Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Amédée Henri LE MÉE

[1632] LE MEE Amédée, Henri Missionnaire Cochinchine Occidentale - Saïgon ----------------------- [1632] Amédée, Henri LE MEE naquit le 27 Août 1860, à Granville, diocèse de Coutances, département de la Manche. Le 14 Février 1864,son oncle, M. Henri-Louis LE MEE, ancien secrétaire de Mgr. Morlot, Archevêque de Paris,ayant reçu sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale, s'embarqua pour Saïgon.
Add this

    [1632] LE MEE Amédée, Henri

    Missionnaire

    Cochinchine Occidentale - Saïgon

    -----------------------
    [1632] Amédée, Henri LE MEE naquit le 27 Août 1860, à Granville, diocèse de Coutances, département de la Manche. Le 14 Février 1864,son oncle, M. Henri-Louis LE MEE, ancien secrétaire de Mgr. Morlot, Archevêque de Paris,ayant reçu sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale, s'embarqua pour Saïgon.

    Quant à Amédée, ses études secondaires terminées, il rentra laïque au Séminaire des Missions Etrangères, le 07 Septembre 1880. Tonsuré le 24 Septembre 1881, minoré le 23 Septembre 1882, sous-diacre le 22 Septembre 1883, diacre le 08 Mars 1884, il fut ordonné prêtre le 20 Septembre 1884, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale, qu'il partit rejoindre le 03 Décémbre 1884.

    Le 05 Janvier 1885, il arriva à Saïgon, fut reçu par son oncle Henri-Louis, curé de la Cathédrale de Saïgon, qui le présenta à Mgr. Colombert .Celui-ci l'envoya d'abord s'initier à la langue viêtnamienne et aux us et coutumes du pays. Puis, en 1890, M.Amédée LE MEE recût la charge du district de My-Hoi. proche de la petite ville de Long-Thanh. En 1899, il acheva de construire l'église, au sommet d'un mamelon; son district comptait, à cette époque,1.650 chrétiens, répartis en dix chrétientés.Il était aidé par un prêtre viêtnamien.

    Pendant vingt neuf ans, il travailla à My-Hoi, se faisant tout à tous, pauvre au milieu d'une population pauvre.Il partait administrer ses chrétientés, sa vieille sacoche à l'épaule, avec le même mépris du soleil, de l'élégance, ayant même tendance à vivre comme certains pères du désert. Dédaigneux des délicatesses du monde, homme rude, droit comme une épée, acceptant rarement les invitations; il se dévouait au service des pauvres, des miséreux., des ouvriers qui travaillaient sur les plantations.

    Au mois de mars 1919, se déclara une épidémie de choléra. M.Amédée LE MEE se multiplia pour secourir les victimes. Le 05 Avril 1919, vers 16 heures, il rentra à My-Hoi, entendit quelques confessions, puis se retira chez lui. Vers le milieu de la nuit, ressentant les premières douleurs du choléra, il envoya chercher le prêtre le plus proche à trente kms.de là. Lorsque celui-ci arriva le lendemain,vers les 9 heures du matin, M.Amédée LE MEE, depuis une demi-heure, avait rendu son âme à Dieu.

    LE MEE

    Amédée

    (1860 - 1919)

    [1632]

    Références biographiques
    AME 1913 p. 306. 1919-20 p. 192. CR décembre 1884 p. 158. 1896 p. 218. 1899 p. 216. 1919 p. 82. 204. 1920 p. 90.




    Juin 1994

    • Numéro : 1632
    • Année : None