Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Marie françois LALOUYER

[ 1172 ] LALOUYER Pierre, Marie, François (Mgr.) Missionnaire Mandchourie Vicaire Apostolique de la Mandchourie Septentrionale (Kirin) ---------------
Add this

    [ 1172 ] LALOUYER Pierre, Marie, François (Mgr.)

    Missionnaire

    Mandchourie

    Vicaire Apostolique de la Mandchourie Septentrionale (Kirin)
    ---------------

    Pierre, Marie, François LALOUYER naquit le 12 mars 1850, à Acigné, diocèse de Rennes, département de l'Ille-et-Vilaine. Le P.Ollivier, o.p. vicaire de la paroisse, remarqua cet adolescent, et lui enseigna les premiers éléments de latin. Alors, Pierre rentra en sixième, à l'Institution Saint Martin, dirigée par les Eudistes. Ses études secondaires brillamment terminées, il franchit le seuil du grand séminaire de Rennes. Survint la guerre de 1870; il exprima le désir de s'engager comme infirmier militaire, mais, sur les instances de sa mère, il renonça à son projet. Il fut minoré le 30 juillet 1871.

    Le 4 septembre 1871, il entra au séminaire des Missions Etrangères, où il se fit remarquer par sa fidélité au règlement, et son amabilité envers tous. Sous-diacre le 21 septembre 1872, diacre le 21 décembre 1872, il fut ordonné prêtre le 7 juin 1873, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie qu'il partit rejoindre le 16 juillet 1873.

    En octobre 1873, M. Lalouyer débarqua à Ing-tze (Newchwang) où il fut accueilli par M.Philibert Simon. Après quelques jours de repos, M.Joseph Boyer supérieur de la mission pendant le voyage en France de Mgr. Emmanuel Verrolles envoya le jeune missionnaire à Yang-Koan pour apprendre la langue chinoise. Malgré quelques difficultés au début pour saisir les nuances des tons chinois, grâce à son travail persévérant, M. Lalouyer arriva à parler cette langue fort correctement, et devint même un sinologue distingué.

    En 1874, M.Boyer le nomma professeur au séminaire de Moukden. En 1878, à la mort de M. Ludger Delaborde, M. Lalouyer remit la charge du séminaire à M.Hinard, pour prendre la direction du district de Siao-hei-chan. En janvier 1880, il fut mis à la tête de la paroisse de Moukden; en 1886, il fut envoyé à Lien-chan, sur le rivage occidental du golfe du Leao-tong. Ce district comptait 722 chrétiens répartis en 12 stations. En juillet 1889, Mgr.Laurent Guillon, nommé vicaire apostolique le rappela pour lui succéder à la tête du séminaire de Chaling dont l'effectif était alors de 28 élèves; ;jusqu'en juillet 1897, il dirigea cette maison où se formaient plus de trente élèves dont 6 théologiens.

    Le 24 juillet 1897, Mgr. Pierre-Marie Lalouyer fut nomé évêque titulaire de Raphanée, et coadjuteur de Mgr.Guillon vicaire apostolique de la Mandchourie. Il fut sacré à Siao-pa-kia-tze, par ce dernier, le 19 décembre 1897, entouré de vingt missionnaires et prêtres autochtones, et de plus de trois mille chrétiens; il arriva à Kirin, ville de plus de cent mille habitants, le 24 décembre 1897, où il se fixa et acheta, le 19 mars 1898, un petit enclos dans le faubourg est de cette ville. Sa chrétienté se réduisait à deux brebis, deux perruquiers.

    Un décret apostolique du 10 mai 1898 érigea en vicariat apostolique de Mandchourie septentrionale, les deux provinces de Kirin et Hei-loung-kiang, (Tsi-tsi-kar). Un autre décret du 16 mai 1898 nommait Mgr. Lalouyer premier vicaire apostolique de cette nouvelle mission. C'est à lui que revint la charge d'organiser et de développer le vicariat apostolique de Mandchourie septentrionale. Quelques mois après la division de la mission, il fonda son petit séminaire à Siao-pa-kia-tze, et en confia la direction à M.Cubizolles. En 1915, il transfera cet établissement à Kirin. Au printemps de 1904, dans le nord de la mission, à Si-ki-tchang, il créa un probatorium qui fonctionna jusqu'en 1914. Il veilla particulièrement à la formation de ses grands séminaristes.

    Les troubles occasionnés par les \Boxeurs", commencèrent à Pékin, vers fin mai 1900 et s'étendirent rapidement à travers l'empire chinois. En juin 1900, ceux-ci se jetèrent sur les provinces de Kirin, de Tsi-tsi-kar et de Moukden. Accompagné de M.Gérard, Mgr. Lalouyer, quitta Kirin, et se rendit chez M. Cubizolles.à Siao-pa-kia-tse, Là, il retrouva MM.Lecouflet et Sandrin. Après mûre réflexion, le 11 juillet 1900, le groupe décida de partir en chariot et de se réfugier auprès de la colonie russe de Kouan-tcheng-tse qui allait se replier sur Harbin. M. Samoy, procureur de la mission, rallia le groupe. Les trains ne fonctionnant plus, c'est en chariot qu'ils parcoururent les 500 lys séparant Kouan-tcheng-tse de Harbin (Karbine). Les autorités russes de Karbine ordonnèrent l'évacuation par voie fluviale des civils et des missionnaires, vers la frontière sibérienne. Mgr. Lalouyer et son groupe de missionnaires trouvèrent place sur une embarcation. Partis de Harbin, ils naviguèrent sur le fleuve Soungari, et débarquèrent dans la ville sibérienne de Khabarowska (Habarovsk). De là, dirigés sur Vladivostock par les russes, ils partirent au Japon, où ils furent reçus par Mgr. Jules Cousin, à Nagasaki. Quelques temps après, ils gagnèrent la procure de Shanghai, puis celle de Ing-tse, en Mandchourie méridionale.

    Le 2 janvier 1901, à 3h.1/2 du matin, Mgr. Lalouyer, MM.Monnier, Samoy, Cubizoles, Maillard et Lecouflet quittèrent le port de Ing-tse pour aller prendre le chemin de fer russe. Le 16 janvier 1901, Mgr. Lalouyer arriva à la procure de la mission installée dans la ville de Kouan-tcheng-tse; elle était en ruines; rapidement le vicaire apostolique regagna Kirin où il fallut tout reconstruire. Il travailla aussitôt au relèvement de la mission. Bien que la plupart des églises, des résidences et des écoles fussent détruites, la vie chrétienne reprit sont cours habituel dans la plupart des postes de la province de Kirin. Il n'en était pas de même dans la province de Tsi-tsi-kar.

    L'année 1903 fut marquée par la bénédiction de l'église du Sacré-Coeur à Kirin, le versement d'indemnités à la mission pour les dommages subis pendant la persécution, l'ordination du premier prêtre de sa mission, Stanislas Tai, âgé de 35 ans, de deux sous-diacres et de deux minorés, la veille de la Trinité, et les receptions solennelles de Mgr. le Vicaire Apostolique dans les principales villes de la province de Tsi-tsi-kar. Vers 1904, Mgr.Lalouyer encouragea M. Roubin dans la création et le développement des villages chrétiens de "Saint Joseph" et de "l'Etoile de la mer" sur les hauts-plateaux arrosés par le rivière T'ongk'en, affluent du Houlou, à une demi-journée de la ville de T'ongk'en qui venait de se fonder. En 1906, la population chrétienne de St. Joseph atteignait le chiffre de 600 personnes, et elle dépassait six mille en 1925.

    En 1908, Mgr. Lalouyer présida la retraite annuelle de ses missionnaires qui comença le 14 octobre, à la procure de Kouan-tcheng-tsé, puis il bénit l'église paroissiale de Siao-pa-kia-tzé, la chapelle et les bâtiments du collège que M.Cubizolles venait de reconstruire. Après quoi, il commença une tournée pastorale qui dura quatre mois et par un hiver très rigoureux à travers la province de Tsi-tsi-kar. L'année suivante, il visita les districts de la province de Kirin. Il agrandit le petit séminaire de Siao-pa-kia-tzé, et entreprit la reconstruction des bâtiments du probatorium à Si-ki-tchang dans la province de Tsi-tsi-kar. Le 29 juin 1909, il ordonna un prêtre et deux diacres. Le grand séminaire comptait alors 10 étudiants en théologie.

    De novembre 1910 à la mi-mars 1911, une épidémie de peste ravagea les provinces de Kirin et de Tsi-tsi-kar. Trois missionnaires dans la force de l'âge en furent victimes en l'espace de dix-huit jours. En 1910, Mgr. Lalouyer projeta l'ouverture d' une école de catéchistes, et d'une école normale pour la formation de maitres chrétiens. Il eût la joie d'accueillir dans sa mission, six religieuses franciscaines du Coeur Immaculé de Marie.. Les 11-12 octobre 1913, entouré de ses prêtres et de nombreux chrétiens,il célébra solennellement le quarantième anniversaire de son arrivée en mission. La guerre de 1914 lui enleva une partie de ses missionnaires mobilisés. Dans la nuit du 1 janvier 1920, vers 4h. du matin, la chapelle et la sacristie du séminaire furent incendiées.

    Depuis quelques années, se voyant dans l'impossibilité de visiter sa mission, en raison de son état de santé, Mgr. Lalouyer demanda un coadjuteur qui lui fut donné en la personne de M.Augustin Gaspais. Un télégramme du 1 janvier 1921 lui apporta cette bonne nouvelle. Mais en février 1923, à la veille de célébrer ses noces d'or sacerdotales, ses noces d'argent épiscopales, et le vingt-cinquième anniversaire du vicariat apostolique de la Mandchourie septentrionale, l'état de santé de Mgr. Lalouyer déclina rapidement. Le jeudi 15 février 1923, Mgr. Gaspais lui donna le sacrement des malades. Le 17 février 1923, à 11h45, le premier vicaire apostolique de Mandchourie septentrionale rendit son âme à Dieu.

    Le corps du défunt fut exposé dans la chapelle épiscopale. Les funérailles solennelles présidées par Mgr. Gaspais, eurent lieu le mercredi 21 février 1923. Mgr. Lalouyer repose dans le caveau préparé d'avance sous le transept de la cathédrale de Kirin alors en construction.

    Références bio-bibliographiques

    AME 1898 p. 118. 175. 1899 p. 97. 1900 p. 137. 223. 225. 1901 p. 52. 55. 162. 202. 1902 p. 52. 1903 p. 10. 1904 p. 176. 1906 p. 199. 200. 202. 1907 p. 55. 1908 p. 120 (art.). 1910 p. 177. 1911 p. 105. 1913 p. 26. 1914 p. 39. 1919-20 p. 283. 284. 478. 1921 p. 155. 1928 p. 94. 1935 p. 109. 1936 p. 148. 149. 152. photo p. 150. 1938 p. 101. CR 1874 p. 47. 1882 p. 3. 4. 1884 p. 192. 1885 p. 16. 1887 p. 13. 1889 p. 12. 1890 p. 7. 1892 p. 7. 8. 12. 1893 p. 7. 18. 1894 p. 19. 1895 p. 25. 348. 1896 p. 12. 1897 p. 4. 23. 24. 1898 p. 4sq. 10. 1899 p. 75. 77. 88. 1900 p. 69. 70. 72. 75. 265. 378. 393. 399. 1901 p. 57. 75. 86. 1902 p. 85. 1903 p. 50. 63. 414. 1904 p. 62. 1905 p. 49. 1906 p. 61. 1907 p. 430. 431. 1908 p. 57. 333. 334. 1909 p. 46. 65. 72. 1910 p. 67. 380. 1911 p. 87. 1914 p. 37. 157. 1915 p. 44. 50. 1916 p. 56. 1917 p. 37. 40. 191sq. 1918 p. 23. 1919 p. 28. 1921 p. 38. 39. 1922 p. 37sq. 197. 1923 p. 46. 50. 179. 202. 1924 p. 40. 1938 p. 264. 265. 1940 p. 19. 1947 p. 326. BME 1922 p. 25. 62. 438. 1923 p. 50. 185. 252. 265. 642. 1925 p. 43. 1927 p. 629. 1931 p. 400sq. 1935 p. 875. 1936 p. 654. 1938 p. 322. 461. 1940 p. 407. EC1 N° 33.

    Mai 1998
    Mémorial LALOUYER Pierre, Marie, François (Mgr) page 4
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 1172
    • Année : None