Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste François Louis LARNAUDIE

[503]. LARNAUDIE, Jean-Baptiste-François-Louis, originaire du hameau de Lasserre, commune de Dégagnac (Lot), naquit le 6 décembre 1819. Il fit ses études au petit séminaire de Montfaucon, et entra laïque au Séminaire des M.-E. le 21 décembre 1842. Prêtre le 21 décembre 1844, parti de Paris le 10 mars 1845 à destination du Siam, il s'embarqua à Bordeaux à bord du vaisseau Orient.
Add this
    [503]. LARNAUDIE, Jean-Baptiste-François-Louis, originaire du hameau de Lasserre, commune de Dégagnac (Lot), naquit le 6 décembre 1819. Il fit ses études au petit séminaire de Montfaucon, et entra laïque au Séminaire des M.-E. le 21 décembre 1842. Prêtre le 21 décembre 1844, parti de Paris le 10 mars 1845 à destination du Siam, il s'embarqua à Bordeaux à bord du vaisseau Orient. Il fut d'abord envoyé à Pak Priau, puis placé, en 1851, à la tête de la paroisse Saint-Joseph à Juthia ; il y resta jusqu'en 1861, sauf un séjour à Singapore à l'occasion des difficultés des missionnaires sur une question de coopération aux superstitions (Voir PALLEGOIX). Outre ses travaux apostoliques, le missionnaire, doué d'aptitudes spéciales pour les sciences, fit des expériences variées de chimie et de physique, pratiqua l'argenture et la dorure électro-chimiques, l'horlogerie et la mécanique, et s'attira la considération, mêlée de curiosité, de nombreux mandarins. Il fit des envois de plantes, d'oiseaux, de poissons au Muséum d'Histoire naturelle de Paris, qui le nomma membre correspondant ; une espèce de poissons, découverte par lui, porte son nom.
    En 1856, lors de la mission à Bangkok de M. de Montigny, il servit d'interprète à notre plénipotentiaire, et en cette qualité assista à toutes les audiences royales. Il accompagna, également en qualité d'interprète, l'ambassade siamoise venue en France en 1861, retourna au Siam, reprit son ministère apostolique, puis revint en France en 1867, avec une nouvelle ambassade siamoise. Il se fixa alors à Dégagnac, son pays natal, et y mourut le 26 juillet 1899. Il était chevalier de la Légion d'honneur.
    Notes bio-bibliographiques. - A. M.-E., 1913, p. 95. - Sem. rel. Paris, 1861, Interprète des ambassadeurs siamois à Paris, p. 62. - Moniteur universel, 1862, n° du 29 juin. - T'oung-pao, 1re sér., x, 1899, pp. 316 et suiv. [Tirage à part : La politique coloniale, p. 82]. - Le Tour du Monde, 1863, 2e sem., p. 242.
    Etude hist., p. 199. - Java, Siam, Voy. aut. du mond. pp. 263, 293, 327. - Le sec. Emp. en Indo-Ch., pp. 162 et suiv., 195 et suiv., 244, 277 et suiv., 335, 347, 456, 464, 467. - Les miss. cath. franç., ii, p. 369.
    Portrait. - Le sec. Emp. en Indo-Ch., p. 163. - Il figure dans le tableau de l'ambassade siamoise de 1861, peint par Gérôme, et actuellement au musée de Versailles.


    • Numéro : 503
    • Année : None