Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Simon Joseph edouard LANGLET

LANGLET Simon (1867-1938) [2013] LANGLET Simon, Joseph, Édouard, est né le 9 novembre à Selvigny, dans le diocèse de Cambrai (Nord). Il étudia dans sa paroisse et au Petit Séminaire de son diocèse, puis entra aux Missions Étrangères le 16 septembre 1887. Il fut ordonné prêtre le 3 juillet 1892 et partit pour la mission de Coïmbatore le 14 septembre suivant.
Add this
    LANGLET Simon
    (1867-1938)


    [2013] LANGLET Simon, Joseph, Édouard, est né le 9 novembre à Selvigny, dans le diocèse de Cambrai (Nord). Il étudia dans sa paroisse et au Petit Séminaire de son diocèse, puis entra aux Missions Étrangères le 16 septembre 1887. Il fut ordonné prêtre le 3 juillet 1892 et partit pour la mission de Coïmbatore le 14 septembre suivant.

    Mgr. Bardou le confia au Père Bachelard, curé d'Atticodou, à l'ouest de la mission. Il étudia les langues (anglais, tamoul). Insuffisamment préparé à voler de ses propres ailes, il fut quand même nommé curé d'Érode. Pendant deux ans, il fit de son mieux, puis demanda son changement. Mgr. Bardou accéda à ses désirs et le confia à la direction du Père Gaucher, dans le vaste district de Kodivéri, sur les bords de la rivière Bhavani, district évangélisé jadis par St Jean de Britto. Il seconda son curé pendant 4 ans, et en 1903, il fut nommé curé de Mettour. Il gagna peu à peu ses paroissiens par son zèle et sa bonté; on l'appelait là-bas le \Père bonbon". Il offrait toujours une cordiale hospitalité aux confrères du voisinage. Son petit cheval "Narayanan" et sa petite voiture "jeutka" étaient toujours à la disposition des visiteurs pour une randonnée sur les bords de la rivière Kavéri. Le cheval devint malheureusement ombrageux et capricieux : il fut remplacé par une bicyclette plus docile.

    Il se plaisait bien à Mettour, mais une lettre de Mgr. Roy vint lui annoncer sa nomination comme curé de la paroisse du Sacré Coeur à Ootacamund. Il aurait préféré rester dans le chaud climat de Mettour, mais il fut obligé de dire à Mathias, son fidèle cuisinier: "Nous sommes changés; faisons nos paquets et partons." Il resta 7 ans au sommet des montagnes bleues, dans cette paroisse située près du palais d'été du gouverneur de Madras. Il reçut un jour un don de la femme du gouverneur pour peindre le toit de son église couvert de plaques de zinc, trop étincelantes pour les yeux de cette grande dame. Après la guerre de 1914-18, il collecta des fonds pour bâtir deux tours à son église. Mais il dut laisser l'exécution des travaux à l'un de ses successeurs, le Père Beyls, qui érigea deux belles tours dominant la vallée.

    En 1922, son état de santé le força à redescendre dans la plaine et il fut nommé à Saveriarpalayam, près de Coïmbatore. Il n'y resta pas longtemps, car, à la mort de M. Briand, il dut aller le remplacer comme aumônier du Collège St Joseph de Coonoor, tenu par les Frères de St Patrick. Pendant 16 ans, il remplit ses devoirs d'aumônier et donna aux élèves des cours réguliers de français. Il vécut pauvrement, en partageant ses ressources avec les miséreux qui souvent assiégeaient son logis.

    Au cours de son séjour à Coonoor, il dut subir une opération qui le força à rester un mois à l'hôpital et il reprit son humble vie d'aumônier. Bien que septuagénaire, les traces de la vieillesse effleuraient à peine les traits de son visage. Rien ne faisait présager une mort prochaine. Elle arriva pourtant dans la nuit de 13 septembre 1938. Mathias, son cuisinier, le trouva mort dans sa chambre, tout habillé, étendu sur le parquet.

    Tous les missionnaires de la montagne et plusieurs de la plaine étaient présents aux funérailles, qui furent présidées par le vicaire capitulaire, le Père Béchu. Le Père Langlet repose dans le cimetière du Collège, au milieu des Frères de St Patrick, et auprès de M. Briand, son prédecesseur.



    Références bibliographiques

    AME 1892 p. 580. 1938 p. 277. CR 1892 p. 273. 1900 p. 238. 1938 p. 236. 311. 1951 p. 137. BME 1934 p. 508. 1938 p. 850. EC1 N° 386.

    "
    • Numéro : 2013
    • Année : None