Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Marie Joseph LARDON

[ 2726 ] LARDON Marie-Joseph Missionnaire Cochinchine Orientale ---------------------
Add this
    [ 2726 ] LARDON Marie-Joseph

    Missionnaire

    Cochinchine Orientale
    ---------------------

    [2796] Marie-Joseph LARDON naquit le 19 Juillet 1878, au hameau de BRONAC, commune de RAUCOULES,diocèse du PUY-en-VELAY, département de la HAUTE-LOIRE. Il avait vingt mois lorsque son père mourut ; Sa mère et une de ses tantes retirées à RAUCOULES, s'occupèrent de son éducation. En octbre 1892, il commença ses études secondaires au Petit Séminaire du Sacré-Coeur à YSSINGEAUX. Il y fût un élève appliqué, plutôt timide,réservé, doux de caractère.

    Le 13 Septembre 1898, il entra laïque au Séminaire des Missions Etrangères. Il reçut la tonsure le 22 Septembre 1899, les ordres mineurs, le 02 Mars 1901,devint sous-diacre le 22 Février 1902, diacre le 07 Mars 1903, fut ordonné prêtre le 21 Juin 1903, reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la COCHINCHINE ORIENTALE (Quinhon) qu'il partit rejoindre le 05 Août 1903.

    Après un court séjour en pays viêtnamien, pour s'initier à cette langue, il fut envoyé au pays bahnar, en 1904. \Je fus joyeusement surpris, en apprenant ma nouvelle destination, écrivait il, tant est resté gravée dans mon coeur, l'histoire des "Sauvages Bahnars" du P.DOURISBOURE, dont nous faisions nos délices durant les repas au Petit Séminaire."

    Accueilli à KONTUM par M. VIALLETON, natif de la Haute-Loire, et supérieur de la Mission Banhar, il fut envoyé chez les Sedangs. En 1905, il fut nommé chef du district de KON-BOBAN et se mit corps et âme au service de ses ouailles. En économisant sou par sou, il arriva à bâtir l'église de sa résidence principale. .En 1910, il subit les vexations d'un administrateur sectaire et dût aller à HANOI pour se défendre devant les autorités supérieures. Il eût gain de cause, son accusateur reçut un blâme, mais une douzaine de ses chrétiens s'étaient retrouvès en prison pendant quelques temps..Son cri du coeur était de répéter qu'il fallait créer dans la Mission une école pour les jeunes filles montagnardes ! Hélas, que faire devant le manque de fonds et les difficultés à trouver des sujets?

    En 1922, il fut volontaire pour aller à DAR-KONA, un district difficile à administrer, poste que M.KEMLIN, son supérieur, n'osait lui imposer. Mais en 1923, épuisé,anémié, à bout de forces, il fut contraint de rentrer en France pour se soigner.

    M. LARDON était un causeur infatigable dont la tête était devenue un véritable "Je sais tout" ; doué d'une exellente mémoire, rien ne lui échappait.

    A MONTBETON, grâce aux soins assidus de M.SIBERS, il avait semblé aller mieux, mais des vomissements fréquents mêlés d'un peu de sang l'inquiétèrent. Admis à l'hôpital St.André DE BORDEAUX, la radiographie dévoila un estomac déformé et ulcéré. Conscient de son état, il reçut les derniers sacrements,et fut heureux de s'en retourner à MONTBETON,où il mourut le 26 Avril 1924, gardant jusqu'à la fin, le mot pour rire.



    Références biographiques
    AME 1903 p. 378. 1924 p. 159. CR 1903 p. 306. 1914 p. 90. 1922 p. 108. 1924 p. 92. 136. 230. 1925 p. 177. EC1 N° 38. 61.






    "
    • Numéro : 2726
    • Année : None