Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Joseph Alexis LÉCHAUDÉ

[ 2311 ] LECHAUDE Louis, Joseph, Alexis Missionnaire Tonkin Occidental - Hanoï -----------------
Add this
    [ 2311 ] LECHAUDE Louis, Joseph, Alexis

    Missionnaire

    Tonkin Occidental - Hanoï

    -----------------

    Louis, Joseph, Alexis LECHAUDE naquit le 23 novembre 1873, au Puy, paroisse St. Laurent, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire, mais il fut incardiné au diocèse de Nancy. Son père, lorrain d'origine, officier supérieur avait fait les campagnes de Crimée, et la guerre de 1870. Sa mère, originaire de l'Ile-de -France était proche parente du général Vanson et de l'abbé Vanson, supérieur du petit séminaire de la Malgrange,(Nancy), où Louis-Joseph fit de brillantes études couronnées du diplôme de bachelier. Il avait une soeur jumelle qui revêtit l'habit des soeurs de Saint Dominique et pour laquelle il garda toujours une grande affection. Peu après la naissance de ses jumeaux, M.le Commandant Léchaudé prit sa retraite et se fixa à Nancy.

    Louis-Joseph fut tonsuré le 2 juillet 1893; Le 2 octobre 1894, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 21 septembre 1895, sous-diacre le 27 septembre 1896, diacre le 13 mars 1897, il fut ordonné prêtre le 27 juin 1897, reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 4 août 1897.

    Arrivé dans sa mission, il employa les deux premières années à l'étude de la langue viêtnamienne qu'il posséda supérieurement. En 1899, il fut nommé professeur au Collège Petit-Séminaire de Hoàng-Nguyên, où il se montra un maitre brillant, précis et clair dans son enseignement.

    Au mois de février 1902, son Evêque l'envoya travailler dans le district de Nam-Xang, sous la direction de M. Pralong qui se noya accidentellement dans les premiers jours du mois d'août de la même année. En Juillet 1902, Mgr. Gendreau le rappela à Hanoï, pour en faire son secrétaire particulier. A l'occasion des grandes fêtes, M.Léchaudé prêchait à la cathédrale et, deux fois par an, suivait son Evêque, dans la visite pastorale des chrétientés et des districts. Pendant l'une de ces tournées, il apprit le décès de sa soeur jumelle; sa santé en fut ébranlée; quelques mois plus tard, son état s'étant aggravé, il partit pour la France.

    Arrivé à Nancy en 1905,il suivit des traitements divers, fit plusieurs séjours à Montbeton, mais aucun mieux notable ne se produisit. En 1908, il reprit le chemin de sa mission. Sa maladie l'empêchant de mener toute vie active, il fut chargé, avec l'aide de trois secrétaires viêtnamiens, de terminer le procès des martyrs des Missions Françaises du Tonkin. Ce document fut envoyé à Rome,dans le courant de 1912.

    Le 18 octobre 1912, à Keso, Mgr. Gendreau célébra ses noces d'argent épiscopales. En cinq cents vers d'une belle envolée, M. Léchaudé raconta sa ision au paradis" de cette fête jubilaire. Il rédigea aussi, pour le Bulletin paroissial de Hanoï, l'histoire religieuse du Tonkin.

    En 1914, rappelé à Hanoï,après le décès de M. Calaque, M.Léchaudé reçut la charge de chef de maison, pour l'accueil des nombreux hôtes de passage à la Mission. Un an après, il y ajouta celle de procureur du Vicariat. Econome des biens de la Mission, il distribua, en aide aux missionnaires de la brousse, sa fortune personnelle assez importante. Il fut un boute-en-train remarquable, surtout à l'occasion de la fête de Mgr. et à la fin de la retraite annuelle. Sa verve caustique et fine aimait fustiger dans la gaieté, et la bonne humeur, les petits travers de chacun.

    Au mois de Juin 1920, fatigué, il demanda à prendre du repos. Il se retira à Ke-So, et fut chargé d'un autre procès des martyrs. Mais vers la fin de cette même année, un anthrax se forma entre ses épaules. Le 20 Janvier 1921, il fut conduit à la Mission à Hanoï. où M.Lecornu, provicaire, lui donna les derniers sacrements. Le docteur appelé reconnut que M.Léchaudé était diabétique avancé, et le fit hospitaliser. Dès le 24 janvier, notre malade entra dans le coma, Le 27 janvier 1921, à huit heures du soir, il rendit le dernier soupir, assisté de M.Petit, aumônier de l'hôpital et des dames de la Croix Rouge.

    Le lendemain sa dépouille mortelle fut transportée à la Mission; Le 29 janvier 1921,au matin, M.Dépaulis présida les obsèques et Mgr. Bigolet donna l'absoute. Puis, il fut inhumé à côté de M. Le Page, au cimetière de la Mission.




    Références bibliographiques

    AME 1897 p. 772. 1903 p. 179 (art.). 1905 p. 54. 1912 p. 104. 1922 p. 80. CR 1897 p. 278. 1912 p. 180. 1920 p. 46. 1921 p. 68. 168.





    "
    • Numéro : 2311
    • Année : None