Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph JAUGEY (1884-1955)

JAUGEY Joseph (1884 - 1955) [2941] JAUGEY Joseph, Marie, Alexandre, est né à Peigney, près de Langres, dans la Haute-Marne, au diocèse de Langres, le 30 décembre 1884, fils de Amédée Jaugey et de Valérie Boisselier.
Add this

    [2941]  JAUGEY Joseph, Marie, Alexandre, est né à Peigney, près de Langres, dans la Haute-Marne, au diocèse de Langres, le 30 décembre 1884, fils de Amédée Jaugey et de Valérie Boisselier.

     

    Après avoir fait ses études secondaires au Petit Séminaire du diocèse de Langres, il entre laïque au Séminaire des Missions Étrangères de Paris, le 9 septembre 1902. En raison du climat politique qui règne en France (on y est sous le régime Combes, célèbre pour sa politique anticléricale), il part de Paris (où il a entre-temps reçu la tonsure et les ordres mineurs) le 7 décembre 1906, avec tous ses camarades de cours, pour aller poursuivre ses études au "Collège Général" de Pinang, où il est ordonné prêtre le 7 juillet 1907 et est destiné à la Corée. Il quitte Pinang le 18 juillet 1907 avec le Père Polly (mais non pas avec le futur Mgr. Larribeau, ce qu'affirme à tort la notice parue dans le bulletin MEP de 1955, p. 285. Le jeune P. Larribeau avait quitté Pinang le 14 ou 16 avril 1907.) et arrive à In-chon, l'avant-poste de Séoul, le 8 août 1907.

     

    En 1908, il est chargé de ce qu'on appelle "le district de Yang-pyong", qui est détaché de celui de Poung-sou-won et dont le Père Jaugey est le tout premier responsable. En réalité, le Père Jaugey ne réside pas à Yang-pyong, chef-lieu de l'arrondissement du même nom, mais au village de Tok-chon, dans le canton de Yong-moun, à une douzaine de kilomètres de Yang-pyong et à une cinquantaine à l'est de Séoul. S'il passe la majeure partie de son temps entre la Toussaint et Noël et entre les Cendres et Pâques à visiter les diverses chrétientés de son district, durant le "temps ordinaire", il a des loisirs qui lui permettent de bien étudier la langue, car les chrétiens du centre, au village de Tok-chon, ne sont pas nombreux. (Tout en restant dans le même canton de Yong-moun, le centre de la paroisse sera déplacé en 1919 à Ma-ryong-ni et en 1958 au bourg même de Yong-moun).

     

    Le Père Jaugey ne reste pas longtemps à Tok-chon, car en 1909, il est nommé à Won-ju où il succède au Père Chizallet. Pour lutter contre l'analphabétisme, il ouvre une école du soir en 1910. En 1913, il fait construire une véritable église de style gothique qui, tout en n'étant pas très grande (230m2), remplace avantageusement la maison qui sert de chapelle depuis l'époque de la fondation du poste de Won-ju, en 1886, par le Père Le Merre. (Cette église bâtie par le Père Jaugey sera détruite par un incendie lors de la guerre de Corée de 1950).

     

    Mobilisé pour la guerre qui vient d'éclater en Europe, il quitte Séoul le 12 août 1914 ; il n'a pas de successeur à proprement parler, car c'est le Père Chizallet qui, depuis la paroisse "voisine" de Yong-so-mak assure l'intérim. Démobilisé, le Père Jaugey est de retour à Séoul le 15 octobre 1919, et retourne à Won-ju où il reste jusqu'en 1922.

     

    Tandis que le Père Polly va lui succéder à Won-ju, le Père Jaugey est chargé de la procure de la mission de Séoul. Il a bien sûr la responsabilité des comptes de la mission, de ceux de l'imprimerie de la mission, de ceux de la revue catholique nationale dont il est d'ailleurs officiellement le directeur et l'éditeur, et de ceux des confrères. À l'occasion, il rendait aussi service aux autres missions quand celles-ci voulaient faire des commandes en France. Dans son travail, le Père Jaugey était un modèle d'exactitude, de rapidité, de serviabilité, de bon sens et de bon conseil, sa vie étant faite d'humble dévouement et de fidélité quotidienne au devoir. Il garde cette charge jusqu'en 1942, quand la charge du vicariat apostolique de Séoul passe au clergé coréen.

     

    Que fait-il entre 1942 et 1948 ? Aucune information n'a été trouvée au sujet de cette période.

     

    Lorsqu'en juin 1948 une nouvelle préfecture apostolique est érigée à Taejon, et que Mgr. Larribeau, vicaire apostolique de Séoul jusqu'en 1942, en est nommé administrateur, le Père Jaugey, avec la plupart des missionnaires, rejoint la nouvelle mission et en devient le procureur. Durant l'été de 1950, puis durant l'hiver 1950-1951, face à l'avance extrêmement rapide des forces armées de Corée du Nord, il se réfugie à Pusan avec les confrères qui se trouvent à Taejon et quelques autres. S'il garde toute la jovialité du temps où il était procureur à Séoul, il vieillit peu à peu, devient presque sourd, mais continue à assurer une messe ou deux à l'unique paroisse que compte alors la ville de Taejon. C'est à l'occasion de l'une de ces messes qu'il contracte la pneumonie qui l'emporte soudainement le 8 janvier 1955. Ses restes sont inhumés au cimetière catholique de Taejon.

     

     

     

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1907 p. 381. 1911 p. 211. 212. 1915-16 p. 160. 161.

    CR 1907 p. 325. 1908 p. 47. 1911 p. 44. 1914 p. 21. 1916 p. 235. 1922 p. 23. 1948 p. 13. 1950 p. 15. 1955 p. 79.

    BME 1923 p. 438. 1924 photo p. 481. 1931 p. 136. 1932 p. 360. 446. 1935 p. 334. 417. 1939 p. 112. 1940 p. 181. 1941 p. 167. 1949 p. 108. 1950 p. 554. 1951 p. 156. 297. 298. 357. 418. 420. 485. 1952 p. 181. 1955 p. 241. 285. 288. 634.

    EC1 N°  486. 571.

     

     


    • Numéro : 2941
    • Pays : Corée
    • Année : 1907