Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François Jules LAURENT

LAURENT François (1851 - 1930) [1307] LAURENT François, Jules, est né à Breuches-les-Luxeuil, dans le diocèse de Besançon (Doubs), le 20 janvier 1851. Il fit ses études au célèbre Séminaire de Luxeuil d'où deux futurs évêques de la Société sortirent : Mgr. Mossard et Mgr. Cardot.
Add this
    LAURENT

    François

    (1851 - 1930)

    [1307] LAURENT François, Jules, est né à Breuches-les-Luxeuil, dans le diocèse de Besançon (Doubs), le 20 janvier 1851. Il fit ses études au célèbre Séminaire de Luxeuil d'où deux futurs évêques de la Société sortirent : Mgr. Mossard et Mgr. Cardot.

    Quand éclata la guerre de 1970, le Séminaire dut fermer ses portes et les élèves se dispersèrent. La guerre terminée, le jeune François rentra de nouveau à Luxeuil puis de là, il se dirigea vers la rue du Bac. Il fut ordonné prêtre le 23 septembre 1876 et quitta Paris le 30 novembre suivant pour la Birmanie septentrionale, Mandalay. Il partit avec le Père Haillez destiné à la même Mission.

    Pendant les premières années, le Père Laurent étudia la langue et exerça son ministère dans les anciens villages de Nabet, Chaungu, Chanthaywa, Chaungyo. Puis il fut envoyé à Bhamo, mais malade, il dut revenir à Mandalay.

    Quand le vicariat de Mandalay fut formé, le Père se trouvait installé à Chaungyo, non loin du Père Charles Pregno Oblats de Marie, italien, qui lui se trouvait à Monlha. En novembre 1882, tous deux se mirent en route pour la retraite annuelle. Mais le Père Oblat mourut en route.

    Lors de la conquête de la Haute Birmanie par les Anglais, en 1885-1886, le Père Laurent se trouvait à Monlha. La sécurité des lieux laissait à désirer à cause des brigands. Enfin, il parvint à se mettre en sécurité dans la ville de Shwebo.

    De 1890 à 1893, le Père est installé chez les Chins. Mais vu les difficultés rencontrées avec les Anglais, le Père dut revenir au point de départ. Avec lui se trouvaient les Père Jarre et Accarion. A son retour, le Père Laurent s'en retourna à Monlha-Chaungyo et il y demeura pendant près de vingt ans. Sévère pour ses ouailles, il était néanmoins aimé de tous, parce que tous le voyaient dévoué à eux corps et âme.

    En 1914, le Père Laurent est âgé de 63 ans. Pour lui éviter la fatigue des voyages, Mgr. Foulquier lui proposa le petit village de Nabet et c'est dans ce village que le Père passa les seize dernières années de sa vie missionnaire.

    En 1926, il avait cinquante ans de prêtrise. Des Noces d'Or sacerdotales : jamais on avait vu cela dans la Mission de Mandalay. Aussi, après la retraite, tous les missionnaires, évêque en tête, prenaient le chemin de Nabet. Le 24 novembre fut vraiment une belle journée.

    La fête terminée, le Père reprit son petit travail ; mais il s'affaiblissait. En 1928, Mgr. Foulquier lui donna un jeune prêtre comme compagnon et comme aide. Le 7 septembre 1930, le Père Laurent rendait son âme au Seigneur.

    L'homme, chez le Père Laurent, ne fut pas exempt de défauts. Comme prêtre il fut irréprochable. Il demeura au milieu de ses chrétiens pendant près de 54 ans sans un seul congé en France. Une seule fois il quitta la Birmanie, ce fut pour aller à Singapour revoir son vieil évêque, Mgr. Bourdon.





    Références biographiques
    AME 1917 p. 96. 1930 p. 218. CR décembre 1876 p. 46. 1881 p. 93. 94. 1885 p. 115. 1886 p. 118. 1888 p. 170. 1889 p. 204. 1890 p. 163. 1891 p. 207. 1892 p. 223. 351. 1893 p. 235. 1894 p. 263. 301. 1895 p. 289. 361. 1896 p. 281. 1897 p. 233. 1898 p. 224. 1900 p. 201. 202. 1901 p. 212. 1903 p. 242. 1905 p. 292. 1907 p. 253. 1908 p. 228. 1910 p. 246. 1911 p. 224. 1920 p. 68. 1922 p. 137. 1923 p. 148. 1924 p. 219. 1925 p. 126. 1927 p. 190. 1930 p. 38. 196. 320. 1947 p. 154. 158. 1951 p. 175. BME 1925 p. 645. 1927 p. 58. photo p. 193. 1930 p. 820. 1934 p. 452. 453. 883. 1956 p. 920. 924. 940 sq. 949. 1022. 1959 p. 646. 1960 p. 729. EPI 1969 p. 423. MDA 1949 p. 182. EC1 N° 205.

    • Numéro : 1307
    • Année : None