Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Toussaint Marie LE BONZEC

LE BONZEC Toussaint (1856 - 1926)
Add this
    LE BONZEC

    Toussaint

    (1856 - 1926)

    [1667] LE BONZEC Toussaint, Marie, naquit à Ploëmeur, dans le diocèse de Vannes, le 2 novembre 1856. Il était très pieux et voulait devenir prêtre. Il entra au Grand Séminaire de Vannes, et fut ordonné prêtre le 18 décembre 1880. Après quelques années de ministère dans son diocèse, il demanda a être admis aux Missions Etrangères. Il passa une année à la rue du Bac et reçut sa destination pour Coïmbatore en septembre 1885. Il s'embarqua pour l'Inde le 22 novembre 1885 et se mit aussitôt à l'étude de l'anglais et du tamoul.

    Puis, il exerça son ministère à Saveriarpalayam, dans la plaine, ensuite à Ootacamund, dans les Montagnes bleues, et à Erode, de nouveau dans la plaine. Là, il eut le bonheur de convertir quelques hindous.

    C'est en janvier 1897, qu'il fut nommé dans la paroisse de Valipalayam, pour y passer le reste de sa vie. Il vécut là au milieu de ses chrétiens, des gens de caste qui profitèrent de ses sermons, toujours bien préparés. Il faisait régulièrement le catéchisme aux enfants, chaque dimanche à l'église. Il essayait de découvrir des vocations et s'imposait alors des sacrifices pour les faire étudier jusqu'à leur admission au Petit Séminaire.

    Au pays des castes, il n'eut pas le bonheur de baptiser beaucoup de gens de caste, ordinairement très attachés à leurs traditions de famille et à la religion hindoue. Alors, il se concentra sur les chrétiens de sa paroisse. Il leur construisit une église, large et spacieuse, et dans l'une de ses dessertes, il érigea une chapelle suffisante pour les besoins de la population de ce village.

    En ce qui concerne sa vie spirituelle, il était très régulier pour ses exercices de piété. Les jours où il devait partir en voyage pour aller visiter ses dessertes, il finissait toujours messe et bréviaire avant de partir. Il priait beaucoup, et Dieu seul sait combien de chapelets il récita en se promenant dans sa véranda.

    La tradition pastorale dans ce pays voulait que le missionnaire, chaque année après Pâques, aille résider quelque temps dans les villages chrétiens, pour la isséranei", c'est-à-dire l'administration spirituelle de tous ses paroissiens. En mai 1926, il était dans un village et les derniers jours de l'administration furent pénibles. Le Père était très fatigué, surtout à une saison très chaude, très peu propice au travail, mais qui convenait aux chrétiens moins occupés ces jours-là. Il perdit connaissance. On informa son plus proche voisin, le Père Gaucher, qui le fit transporter à la ville voisine, où le docteur déclara qu'il avait un épanchement du cerveau, et que son état était très grave. Il reçut l'Extrême Onction et au milieu de la nuit, il rendit le dernier soupir. C'était le 9 mai 1926. Après les funérailles, il fut inhumé dans le cimetière de Valipalayam, cette grosse paroisse où il s'était dévoué pendant près de 30 ans, dans la plaine torride de Coïmbatore.





    Références biographiques
    AME 1905 p. 186 (art.). 1926-27 p. 160. CR 1885 p. 144. 257. 1890 p. 200. 1893 p. 254. 1894 p. 288. 1895 p. 318. 1900 p. 238. 1903 p. 288. 289. 1904 p. 272. 1906 p. 255. 1910 p. 280. 1912 p. 196. 1926 p. 157. 216. 1951 p. 128. BME 1926 p. 457. EC RBac N° 108.

    "
    • Numéro : 1667
    • Année : None