Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie LE GUILCHER

[641]. LE GUILCHER, Jean-Marie, né le 4 avril 1828 à Ploëzal (Côtes-du-Nord), entra diacre au Séminaire des M.-E. le 1er janvier 1852, reçut la prêtrise le 18 décembre suivant, et partit pour le Yun-nan le 19 avril 1853. Il débuta à Hoang-kia-pin, non loin de Ta-li, où il resta assez longtemps. Il eut à supporter bien des misères, surtout de la part des Mahométans qui, révoltés contre le gouvernement chinois, l'obligèrent plusieurs fois à prendre la fuite.
Add this
    [641]. LE GUILCHER, Jean-Marie, né le 4 avril 1828 à Ploëzal (Côtes-du-Nord), entra diacre au Séminaire des M.-E. le 1er janvier 1852, reçut la prêtrise le 18 décembre suivant, et partit pour le Yun-nan le 19 avril 1853. Il débuta à Hoang-kia-pin, non loin de Ta-li, où il resta assez longtemps. Il eut à supporter bien des misères, surtout de la part des Mahométans qui, révoltés contre le gouvernement chinois, l'obligèrent plusieurs fois à prendre la fuite.
    Il se fixa ensuite à Ta-pin-tse en 1868 ; il y reçut de Lagrée et ses compagnons de l'expédition du Mékong. Il leur rendit des services signalés qui faillirent lui coûter la vie ; aussi F. Garnier n'a fait que remplir un devoir de justice, en écrivant ces lignes dans son ouvrage Voyage d'exploration en Indo-Chine : \ Je désire vivement que ce livre porte au P. Le Guilcher l'expression de ma gratitude pour les immenses services qu'il a rendus à l'expédition française, de mon admiration pour un courage et un dévouement qui lui semblent si naturels. "
    Après la révolte, le missionnaire construisit à Ta-pin-tse une église, une résidence et des écoles. Il établit ensuite un poste à Ta-li, chef-lieu de la région, en achetant la résidence d'un des chefs de la rébellion mahométane ; il y passa trente ans, acquit dans la ville une certaine influence, et rendit des services à plusieurs explorateurs européens. En 1883, il fut nommé provicaire. En 1900, lors de la révolte des Boxeurs, il dut par ordre, et bien contre son gré, quitter son poste où on le croyait en danger. Il prit la route de Birmanie avec trois autres missionnaires, arriva sain et sauf à Mandalay, puis gagna Rangoon, et alla passer quelque temps à Hong-kong, où s'étaient réfugiés son vicaire apostolique Fenouil, et plusieurs missionnaires du Yun-nan. Retourné à Ta-li, il travaillait à organiser le poste de Mong-hoa, lorsque les mandarins opposèrent à la confiance parfois trop grande du missionnaire des obstacles, d'où s'ensuivit un procès. Le Guilcher dut se rendre dans ce village ; c'est là qu'il mourut le 22 janvier 1907. Son corps rapporté à Ta-li fut enterré près du presbytère. Les archives du Séminaire des M.-E. possèdent de lui un manuscrit plein de détails, malheureusement trop peu précis, sur l'histoire catholique du district qu'il évangélisa.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1874 (déc.), p. 13 ; 1875, p. 18 ; 1877, pp. 16, 39 ; 1878, p. 21 ; 1879, p. 29 ; 1881, p. 46 ; 1883, p. 122 ; 1884, pp. 70 et suiv. ; 1886, p. 62 ; 1888, p. 232 ; 1891, p. 107 ; 1903, p. 109 ; 1905, p. 93 ; 1906, p. 102 ; 1907, p. 134. - A. P. F., xlvii, 1875, Mort de M. Baptifaud, p. 242 ; Ib., p. 247 ; l, 1878, p. 242. - A. S.-E., x, 1858, p. 71 ; xi, 1859, p. 111 ; xxii, 1870, p. 222. - M. C., v, 1873, p. 122 ; vii, 1875, Massacre de M. Baptifaud, p. 34 ; Ib., p. 88 ; Ib., Evénements de Pien-kiao, p. 209 ; Ib., p. 213. - B. O. P., 1892, p. 586. - Sem. rel. Saint-Brieuc, 1907, Sa mort, p. 198 ; Ib., Notice, p. 287. - Le Tour du Monde, 1873, 1er sem., pp. 284 et suiv., 318, 323 et suiv., 330, 335 et suiv., 351, 352 ; 1901, 1er sem., p. 1. - L'Explorateur, 1875, 2e sem., p. 62.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Thibet, Tab. alph. - Voy. d'expl. en Indo-Ch., i, pp. 505 et suiv., 523, 535, 539. - Voy. au Yun-nan, pp. 204 et suiv. - Du Tonk. aux Indes, p. 119.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1907, p. 359.
    Portrait. - Du Tonk. aux Indes, p. 119.


    "
    • Numéro : 641
    • Année : None