Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Léon edouard LAMBERT

[2701] LAMBERT Léon, Edouard Missionnaire Tonkin Maritime - Phat-Diêm ------------
Add this
    [2701] LAMBERT Léon, Edouard

    Missionnaire

    Tonkin Maritime - Phat-Diêm

    ------------

    Léon, Edouard LAMBERT naquit le 4 février 1879 à Douai, paroisse St.Pierre, appelée plus tard paroisse Frais-Marais, diocèse de Cambrai, département du Nord. Encore très jeune à la mort de son père, sa mère étant éprouvée par la maladie, Léon fut élevé par sa soeur Louise, devenue plus tard Fille de la Charité". Il fit ses études primaires à l'école libre d'Auberchicourt, à une douzaine de kms de Douai, où il se distingua par ses succès scolaires et son humeur combative.

    Après son certificat d'études, le curé de la paroisse le prit chez lui; après quelques années d'étude du latin, il le présenta au petit séminaire où Léon termina ses humanités. Jeune homme passionné de lecture, il trouva ses délices dans les écrits de Louis Veuillot. Sa réthorique terminée, il se dirigea vers le séminaire de philosophie de Cambrai qu'il quitta pendant quelques temps pour offrir ses services à un journal catholique de Fontainebleau. Composant en secret quelques articles virulents il les glissa sous la porte du directeur du journal qui en fut fort irrité. Déçu, M. Lambert reprit sa liberté, et retourna au grand séminaire de Cambrai où il reçut la tonsure le 1 juillet 1899.

    Le 14 septembre 1899, Léon entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 22 septembre 1900, sous-diacre le 28 septembre 1902, diacre le 20 décembre 1902, ordonné prêtre le 7 mars 1903, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Maritime (Phat-Diêm) qu'il partit rejoindre le 22 juillet 1903.

    Dès son arrivée, M. Lambert se mit avec acharnement à l'étude de la langue viêtnamienne, dont il acquit une connaissance approfondie. Pendant ses premières années de mission, en raison de quelques sautes d'humeur, et de son tempérament nerveux, il lui arriva d'avoir des déceptions qu'il sut bien surmonter. Il se consacra principalement à la formation chrétienne des jeunes gens.

    En 1915, Mgr. Marcou lui confia le district de Phuc-Nhac. M. Lambert y fonda une école paroissiale où il assura des classes de plain-chant et des entretiens sur la religion chrétienne; il se montra toujours soucieux de garder le contact avec ses anciens élèves. En plus de son travail ordinaire, il donnait aussi deux ou trois heures de cours par jour au petit séminaire proche. S'interessant aux sciences, il acquit une connaissance assez étendue de la médecine et de la pharmacie.

    Le 21 janvier 1923, Il eût la joie de recevoir Mgr. Lécroart, visiteur apostolique qui célébra pontificalement dans son église et auquel il présenta les notables de la paroisse. Un peu plus tard, il fut nommé inspecteur des écoles de sa mission

    Le soir du 29 septembre 1927, M. Lambert fut pris d'une forte fièvre, et un anthrax se déclara qui le fit souffrir beaucoup. Il se rendit à Phat-Diêm. M.Clausier le conduisit à la clinique St. Paul à Hanoï. C'est là qu'il décéda, au matin du 2 octobre 1927.


    Références biographiques

    AME 1903 p. 377. 1926-27 p. 494. CR 1903 p. 305. 1918 p. 74. 1920 p. 51. 1927 p. 256. BME 1923 p. 301. 1927 p. 703. EC1 N° 140.



    "
    • Numéro : 2701
    • Année : None