Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul xavier Henri LAMASSE

[ 2107 ] LAMASSE Paul, Xavier, Henri Missionnaire Mandchourie.- Moukden - Ying-kow -------------- Paul, Xavier, Henri LAMASSE naquit le 15 avril 1869, à Strasbourg, paroisse St. Jean-Baptiste, diocèse de Strasbourg, département du Bas Rhin. Il fut incardiné au diocèse de Nancy.
Add this
    [ 2107 ] LAMASSE Paul, Xavier, Henri

    Missionnaire

    Mandchourie.- Moukden - Ying-kow

    --------------

    Paul, Xavier, Henri LAMASSE naquit le 15 avril 1869, à Strasbourg, paroisse St. Jean-Baptiste, diocèse de Strasbourg, département du Bas Rhin. Il fut incardiné au diocèse de Nancy.

    Le 17 septembre 1890, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 27 septembre 1891, minoré le 24 septembre 1892, sous-diacre le 15 octobre 1893, diacre le 17 février 1894, il fut ordonné prêtre le 1 juillet 1894 et reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie qu'il partit rejoindre le 15 août 1894.

    En 1897, après un temps d'étude de langue, M. Lamasse fut chargé du district de An-sin-tai dont les deux mille cent catéchumènes étaient dispersés dans près de 65 villages. Il établit un oratoire central avec écoles dans le gros bourg de Y-lou situé sur la route impériale de Moukden à Tiei-ling. Il transporta sa résidence en cette même ville, située à 7O kms au nord de Moukden, et chef-lieu de la sous-préfecture. Il y construsit écoles et orphelinat en 1899 dont il confia la drection aux Soeurs de la Providence de Portieux, en 1900

    Le 16 mai 1898, la division du vicariat apostolique de Mandchourie donna naissance à celui de la Mandchourie Septentrionale remis à Mgr.Pierre Lalouyer et à celui de la Mandchourie Méridionale confié à Mgr.Laurent Guillon. M. Lamasse fit partie de ce dernier vicariat.

    En 1900, durant la révolte des Boxers, MM.Lamasse, Vuillemot, et les soeurs Gérardine et Marie se réfugièrent à la colonie russe de Tiei-ling, station ferroviaire importante du Transmandchourien; le 7 juillet 1900, ils prirent la direction du nord, vers Harbin. Ce fut à pied, à cheval ou en voiture qu'ils couvrirent, sous la protection des cosaques russes, les six cents kms séparant Tiei-ling de Harbin. Attaqués à plusieurs reprises, ils arrivèrent à Harbin le 20 juillet 1900; Le lendemain MM.Monnier et Roubin vinrent se joindre au groupe. Le 29 juillet 1900 au soir, ils débarquèrent à Khabarowska, puis par la voie férrée, ils réussirent à gagner Vladivostock, où il retrouvèrent Mgr. Lalouyer. Après quinze jours à Nagasaki, au Japon, et une courte escale à la procure de Shang-hai, le groupe missionnaire débarqua à Ing-Tze,.en Mandchourie du sud, le 17 septembre 1900; vers le 15 novembre 1900, MM. Lamasse et Vuillemot partirent pour Moukden occupé par les russes. Pendant trois mois, un souffle dévastateur avait passé sur la mission. Celle-ci n'était plus qu'un amas de décombres et de ruines. A Moukden, ils retrouvèrent une jarre en terre enfouie par M.Emonet, la veille de sa mort, le 2 juillet 1900., et qui ontenait les archives de la mission, certains objets et papiers précieux.

    De là, M.Lamasse poussa une pointe jusque dans son district de Tiei-ling, pour reconnaitre la situation; il y vit ses chrétiens dénués de tout, mais restés fermes dans la foi. Il y trouva MM.Hérin et Perreau qui avaient vécu en forêt durant trois mois, ainsi que trois prêtres chinois qui avaient pu se cacher durant la persécution. Les emmenant avec lui, il rentra à Moukden.

    Revenu à Tiei-ling, où tout était ruine, M.Lamasse se remit à bâtir, faisant à la fois fonction d'architecte, de chef de chantier, de contremaitre, de maçon et de briquetier. En 1902, malgré la guerre russo-japonaise, il avait relevé sa résidence, construit une église à Pao-kia-kang-tze, acheté à Y-lou tout un groupe de maisons qu'il aménagea en oratoire, écoles, catéchuménat, tout en assurant la formation missionnaire de M.Daval. En 1905, il acheva la construction de son église de Tiei-ling. Cette même année, Mgr. Choulet fit de lui son provicaire, charge qu'il garda jusqu'en 1915.

    Vers 1907, M.Lamasse céda son poste de Tiei-ling à M. Saffroy, et partit à Moukden où il reprit la construction de la cathédrale achevée en 1910; celle-ci mesure 54 mètres de long,16 mètres de large, et 15 de hauteur, sous clef de voûte. Les flèches s'élèvent à 42 mètres. Plus tard, il dressa les plans pour la construction de la cathédrale de Kirin qui fut bénite le 15 août 1927, par Mgr. Gaspais..

    M. Lamasse acclimata la vigne en Mandchourie, et rédigea un traité sur sa culture, sa taille etc. Cette étude fut publiée dans le \Bulletin Catholique de Pékin" de 1914. Il fit venir des chèvres de Suisse et fabriqua du fromage. A l'occasion, il se montra excellent apiculteur. Cinéaste, il fut le premier européen à prendre des films en Mandchourie.

    En 1922, M. Lamasse vint à Nazareth à Hong-Kong où pendant huit mois, il prépara la 2ème édition "revue, corrigée et augmentée" de son excellent "Manuel de Langue chinoise écrite", et pour ce travail, l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres lui décerna le prix Stanislas Julien. Eminent sinologue, il publia en 1924, le "Tch'ou teng Kuo Wen". Puis ses travaux considérables l'amenèrent à inventer la "Romanisation Interdialectique", nouvelle méthode de "l'Ecriture alphabétique" appliquée au chinois. En collaboration avec le R.P. E. Jasmin, il publia en 1931-32-33-34 , dans les "Dossiers de la Commission Synodale de Pékin" une série d'études sur cette méthode d'écriture. A Nazareth, il fit paraitre un "Manuel pour l'étude et l'enseignement de la Romanisation Interdialectique", ainsi que la traduction du "Sin-Kuo Wen" selon cette méthode. En 1951, il publia le "Nouveau Répertoire de la Romanisation Interdialectique". Linguiste distingué, il connaissait le chinois, le japonais, le russe, l'allemand et l'anglais.

    Le 23 août 1922, il s'embarqua pour la France. Durant son séjour, il fit dans son diocèse, de nombreuses conférences avec projections..En Avril 1924, après un pélerinage en Terre Sainte, il retrouva sa mission, et réoccupa le poste de Tiei-ling qu'il avait fondé, avant la "Boxe", et relevé après la tourmente. Excellent musicien, pianiste virtuose, il avait présidé à l'installation des orgues à la cathédrale de Moukden; en 1924, sur l'invitation de Mgr.Mutel, il monta celles de la cathédrale de Séoul.

    Théologien de valeur, -il publia le "Vitrail Thomiste" présentation de la Somme Théologique de Saint Thomas- licencié en droit, M.Lamasse fut constamment consulté par les vicaires apostoliques successifs, et souvent demandé pour animer les retraites sacerdotales, ainsi à Kirin, en 1926, à Moukden en 1930, à Séoul en 1931.


    Dans la nuit du 4 au 5 juillet 1932, trois brigands dévalisèrent sa résidence et lui-même fut questionné et frappé sous la menace d'un révolver. Le 1 mars 1934, il s'embarqua à Dairen à destination de la France. A son retour, le 6 mai 1935, il fut nommé directeur de l'imprimerie de la mission, à Moukden. Il se dépensa pour mettre au service du vicariat une imprimerie bien équipée et bien organisée.

    Le 28 octobre 1948, les troupes communistes occupant la Mandchourie, et sur l'ordre de M. Vérineux, supérieur de la mission, il prit l'avion pour Shanghai; en janvier 1949, il se retira au sanatorium de Béthanie à Hong-Kong. En 1949, il fit partie du nouveau diocèse de Ying-kow, confié à Mgr. Vérineux. Esprit universel et très cultivé, savant et artiste, M.Lamasse garda jusqu'au bout un esprit jeune et une âme joyeuse.

    Malade depuis quelques semaines, il s'éteignit doucement à Béthanie, le 19 juillet 1952, à 17h.30. Le lendemain, M. Destombes, vicaire général de la Société, présida les obsèques auxquelles assistaient Mgr.Lacoste, évêque de Tali (Yunan), les confrères présents à Hong-Kong et des religieux de différentes congrégations missionnaires. Il fut inhumé dans le cimetière de Béthanie.



    Mai 1998

    Bibliographie

    H.Lamasse, "Manuel de langue chinoise écrite", 2ème édition, Hong-Kong, Nazareth, 1922
    H.Lamasse "Tch'ou teng kuo Wen"
    H.Lamasse "La romanisation Interdialectique"
    H.Lamasse "Manuel pour l'étude et l'enseignement de la Romanisation Interdialectique".
    H.Lamasse "Traduction du "Sin-kuo-Wen"
    H.Lamasse "Nouveau répertoire de la Romanisation Interdialectique"


    Références bio-bibliographiques

    AME 1894 p. 196. 1897 p. 679. 1900 p. 137. 223. 1901 (art.) p. 6. 56. 137-139. 1902 p. 17. 18. 39. 41. 75. photo p. 68. 1907 p. 320. 1910 p. 169 (art.). 170. 181. 1912 p. 277. 1919-20 p. 48. 1924 p. 128. 129. 154. 1930 p. 60. 1932 p. 241. 1938 p. 48. Art. 1910 p. 169. CR 1894 p. 304. 1897 p. 16. 17. 1898 p. 17. 18. 1899 p. 76. 346. 378. 385. 1900 p. 359. 362. 431. 432. 1902 p. 81. 1905 p. 47. 1906 p. 61. 1909 p. 57-72. 1912 p. 47. 66-75. 433. 434. 1916 p. 55. 1917 p. 227. 228. 1921 p. 37. 38. 1923 p. 196. 197. 1926 p. 31. 1927 p. 38. 1928 p. 38. 1929 p. 51. 1930 p. 56. 1933 p. 46. 1938 p. 35. 1948 p. 14. 1949 p. 27. 1951 p. 122. 123. 1952 p. 94. 95. BME 1922 p. 99. 363. 500. 1923 p. 40. 1924 p. 324. 451. 1926 p. 441. 1927 p. 629. 1930 p. 482. 567. 1931 p. 437. 1932 p. 609. 1933 photo p. 727. 1934 p. 264. 661. 1935 p. 499. 500. 875. 1952 p. 580. 1956 p. 875. EC1 N° 12. 23. 25. 33. 45. 51. 156. 288. 294. 311. 523.

    Mémorial LAMASSE Paul, Xavier, Henri page 3



    "
    • Numéro : 2107
    • Année : None