Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Louis LEGRÉGEOIS

[369]. LEGRÉGEOIS, Pierre-Louis, né le 6 août 1801 au hameau des Iles, commune de Saint-Germain-du-Crioult (Calvados), fit ses études classiques au collège Stanislas à Paris, et au petit séminaire de Bayeux. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 6 juin 1826. Prêtre le 22 décembre 1827, il partit le 27 février de l'année suivante pour la procure de Macao, en qualité de sous-procureur.
Add this

    [369]. LEGRÉGEOIS, Pierre-Louis, né le 6 août 1801 au hameau des Iles, commune de Saint-Germain-du-Crioult (Calvados), fit ses études classiques au collège Stanislas à Paris, et au petit séminaire de Bayeux. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 6 juin 1826. Prêtre le 22 décembre 1827, il partit le 27 février de l'année suivante pour la procure de Macao, en qualité de sous-procureur.
    Il succéda à Baroudel, devint chef de la procure en 1830, et remplit ces fonctions pendant douze ans à la satisfaction de tous. Les lettres très nombreuses qu'il écrivit au Séminaire des M.-E. renferment beaucoup de détails sur les missionnaires, et permettent de fixer des points que les grandes lignes de l'histoire laissent de côté. Il garda la copie ou le brouillon des lettres qu'il adressa à ses correspondants missionnaires ou étrangers ; on peut donc suivre jour par jour presque tout ce qui, à cette époque, se passa à la procure de Macao. Sa vie fut moins tranquille qu'on ne pourrait le supposer : le gouverneur de Macao le tracassa, tantôt à cause des passeports des missionnaires qu'il aurait voulu revêtir du visa officiel, tantôt à cause des passages de missionnaires, qu'il jugeait trop fréquents et pas assez secrets. Les choses allèrent si loin, qu'en 1834, Legrégeois reçut l'ordre de quitter Macao.
    Il partit pour Goa, exposa la situation au vice-roi, obtint gain de cause, et revint à la procure. Mais les relations avec les autorités de Macao, et même avec le clergé, qui prenait le parti de son gouvernement, restèrent assez froides. Aussi, dès que les Anglais eurent acquis l'île de Hong-kong, 1841, songea-t-il à y transporter la procure ; dans ce but, il acheta une propriété avec son argent personnel.
    Rappelé en 1842 pour être procureur des missions à Rome, et cette mesure n'ayant pas été agréée par plusieurs vicaires apostoliques, pour des motifs tirés du Règlement général de la Société, il fut nommé directeur du Séminaire des M.-E. et reçu officiellement le 10 octobre.
    Voici les différentes charges qu'il occupa, avec les dates correspondantes de ses nominations : procureur de la recette, le 27 novembre 1843 ; secrétaire du Conseil, le 15 janvier 1844 ; procureur de la recette, le 13 octobre 1845 ; secrétaire du Conseil, le 18 octobre 1847 ; procureur de la recette, le 17 octobre 1859. Il avait été pendant quelques années, à dater de 1843, procureur de la mission du Yun-nan. En qualité de secrétaire du Conseil, il fit les comptes-rendus annuels de l'état politique et religieux de l'Europe (Voir LANGLOIS).
    Il mourut au Séminaire des M.-E. le 16 avril 1866. Le Musée de la Propagation de la Foi, à Lyon, possède des objets chinois envoyés par lui.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., années 1844, 1847-1850 [Autographie]. - A. P. F., vi, 1833-34, p. 514 ; viii, 1835-36, Détails sur Goa, p. 579. - A. S.-E., xviii, 1846, p. 227. - Sem. rel. Bayeux, 1866, Notice, pp. 206, 395 ; 1870, Notice, p. 214.
    Collect., 21 sept. 1852 : n° 1935.

    • Numéro : 369
    • Année : None