Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Martial LAMONNERIE

LAMONNERIE Martial (1882 - 1931) [2832] LAMONNERIE Martial, est né le 10 juillet 1882 à Saint-Cyr (Haute-Vienne) au diocèse de Limoges. Il fait ses études secondaires chez les Pères Assomptionnistes de Breuil (Deux-Sèvres) puis à Saujon (Charente-Maritime). Il entre laïque au Séminaire des Missions Étrangères le 10 septembre 1900. Ordonné prêtre le 29 juin 1905, il part le 2 août suivant pour la mission du Setchuen Oriental (Chungking).
Add this
    LAMONNERIE Martial

    (1882 - 1931)

    [2832] LAMONNERIE Martial, est né le 10 juillet 1882 à Saint-Cyr (Haute-Vienne) au diocèse de Limoges. Il fait ses études secondaires chez les Pères Assomptionnistes de Breuil (Deux-Sèvres) puis à Saujon (Charente-Maritime). Il entre laïque au Séminaire des Missions Étrangères le 10 septembre 1900. Ordonné prêtre le 29 juin 1905, il part le 2 août suivant pour la mission du Setchuen Oriental (Chungking).

    Il fait son stage de langue à Touan-chan-pao, près du Petit Séminaire de Pe-ko-chou, stage qu'il prolongera quand il sera affecté à l'imprimerie de la mission. Mobilisé en 1914, il est dès son arrivée en France dirigé sur le front comme infirmier (1915-1917). En 1917 il est nommé interprète près des ouvriers chinois travaillant en France. À son retour en mission en 1919, il est chargé du district de Ma-pao-tchang, puis supérieur du Petit Séminaire de Tien-tche. En 1922, il est transféré à Choui-ia-tang où il aura à affronter divers groupes de bandits. En février 1924 il est nommé à Lantchouan : il va en visiter toutes les stations et s'occuper des écoles, mais en 1926 il est nommé à l'imprimerie à Chungking; il va y rester jusqu'au début de 1929 où une grande fatigue cérébrale aggravée de scrupuleX lui fait prendre un congé à Béthanie, Hongkong, puis à la maison de Nazareth. Une chute malencontreuse le forcera à rentrer en France au début de 1930.

    Une tumeur au genou est reconnue de nature tuberculeuse et le Père doit être amputé et se servir d'une prothèse. Il passe sa convalescence chez son frère, curé-doyen de Chambon-sur-Voueize dans la Creuse et c'est là qu'il décède le 7 mai 1931 d'une congestion cérébrale foudroyante. Après une cérémonie funèbre à Chambon le 8 mai, la dépouille mortelle est transportée à Saint-Cyr où les funérailles ont lieu le lendemain.



    Références bio-bibliographiques

    AME 1905 p. 375. 1910 p. 262. 1915-16 p. 114. 1931 p. 173. 185. CR 1905 p. 288. 1910 p. 84. 1915 p. 57. 1931 p. 74. 276. 350-355. BME 1926 p. 111. 1927 p. 631. 1930 p. 192. 485. 511. 1931 p. 513. 593. EC1 N° 195. 198. 213. 221.

    • Numéro : 2832
    • Année : None