Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bertrand IDIART-ALHOR (1859-1893)

[1600]. IDIART-ALHOR, Bertrand, né le 26 décembre 1859 dans la paroisse de Behaune-Lantabat, commune de Lantabat (Basses-Pyrénées), commença ses études chez les Lazaristes à Bayonne, et les acheva au séminaire de Dax. Il entra diacre au Séminaire des M.-E. le 27 octobre 1883, reçut l'ordination sacerdotale le 6 juillet 1884, et partit le 10 septembre suivant pour le Tonkin occidental. Il apprit la langue à Ke-so, et, en 1885, fut envoyé dans le district de Ke-set.
Add this

    [1600]. IDIART-ALHOR, Bertrand, né le 26 décembre 1859 dans la paroisse de Behaune-Lantabat, commune de Lantabat (Basses-Pyrénées), commença ses études chez les Lazaristes à Bayonne, et les acheva au séminaire de Dax. Il entra diacre au Séminaire des M.-E. le 27 octobre 1883, reçut l'ordination sacerdotale le 6 juillet 1884, et partit le 10 septembre suivant pour le Tonkin occidental. Il apprit la langue à Ke-so, et, en 1885, fut envoyé dans le district de Ke-set. Il fut ensuite nommé aumônier de l'hôpital français de Hanoï ; et, pendant une épidémie de choléra, il s'installa au lazaret, et y passa la plupart des nuits sur une chaise-longue, afin d'être plus vite au chevet des mourants. Quand le fléau eut cessé, il administra les chrétientés de Ke-set et de Phung-quang ; après quoi, il passa à Sonmieng où le travail était considérable.
    Placé à la tête des chrétientés de la province de Thanh-hoa encore toute meurtrie des coups des persécutions, il devint l'aumônier des troupes françaises et le protecteur des fidèles. Quand ceux-ci commencèrent à rentrer dans leurs villages, il plaida si bien leur cause auprès des autorités, qu'il leur fit restituer ce que les païens leur avaient enlevé. Le choléra ayant sévi de nouveau en 1887, il se dévoua auprès des soldats français avec un zèle qui fit l'admiration de tous.
    En même temps, il rendit à nos officiers des services d'un autre genre et très appréciés, en leur fournissant des renseignements exacts sur les projets des rebelles. Il parcourut le pays pour se rendre compte des besoins des chrétiens ruinés, et, à force de ténacité et de diplomatie, finit par obtenir la restitution des propriétés de Cuabang volées par les chefs de ce village et ceux des environs, lors de la dernière persécution ordonnée par Tu-duc (1858-1862).
    En mars 1888, il se rendit à Vuc-loc, et y groupa assez vite quelques néophytes dans une station que les païens détruisirent. Il projetait d'élever une vaste église au Sacré-Cœur à Cuabang, quand, en juillet 1889, Mgr Puginier le nomma curé de la cathédrale de Hanoï et procureur de la mission. Il remplit très bien cette double fonction. En février 1892, il tomba malade, et le 25 mars 1893, après de grandes souffrances courageusement supportées, il succombait à Sontay. Il fut enterré près de l'église de cette ville.


    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1889, p. 121. - Bull. rel. Bayonne, 1893, p. 313.


    Notice nécrologique.

    C.R., 1893, p. 315.

    • Numéro : 1600
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1884