Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Antoine Marie LAVAL

LAVAL Antoine (1878-1955) [2802] LAVAL Antoine, Marie, est né le 5 août 1878 à Fontanès, dans le diocèse de Lyon (Loire). Après ses études primaires, il fit ses études secondaires au Petit Séminaire St Jodard. Il fit ensuite son Grand Séminaire à Alix (Lyon). Il entra aux Missions Étrangères le 9 septembre 1901. Ordonné prêtre le 29 juin 1904, il partit pour la mission de Mysore en Inde le 17 août 1904. Il fut d'abord envoyé à Mysore, puis à Chikmagalur. Ensuite, il occupa différents postes à Mysore, et Mercara jusqu'en 1923.
Add this
    LAVAL Antoine

    (1878-1955)


    [2802] LAVAL Antoine, Marie, est né le 5 août 1878 à Fontanès, dans le diocèse de Lyon (Loire). Après ses études primaires, il fit ses études secondaires au Petit Séminaire St Jodard. Il fit ensuite son Grand Séminaire à Alix (Lyon). Il entra aux Missions Étrangères le 9 septembre 1901. Ordonné prêtre le 29 juin 1904, il partit pour la mission de Mysore en Inde le 17 août 1904. Il fut d'abord envoyé à Mysore, puis à Chikmagalur. Ensuite, il occupa différents postes à Mysore, et Mercara jusqu'en 1923.

    Il prend alors en charge le district de Thumboochettyur, paroisse fervente pour laquelle l'église s'avère trop petite. Il relève, en 1925, le chiffre de 736 chrétiens dispersés en 20 villages.

    Pour raison de santé, il dut retourner en France pour se soigner et il revint en Inde en 1932. Il alla remplacer le P. Dutay à Coromandel. En 1935, il se retrouve à Whitefield, où il séjournera, à part quelques mois à l'hôpital Ste Marthe, jusqu'en 1954.

    Dans les premiers jours de 1954, Mgr. Thomas Pothacamury vint un jour l'arracher à sa traditionnelle paroisse de Whitefield, pour l'amener à Ste Marthe, car il avait besoin de soins urgents. Mais bientôt, l'heure du repos sonna : le Père ne pouvait se déplacer qu'à petits pas.

    Il revint à Whitefield pour son jubilé d'or. Ce fut toute une journée de cérémonies, six mois avant sa mort. Cela le fatigua beaucoup, mais pourtant le soir, pendant le repas, le Père jubilaire était frais et joyeux. Il ne voulut pas rentrer immédiatement à Ste Marthe, trois jours ne seraient pas de trop pour reparler du bon vieux temps avec ses paroissiens, et pour aborder au cours des conversations le problème de l'évangélisation.

    De retour à Ste Marthe, le jour vint où il dut s'aliter. La lampe, décidément, manquait d'huile. Il ne devait plus se relever. À de légers mouvements des traits de son visage ou des lèvres, on voyait qu'il se rendait compte des choses et qu'il priait. Ses pensées, au long des trois ou quatre derniers jours, sont le secret de Dieu. Il expira doucement, le 13 avril 1955.

    Mgr. Thomas présida l'enterrement dans le cimetière du clergé, dans l'enclos de l'église du Sacré Coeur de Bangalore. Vinrent à l'enterrement de ce bon prêtre des Missions Étrangères, un grand nombre de prêtres diocésains indiens, preuve évidente que les Missions Étrangères, malgré leur déclin en personnel, ont magnifiquement oeuvré pour l'avenir de l'Église en Inde.



    Références bibliographiques

    AME 1904 p. 318. 1912 p. 56. CR 1904 p. 293. 1923 p. 163. 1925 p. 137. 1926 p. 154. 1935 p. 219. 1948 p. 134. 1955 p. 79. BME 1930 p. 822. 1931 p. 928. 1932 p. 562. 645. 1933 p. 233. 640. 1935 p. 680. 1955 p. 478. 1956 p. 579. EC1 N° 577.

    • Numéro : 2802
    • Année : None