Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Yves LAPOUS

LAPOUS Yves (1923 - 1977) [3923] LAPOUS Yves, Marie, est né le 21 novembre 1923 à Sainte Thégonnec (Finistère). Il fit ses études primaires à Malestroit, dans le Morbihan, et ses études secondaires au Petit Séminaire de Quintin, dans les Côtes-du-Nord. Il passa ensuite deux ans, 1943-1944, au Grand Séminaire de Saint Brieux. Alors il fut mobilisé et s'engagea dans un régiment de troupes coloniales, pour résider à Carcassonne et à Agen au milieu de militaires indochinois.
Add this
    LAPOUS

    Yves

    (1923 - 1977)

    [3923] LAPOUS Yves, Marie, est né le 21 novembre 1923 à Sainte Thégonnec (Finistère). Il fit ses études primaires à Malestroit, dans le Morbihan, et ses études secondaires au Petit Séminaire de Quintin, dans les Côtes-du-Nord. Il passa ensuite deux ans, 1943-1944, au Grand Séminaire de Saint Brieux. Alors il fut mobilisé et s'engagea dans un régiment de troupes coloniales, pour résider à Carcassonne et à Agen au milieu de militaires indochinois.

    Il voulut être missionnaire, et entra au Séminaire des Missions Etrangères le 30 septembre 1947. Ordonné prêtre le 10 mars 1951, il reçut sa destination pour la Mission de Mysore et partit le 25 septembre 1951.

    Son premier poste fut Sathiamangalam, dans la plaine de Coïmbatore, au pied des Nilgiris. Le Père Godest, curé de Kodivéri, avait la charge de ce centre. Là, le Père Lapous s'initia à la langue tamoule et fit ses premiers pas dans le ministère. En 1953, il fut transféré à Lovedale, au sommet des Nilgiris, près d'Ootacamund. Il continua là sa formation pastorale sous la direction du Père Paul Crayssac, le grand apôtre de ces Montagnes. En 1954, l'évêque de Mysore l'appela à Mysore comme vicaire à la Cathédrale. Comme il aimait beaucoup les jeunes, il s'occupa de l'orphelinat de la paroisse.

    Le temps arriva pour lui de devenir curé de paroisse. IL fut nommé curé de Pandavapura, un village près de la fameuse île et forteresse de Srirangapatnam, fameuse pour les batailles entre Tippu Sultan et les Anglais. Le sultan était aidé par les Français, et les Marathes par les Anglais. C'est ainsi que Pandavapura s'appelait jadis French rocks", à cause d'une garnison française ayant séjourné là.

    En 1961, il quitta Pandavapura pour Gadanahalli, sur le plateau de Hassan, village kanara, langue que le Père Lapous apprit également tant à Mysore qu'à Pandavapura. Mais en 1964, le diocèse de Mysore fut divisé pour donner naissance à celui de Chikmagalur, et les Pères des Missions Etrangères furent rappelés du côté de Mysore. C'est ainsi que le Père Lapous devint, en octobre 1964, curé du district de Kollégal. Il s'adonna à l'oeuvre des conversions et fit de nouveaux chrétiens dans plusieurs villages de ce district. A Kollégal, il ouvrit et dirigea un petit orphelinat.

    A la suite d'un grave accident de motocyclette, il dut quitter Kollégal en janvier 1967. Après plusieurs mois d'hôpital et un congé en France, il fut nommé en février 1969, à Kudakur, à 45 kms à l'Ouest de Mysore. Là, il vécut dans la pauvreté au milieu de pauvres paysans, dont quelques centaines étaient chrétiens. Le 19 avril 1977, il s'apprêtait à célébrer l'Eucharistie, mais une panne de courant était survenue à la suite d'un violent orage. Le Père Lapous en savait la cause, il monta au poteau électrique près de l'église pour rétablir le courant. C'est là qu'on le trouva mort, au pied du poteau, sans doute électrocuté.

    Le Père Lapous fut un homme de foi. Il rayonnait de joie, au milieu des enfants, des adultes, des non-chrétiens. Il restait avec tout le monde d'une simplicité extrême, se faisant tout à tous. Il travailla, à Gadanahalli, avec les hindous "Gandhiens" à bâtir une petite école secondaire, dans une région où il n'y avait que des écoles primaires. Il sut collecter des fonds sur place, des sommes modestes sans soute, mais qui lui permirent de réaliser ses plans. Il fut ainsi un homme de coeur, généreux envers tous, l'ami des hindous et des musulmans, une amitié basée sur ce qu'il savait du Père pour tout homme en ce monde. Il fut l'homme de son peuple, partageant leur vie dans l'humilité et la pauvreté, mais aussi dans l'immense joie chrétienne de faire du bien aux corps et aux âmes.

    Sa sépulture eut lieu dans la Cathédrale de Mysore. Au moment de l'absoute, on vit s'avancer un hindou : il venait offrir une couronne de fleurs et par là rendre hommage à celui qui fut vrai prêtre et fidèle serviteur de tous.





    Références biographiques
    CR 1951 p. 126. 1960 p. 86. 1961 p. 89. 1962 p. 103. 1963 p. 108. 1964 p. 71. 1965 p. 126. 1966 p. 182. 1967 p. 127. 128. 1969 p. 147. 1974-76 p. 194. 195. BME 1951 p. 260. 445. 513. 709. 1952 p. 186. 642. 1953 p. 111. 1954 p. 175. 372. 375. 936. 1957 p. 1102. 1958 p. 655. 1959 p. 887. 1961 p. 508. Epi 1962 p. 98. 1971 p. 382. Enc. PdM. 13P4. EC RBac N° 449. 505. 696. 706. NS 8P250. - 9P258. - 16/C2. - 36P308. 501. - 57P310. - 77/C2. - 93P50. - 108/C2. - 108P185.

    Notice nécrologique
    Mémorial 1977 p. 23.

    "
    • Numéro : 3923
    • Année : None