel. Coutances, 1900, p. 940 ; 1902, Sa mort, p. 626. - Bull. Assoc. Saint-Lô, pp. 13 et suiv.
    Le culte de N.-D. de Lourd., p. 146.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1903, p. 341.


    "
    • Numéro : 2259
    • Année : None