Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Antoine LACERRE

[165]. LACERE ou LACERRE, Pierre-Antoine-Etienne, né vers 1711 dans le diocèse de Toulouse, semble être demeuré peu de temps au Séminaire des M.-E., d'où il partit en octobre 1737 pour le Siam. En passant dans l'Inde, il fut pendant quelques mois, en 1739, chargé de la paroisse de Karikal. Arrivé au Siam, il devint d'abord professeur au Collège général, et, d'après ses lettres, paraît avoir donné plus d'activité aux études et de régularité à la discipline. Quoique très modéré, il savait en effet allier la fermeté et la douceur.
Add this
    [165]. LACERE ou LACERRE, Pierre-Antoine-Etienne, né vers 1711 dans le diocèse de Toulouse, semble être demeuré peu de temps au Séminaire des M.-E., d'où il partit en octobre 1737 pour le Siam. En passant dans l'Inde, il fut pendant quelques mois, en 1739, chargé de la paroisse de Karikal. Arrivé au Siam, il devint d'abord professeur au Collège général, et, d'après ses lettres, paraît avoir donné plus d'activité aux études et de régularité à la discipline. Quoique très modéré, il savait en effet allier la fermeté et la douceur. En 1743, le Collège ayant été transféré à Juthia par ordre du vicaire apostolique, de Lolière, Lacere manifesta l'intention de le quitter ; mais sur le désir de l'évêque, il y resta et contribua à faire rétablir la maison à Mahapram.
    Aussitôt que la bulle Ex quo singulari sur les Rites chinois arriva au Siam, il y souscrivit et entraîna plusieurs prêtres portugais, qui étaient un peu hésitants, à suivre son exemple. En 1748, il se rendit, pour les affaires du vicariat, à Manille où il refusa un poste fort honorable. En 1749, il alla à Macao et y fit une copie de tous les décrets qu'il trouva sur les missions. Après la mort de J.-B. Maigrot, il géra la procure de 1752 à 1754.
    Le Séminaire des M.-E. l'ayant proposé pour être vicaire apostolique du Se-tchoan, il fut nommé le 18 septembre 1753, et le même jour élu évêque de Zéla ; mais, après avoir hésité pendant assez longtemps, il refusa.
    En 1757, il revint en France, et quitta la Société. Dans une lettre du 30 juin 1761, il demanda une pension au Séminaire qui ne crut pas pouvoir la lui accorder. La dernière lettre que nous possédions de lui est signée Lacere, chanoine et vicaire général ; elle est datée du 24 janvier 1767, et écrite de Rieux (Haute-Garonne), dont l'évêque était alors Jean-Marie de Castellan.
    Notes bio-bibliographiques. - Journ. d'A. Ly, Tab. alph.


    • Numéro : 165
    • Année : None