Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean JARRE (1865-1940)

JARRE Jean (1865 - 1940)
Add this

    [1786] JARRE Jean, Marie, naquit aux Chapelles (Savoie), au diocèse de Tarentaise, le 27 mars 1865 dans une famille aisée de propriétaires terriens, croyants convaincus. Il fit ses études primaires à l'école du village, puis il alla au Collège de Moutiers pour y commencer ses études secondaires. En 1884, il entra au Grand Séminaire de Moutiers. Il y resta deux ans. En 1886, avec la permission de son évêque, il quitta le Grand Séminaire et demanda son admission au Séminaire des Missions Etrangères de Paris. C'est le 25 février qu'il fut ordonné prêtre et reçut sa destination pour la Mission de Mandalay. Ce fut le 4 avril de la même année qu'il partit pour sa mission de Birmanie.

     

    Il arriva à Mandalay, juste pour assister au sacre de Mgr. Simon aux environs du 24 juin 1888. Après quelques mois passés à Mandalay pour se familiariser avec l'anglais, il fut envoyé dans un grand village, Amyen. Il y resta jusqu'en 1891, où il y apprit le birman.

     

    En 1891, Mgr. Simon décida de tenter l'évangélisation des Chins. Pour cela, il fit appel aux Pères Jarre et Laurent, puis plus tard, le Père Accarion vint les rejoindre. Le gouvernement britannique leur enjoignit de descendre. De plus, les Pères Jarre et Accarion furent atteints de la fièvre. Ils durent revenir à Mandalay. Rétablis, ils vinrent donc s'établir plus au Sud. Mais le Père Jarre toujours fiévreux, le Père Laurent ne put rester seul. On abandonna donc cette entreprise. C'était en 1893 ; la première tentative d'évangélisation des Chins avait échoué. Elle sera reprise beaucoup plus tard par Mgr. Falière et réussira après bien des difficultés. Et maintenant cette Mission des Montagnes Chins est très florissante.

     

    En 1894, le Père Jarre fut envoyé à Meiktila sur les bords d'un lac. Mais la fièvre ne le quittait guère, et il se vit obligé de revenir en France pour se rétablir. De retour, nous sommes alors en 1897. Il regagne son poste et il y restera jusqu'en 1900.

     

    En 1900, le Père Jarre est envoyé à Maymyo qui n'était pas alors l'agréable station d'altitude qu'elle est aujourd'hui. Tout était à fonder et le Père Jarre passera à Maymyo ses dernières quarante années à bâtir, et, deux années avant sa mort, il bâtissait encore. Tous les établissements catholiques de la ville de Maymyo lui doivent leur existence. Ce fut tout d'abord le presbytère, puis l'église. En 1906-1907, il entreprit de bâtir le pensionnat des Soeurs de Saint Joseph de l'Apparition. Cet établissement sera inauguré en février 1908.

     

    En 1907, le Père Moindrot lui fut donné comme assistant. La Chapelle devenant trop petite, sur un terrain bien situé, le Père Jarre reprit la truelle et construisit l'église de l'Immaculée et le presbytère dont le Père Moindrot prit possession en avril 1913.

     

    En 1914, Mgr. Foulquier ayant résolu de transporter le Petit Séminaire à Maymyo, confia au Père Jarre le soin de pourvoir à un local pour recevoir les petits séminaristes. Le Père construisit également un bâtiment pour enfants tamouls.

     

    Cette école fut comme le mémorial de ses noces d'or qui furent célébrées le 25 janvier 1938, entouré de tous ses confrères.

     

    Prêtre, il le fut dans toute l'étendue du mot, s'intéressant aux missionnaires qui travaillaient chez les païens et les aidant de ses deniers. Et c'est ainsi qu'il passa quarante années à Maymyo.

     

    Sa mort fut rapide. Le 30 mai 1940, il se plaignit de fortes douleurs à la poitrine; c'était le début d'une congestion pulmonaire. Il reçut les derniers sacrements. Le 31 mai au soir, jour de la fête du Sacré Coeur, une crise cardiaque l'emporta. Les obsèques furent présidées par Mgr. Falière, assisté des Pères Cassan et Mainier.

     

    Le Père Jarre repose près de l'église de Maymyo, dans ce cimetière qu'il avait lui-même prévu pour les missionnaires et les Soeurs. Le Père Jarre avait 75 ans.

     

    Références biographiques

    AME 1888 p. 6. 1889 p. 121. 1917-18 p. 97. 1937 p. 81. 82.

    CR 1888 p. 169. 207. 1891 p. 207. 1893 p. 235. 1894 p. 260. 310. 1895 p. 227. 283. 361. 362. 1896 p. 284. 1900 p. 203. 207. 1901 p. 214. 215. 1903 p. 246. 1906 p. 217. 1907 p. 250. 251. 1908 p. 229. 1909 p. 217. 1910 p. 244. 1912 p. 223. 1913 p. 264. 269. 270. 462. 1914 p. 271. 273. 1918 p. 105. 1919 p. 102. 103. 165. 190. 1920 p. 69. 1923 p. 145. 1924 p. 116. 1925 p. 142. 1927 p. 190. 1929 p. 190. 1930 p. 322. 327. 1935 p. 290. 1938 p. 200. 1940 p. 118. 150. 1947 p. 154. 157. 267. 337. 1949 p. 176. 1951 p. 175.

    BME 1922 p. 316. 1923 p. 329. 1924 p. 743. 1925 p. 375. 781. 1926 p. 576. 714. 1927 p. 576. 1931 p. 533. 847. 1932 p. 231. 303. 645. 1934 p. 440. 452. 453. 588. 1935 p. 679. 1935 p. 215. 1937 p. 452. 813. 1938 p. 278. 305. 1940 p. 144. 217. 633. 1941 p. 454. 1948 p. 249. 1949 p. 150. 1956 p. 923. 933. 939. 949. 1022. 1023. 1959 p. 846. 1960 p. 729.

    Epi 1969 p. 423. 424. 433. 445. 585 sq.

    EC RBac N° 426.

     

    • Numéro : 1786
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1888