Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène LAMY

[886]. LAMY, Eugène, né à Prez-sous-Lafauche (Haute-Marne) le 31 octobre 1841, fit ses études au petit séminaire de Langres, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 13 août 1862. Il reçut la prêtrise le 10 juin 1865, et partit le 15 septembre suivant pour le Kouy-tcheou. Cette région étant alors infestée de rebelles, il eut beaucoup de peine, ainsi que les missionnaires ses compagnons de route, à arriver à Kouy-yang où il étudia la langue.
Add this
    [886]. LAMY, Eugène, né à Prez-sous-Lafauche (Haute-Marne) le 31 octobre 1841, fit ses études au petit séminaire de Langres, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 13 août 1862. Il reçut la prêtrise le 10 juin 1865, et partit le 15 septembre suivant pour le Kouy-tcheou. Cette région étant alors infestée de rebelles, il eut beaucoup de peine, ainsi que les missionnaires ses compagnons de route, à arriver à Kouy-yang où il étudia la langue. Il débuta comme vicaire dans cette ville, à la paroisse du Lan-tang ; en juin 1867, on lui confia le district de Gan-chouen, où il devait passer sa vie apostolique entière, et qui comprenait alors les six sous-préfectures du département. Il y avait des chrétiens dans chacune d'elles, mais leur nombre total n'atteignait pas 1 000. Lamy travailla très activement et avec une grande régularité ; il forma au saint ministère plusieurs ouvriers apostoliques qui lui apportèrent un concours dévoué. Actuellement, le district compte 8 000 catholiques.
    Il fonda deux orphelinats (Plan de la résidence et des orphelinats, grav., A. M.-E., 1908, pp. 35, 38), qui ne tardèrent pas à prospérer sous la direction de vierges chrétiennes dont il prenait le plus grand soin. Ces orphelinats renfermèrent jusqu'à 150 et 200 enfants. Le missionnaire exerçait une surveillance assidue et faisait strictement observer le règlement de la maison. En 1900, à l'époque du mouvement xénophobe des Boxeurs, il resta à son poste, et par son énergie soutint le courage de ses chrétiens. Malade en 1908, il continua de demeurer à Gan-chouen, et y succomba le 1er février 1909.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1875, pp. 22, 24 ; 1884, p. 66 ; 1886, p. 66 ; 1893, p. 139 ; 1894, p. 152 ; 1895, p. 165 ; 1900, p. 122 ; 1901, p. 111 ; 1904, p. 129 ; 1905, p. 101 ; 1906, p. 112 ; 1908, p. 105. - Echo par. Prez-sous-Lafauche, 1909, nos 3, 4, 5, 6. - Sem. rel. Langres, 1866, p. 27 ; 1869, pp. 60, 61 ; 1903, p. 656 ; 1909, pp. 174, 218 ; 1910, p. 788. - Le Tour du Monde, 1901, 1er sem., pp. 35 et suiv.
    Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - La miss. lyon., p. 103.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1909, p. 336.


    • Numéro : 886
    • Année : None