Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

dosithée adolphe LECOMTE

[1233]. LECOMTE, Dosithée-Adolphe, né à Moulay (Mayenne) le 11 février 1849, fit ses études au petit séminaire de Mayenne, et entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 septembre 1871. En 1873, il accompagna à Rome le procureur général de la Société des M.-E. Il reçut le sacerdoce le 19 septembre 1874, et partit le 16 décembre suivant pour le Japon.
Add this
    [1233]. LECOMTE, Dosithée-Adolphe, né à Moulay (Mayenne) le 11 février 1849, fit ses études au petit séminaire de Mayenne, et entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 septembre 1871. En 1873, il accompagna à Rome le procureur général de la Société des M.-E. Il reçut le sacerdoce le 19 septembre 1874, et partit le 16 décembre suivant pour le Japon.
    Lors de la division de cette mission, en 1876, il fit partie du vicariat du Japon septentrional. Envoyé en 1878, à titre de professeur de français, dans la petite chrétienté de Matsunaga près de Numazu, il l'améliora moralement et matériellement, car il enseigna aux agriculteurs à amener régulièrement l'eau dans leurs rizières. Il administra ensuite la chrétienté d'Ogawamachi, ou Kanda, à Tôkiô ; il acheva d'y construire l'orphelinat et le pensionnat des Sœurs de Saint-Paul de Chartres. De là, il passa à Niigata où il établit l'orphelinat des Sœurs de la même Congrégation.
    En 1891, lors de la création du vicariat apostolique, et peu après, du diocèse de Hakodaté, il appartint à cette mission, et fut choisi pour vicaire général par Mgr Berlioz. En 1893, l'évêque l'appela à Hakodaté pour diriger la paroisse et la procure. Lorsqu'il fut question d'installer le monastère trappiste de Notre-Dame du Phare, on lui confia cette œuvre ; il s'y dévoua tout entier et vit ses efforts couronnés de succès.
    En 1898, il quitta le diocèse de Hakodaté pour s'associer à Nazareth, la maison de retraite spirituelle que la Société des M.-E. possède à Hong-kong, et se consacra aux travaux de l'imprimerie. Nommé, en décembre 1899, supérieur de la maison, il remplit ses nouvelles fonctions avec son dévouement, sa patience et son amabilité ordinaires. Il fit reconstruire le bâtiment qui renferme la bibliothèque et le réfectoire, et ajouta une annexe à l'imprimerie. En même temps, il avait été, de 1900 à 1902, supérieur intérimaire du sanatorium de Béthanie. C'est dans ce dernier établissement qu'il mourut, le 13 juin 1911.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1880, p. 13 ; 1885, p. 27 ; 1887, p. 52 ; 1888, p. 43 ; 1889, p. 38 ; 1890, pp. 41, 47 ; 1891, p. 43 ; 1892, p. 83 ; 1893, p. 95 ; 1894, pp. 103, 110 ; 1895, p. 107 ; 1896, p. 96 ; 1897, p. 74 ; 1900, p. 251 ; 1905, p. 375 ; 1910, p. 293. - M. C., xxviii, 1896, p. 125. - B. O. P., 1896, Sur la fondation d'une Trappe au Japon, p. 513. - Sem. rel. Laval, 1891-92, p. 24.
    La Rel. de Jésus, ii, pp. 380, 560.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1911, p. 357.


    • Numéro : 1233
    • Année : None