Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André JUSSEAU (1901-1968)

JUSSEAU André (1901 -1968) [3334] JUSSEAU André, naquit le 1er avril 1901 à St Gengoux-le-National, dans le diocèse d'Autun (Saône et L). Il fit ses études primaires dans sa paroisse et ses études secondaires à Rimont. Il entra laïc au Séminaire des Missions Étrangères le 15 septembre 1920. Il fut ordonné prêtre le 29 juin 1927 et partit pour la mission de Kumbakonam le 11 septembre 1927.
Add this

    [3334]  JUSSEAU André, naquit le 1er avril 1901 à St Gengoux-le-National, dans le diocèse d'Autun (Saône et L). Il fit ses études primaires dans sa paroisse et ses études secondaires à Rimont. Il entra laïc au Séminaire des Missions Étrangères le 15 septembre 1920. Il fut ordonné prêtre le 29 juin 1927 et partit pour la mission de Kumbakonam le 11 septembre 1927.

     

    Il fit ses premières armes à Attur, où il étudia le tamoul. Il y resta jusqu'en 1930. La mission de Kumbakonam fut divisée et une nouvelle mission fut créée à Salem. Le Père Prunier, devenu évêque de Salem, demanda au Père Jusseau de continuer son oeuvre à Namakkal et d'organiser des catéchuménats dans les villages d'Intouchables qui désiraient se convertir. Il déploya dans ce district tout son zèle missionnaire, se faisant tout à tous et heureux de pouvoir catéchiser ces catéchumènes, dispersés dans de nombreux villages, et de le faire dans une langue qu'il maîtrisait bien. Après trois ans, il fut nommé à Idappadi, où il s'empressa d'organiser de nombreux catéchuménats comme à Namakkal.

     

    Peu après, il est nommé à Madagoundapalli, bien loin dans le nord de la mission, du côté de Bangalore. Il fonda un couvent, un dispensaire et s'occupa activement d'améliorer les petites communautés chrétiennes des villages. Il resta dans cette paroisse de 1932 jusqu'en 1942. Son évêque eut alors besoin d'un prêtre pour la plantation de café de Yerkaud, près de Salem, source de revenus pour le diocèse. Il y resta de 1942 à 1951, et il se révéla bon "planteur", mais aussi bon missionnaires, car il baptisa bon nombre de ses "coolies" (ouvriers agricoles).

     

    Il rêvait de retourner faire de la pastorale en paroisse. Il fut alors nommé curé d'Élathagiri, belle paroisse de 2000 chrétiens. Ce village étant difficile d'accès, le Père Jusseau ouvrit une route de près de trois kilomètres pour le relier à la route nationale. Il avait le secret de se faire des amis partout et des alliés dans la police, dans les bureaux du gouvernement. Il savait discuter, plaider, menacer, flatter et provoquer la sympathie. Dans son désir de bien s'intégrer au pays, il était devenu Indien parmi les Indiens. C'est ainsi qu'il réussit à faire venir l'électricité dans son village, ce qui fut une aubaine pour tous les fermiers qui purent installer des pompes électriques dans leur puits pour l'irrigation de leurs jardins. Le Père Jusseau était connu et apprécié à vingt lieues à la ronde. Il était toujours en mouvement pour rendre service aux gens, et c'était son bonheur. Partout où il passa, il fut aimé tant par les païens que par les chrétiens. Avec un sourire désarmant, il était toujours "à leur service". Épris de justice et de charité, il savait être ferme quand il le fallait, et il avait toujours la bonne réplique.

     

    Un jour, quand il était curé de Maagoudanapalli, une réunion politique assemblait des milliers d'Hindous et de Musulmans autour du Pandit Rajagopalachariar, compagnon de lutte de Gandhi, qui faisait un grand discours sur la place du village. Le Père Jusseau arrive, fend la foule et va prendre sa place sur l'estrade. S'adressant au Pandit, il dit:"Nous vous attendions avec impatience. Soyez le bienvenu dans mon village. Mes gens ont bien besoin de vos bons avis." Il eut alors cette réponse de Rajagopalachariar, "Heureux de vous rencontrer, mon Père. Dites-nous vos couleurs politiques." -"Mon parti politique, s'exclama le Père, mais c'est le Ciel, le Royaume de Dieu du Ciel, et j'invite tout le monde à ma table sans forcer personne à s'y asseoir.". Rajaji fut bon joueur. Il enleva la guirlande de fleurs qu'il portait en collier et le passa au cou du Père qui devint le grand homme du jour."

     

    À Élathagiri, après sept ans d'activité, la santé du Père déclina brusquement. Une typhoïde faillit l'emporter. Après sa guérison, sa tension artérielle restant très élevée, son évêque le nomma à une paroisse moins fatiguante, Settipatti, près de Salem. Là, il bâtit une église, une école secondaire, organisa un catéchuménat, et bien des fois, il alla prêcher des triduums ou des retraites dans les paroisses ou les communautés religieuses. Il s'exprimait aisément, en tamoul et en anglais, et autant par les paroles que par les gestes, il réussissait à convaincre ses auditeurs.

     

    Il dut bientôt s'aliter, presque incapable de se mouvoir. Il fit venir le Père Hourmant, et en cette matinée du 31 mars 1968, il rendit son âme à Dieu. La messe de funérailles fut suivie par une importante couronne de prêtres, de religieux et religieuses, et une foule considérable de chrétiens et de païens, accourus des quatre coins du diocèse. Le Père Jousseau fut un missionnaire heureux, qui a beaucoup aimé les Indiens et été un "joly good fellow" pour ses confrères.

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1926-27 p. 492. 1935 p. 170 (art). photo p. 171. 1937 p. 282. 1938 p. 42. 1939 p. 187.

    CR 1927 p. 167. 1928 p. 161. 1931 p. 258. 1932 p. 290. 291. 1937 p. 226. 1951 p. 109. 110. 1957 p. 99. 1958 p. 80. 1960 p. 82. 83. 1961 p. 87. 1962 p. 100. 1963 p. 110. 1964 p. 69. 1965 p. 135. 1966 p. 179. 180. 1967 p. 125. 126. 1969 p. 141.

    BME 1927 p. 581. 711. 770. 1928 p. 187. 1929 p. 764. 1930 p. 591. photo p. 606. 1931 p. 463. 548. 691. 771. 1932 p. 231. 1933 p. 147. 316. 1934 p. 362. 363. 1936 p. 682. 1937 p. 223. 672. 744. 1939 p. 220. 299. 366. 1940 p. 148. 221. 437. 1941 p. 207. 1948 p. 154. 1949 p. 787. 1950 p. 134. 1951 p. 195. 204. 308. 321. 508. 709. 773. 774. 1952 p. 125. 343. 416. 485. 700. 768. 1953 p. 225. 309. 317. 599. 716. 707. 708. 795. 1954 p. 175. 486. 488. 582. 932. 1955 p. 76. 268. 461. 463. 804. 1002. 1956 p. 382. 1957 p. 377. 378. 1097. 1098. 1958 p. 657. 1959 p. 742. 1960 p. 199. 1961 p. 688.

    EPI 1962 p. 944. 1965 p. 552.

    Enc. PdM. 8P4.

    ECM 1943 p. 320. 1944 p. 34.

    R.MEP 125P44.

    EC1 N°  134. 138. 400. 410. 412. 496. 505. 641. 730. 738.

    NS. 1P27. 4P125. 8P225. 11P344. 345.

    MEM 1961-69 p. 173.

    • Numéro : 3334
    • Pays : Inde
    • Année : 1927