Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Daniel Elie Simon Moïse LÉGER

LÉGER Daniel (1915-1980)
Add this

    LÉGER Daniel

    (1915-1980)


    [3666] LÉGER Daniel, Élie, Moïse, est né le 8 avril 1915, à l'Hospice de la Maternité de Bordeaux, diocèse de Bordeaux (Gironde), de parents cultivateurs fleuristes. Il fit ses études primaires à Léognan en Gironde (1924-1929) et ses études secondaires à l'orphelinat Ste Marie, à Lourdes, dirigé par les Pères Bénédictins (1929-1933). Postulant des Missions Étrangères depuis 1931, c'est le 15 mai 1933 qu'il fit sa demande officielle d'admission; c'est le 1er juin suivant que celle-ci fut acceptée. Il entra à Bièvres le 16 septembre 1933. Il fit son service militaire d'octobre 1936 à octobre 1939. Après la débâcle, subie sans trop d'aventures, Daniel Léger revint au Séminaire en septembre 1940 (rue du Bac) où il sera ordonné sous-diacre le 29 juin 1941, puis diacre le 20 décembre suivant, et enfin prêtre le 29 juin 1942. Il sera agrégé à la Société des MEP le 16 septembre 1942. Désigné pour la mission de Kontum, il ne pouvait pas y partir, en raison des circonstances militaires : aussi prit-il du ministère dans son diocèse d'origine, en qualité de vicaire à Gaugéron (1943-1945).

    Il partit comme aumônier militaire le 25 novembre 1945, fonction qu'il exerça pendant 2 ans, à la grande satisfaction de ses chefs militaires (Colonel Chanson) du Corps Expéditionnaire -au point que Mgr. Sion, vicaire épiscopal de Kontum, eut de la peine à le récupérer pour la mission (1948).


    En mission à Kontum :

    Le Père Léger fut d'abord placé à l'École Cuénot des catéchistes et chargé de la procure, de l'imprimerie en langue banhare, tout en dirigeant l'École. Il lui fallut apprendre les rudiments de la langue vietnamienne (indispensable moyen de communication) en même temps qu'il commençait l'étude du banhar.

    Plus tard, le Père Léger fut envoyé dans la chrétienté de Ronông-Lào, afin de faciliter ses progrès dans les langues. Enfin, on l'envoya à Mang-Là, à 15 km de Kontum, pour parfaire l'étude du banhar (1948-1949).

    Après un court repos à Dalat (sept./oct. 1949), le Père Léger fut placé à la tête du district de Kontrang-Monei, où il allait rester jusqu'en 1954. À cette époque (février 1954), en dépit de l'occupation de Kontum par les Viêt-minh, le Père Léger resta en poste, comme les Père Thumann et Chartanet, sous le régime de l'occupation; si bien qu'en juillet 1954, on les conduisit, sous bonne escorte, à Tourane, où ils arrivèrent assez épuisés. Le Père en profita pour gagner Saigon et prendre un congé en France (du 27 sept.1954 au 25 mai 1955).

    Revenu à Kontum, il devint, sur place, l'aumônier des trois communautés de religieuses : St Vincent de Paul, Petites Soeurs de la Médaille Miraculeuse, et Amantes de la Croix. Plus tard, en 1958, au départ du Père Dujon, le Père Léger fut affecté au district de Konsomluh, jusqu'en 1963.

    Après un congé en France, du 11 juin 1963 au 9 nov. de la même année, il revint à Kontum et reprit son poste de Konsomluh.
    Or, depuis plusieurs années déjà, le Père Léger ajoutait à ses activités pastorales, des recherches savantes sur la préhistoire et l'histoire, les rites et coutumes de la population banhare. Il avait été encouragé par la découverte fortuite de 78 pierres néolithiques, recueillies en creusant une cave au dessous de la maison sur pilotis qu'il occupait. Le voilà donc lancé dans des études ethnographiques, à la manière de ses grands devanciers : les Pères Dourisboure, Kemlin, Guerlach et Yannin. Plus tard, il rencontrera en France, ou à Hanoi, le Professeur Georges Condominas (un ami du Père Cadières) lui-même occupé à des fouilles à Sarluk, village Muong-Gar, entre Dalat et Ban Me Thuôt. Cela n'empêchait pas le Père Léger de veiller au salut de ses montagnards et de les encourager, par exemple, pour la célébration à Kontrang-Monei du centenaire de l'arrivée du Père Dourisboure et des premiers baptêmes des montagnards, et cela en présence de Mgr. Seitz, en la fête du Christ Roi de l'année 1953.

    Ces cinq années à Konsomluh (1958-1963) furent les dernières de son ministère dans la mission de Kontum.

    En mai 1967, le Père Léger obtint de son évêque l'autorisation de rentrer en France, pour se livrer entièrement à des études d'ethnologie pendant 3 années -théoriquement- en réalité jusqu'à sa mort qui surviendra le 19 décembre 1980.

    Ses recherches l'avaient mis en relation avec le Musée de l'Homme et de l'École Pratique des Hautes Études. Dès l'année 1974, il publia un mémoire en deux volumes, intitulé \Présentation des Bahnars Jolong, Proto-Indochinois, de langue austro-asiatique". Cela le conduisit à présenter en 1977, une thèse de Doctorat du 3ème cycle : "l'Ethno-minéralogie et la vie religieuse des Bahnars-Jolong" qui lui valut la mention "Très Bien". Après quoi il se mit à préparer une thèse de Doctorat d'État, sans compter un certain nombre d'articles d'ethnologie.

    Ces travaux l'accaparaient et l'enthousiasmaient. Était-ce trop demander à son organisme, pourtant résistant ? Toujours est-il qu'à l'automne 1978 il dut subir l'opération d'un cancer à l'estomac. Il s'en remit difficilement et, peu après, le mal reparaissait, ralentissant le rythme de ses travaux. Le Docteur du Centre des Peupliers se déclara impuissant à le conjurer. On hospitalisa le Père Léger au Centre Médical de St Martin du Tertre, au Nord de Paris; c'est là qu'il rendit son âme à Dieu le 19 décembre 1980.


    Références biographiques

    CR 1947 p. 124. 1948 p. 104. 1949 p. 110. 1950 p. 88. 1952 p. 46. 1954 p. 49. 1955 p. 43. 1957 p. 51. 1960 p. 54. 1961 p. 50. 1962 p. 62. 1964 p. 38. 1965 p. 71. 72. 1967 p. 58. 65. 1969 p. 62. 73. BME 1948 p. 110. 1949 p. 55. 700. photo p. 681. 1954 p. 490. 702. 791. 1053. 1145. 1955 p. 49. 50. 664. 1959 p. 79. EPI 1962 p. 402. 781 (art). 1963 p. 733 (biblio). 1965 p. 118. 1966 p. 134. EC1 N° 410. 432. 442. 443. 553. 558. 564. 580. 731. 738. 776. NS. 33P206. 37P13. 57P302. 71P33. 77P237. 114P27. 115/C2. 128P119. 129P150. 130P186. 132P255. 133P278. 146P345. MEM 1980 p. 80.

    "
    • Numéro : 3666
    • Année : None