Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Julien HUCHET (1873-1922)

[ 2351 ] HUCHET Julien, Jean-Baptiste, Pierre Missionnaire Mandchourie Méridionale - Moukden --------------
Add this

    Julien, Jean-Baptiste, Pierre HUCHET naquit le 30 août 1873, à Moulins, canton de Mauléon, diocèse de Poitiers, département des Deux-Sèvres. Il fut incardiné au diocèse de Luçon où sa famille habita pendant longtemps. Il perdit sa mère de bonne heure et fut élevé par une de ses tantes dont un fils Eugène Tessier, cousin de Julien, membre de la Société des Missions Etrangères, fut missionnaire au Kouang-si. Julien fit ses études secondaires au petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers, dans le diocèse de Luçon.

    Le 15 novembre 1893, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 9 mars 1895, minoré le 29 décembre 1896, sous-diacre le 13 mars 1897, diacre le 26 septembre 1897, il fut ordonné prêtre le 5 mars 1898, reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie qu'il partit rejoindre le 11 mai 1898. Le 16 mai 1898, la Mandchourie fut divisée en deux vicariats apostoliques: Mandchourie septentrionale et Mandchourie méridionale. M.Huchet fut affecté à ce dernier vicariat apostolique confié à Mgr Laurent Guillon.

    M.Huchet fut d'abord envoyé dans les montagnes de Hoang-kin-touen, chez M.Vuillemot, pour y étudier la langue chinoise. Quelques mois plus tard, il reçut sa nomination à Ouang-tsin-men, (Sing-ping-pou) préfecture où les catéchumènes étaient nombreux et  située à plus de deux cents kms à l'est de Moukden. À la mi-mars 1899, n'étant pas encore rendu dans son nouveau poste, il apprit que les gardes nationaux d'Ouang-tsin-men, nombreux et bien armés, devenus "brigands" s'étaient jetés sur son oratoire, et l'avaient brulé; pendant huit jours, ils avaient enchainé et maltraité néophytes et chrétiens, obligeant le mandarin à les emprisonner. À cette nouvelle, M.Huchet accompagné du P. Jean Li accourut au secours de ses ouailles; le mandarin effrayé les garda tous deux au prétoire, mais fit savoir qu'il était impuissant à tenir tête aux rebelles. L'arrivée soudaine de Mgr Guillon les sauva de la mort.

    En juillet 1900, dans le district de Sing-ping-pou, résidence de M. Huchet, les "Boxers" massacrèrent les chrétiens, incendièrent les postes de Ling-kai, Sing-Ping, et Ouang-king-men dont il s'occupait et se lancèrent à sa poursuite. Celui-ci se replia vers l'est, à Toung-houa-hien chez M.Villeneuve lui aussi recherché. A la faveur de la nuit,  avec l'appui du mandarin local, et l'aide d'un petit chef de soldats, les deux missionnaires sautèrent à cheval et s'enfuirent vers les montagnes de Corée. Ce fut un voyage très pénible, plus d'un mois de fatigues, de privations et de maladies. Ils parvinrent à Ouensan (Wonsan), sur la mer du Japon, où M. Bret les reçut fraternellement; de là ils gagnèrent Séoul où ils furent accueillis par Mgr Mutel. Dès le mois de septembre 1900, ils reprirent le chemin de New-chwang, (Ing-tse), en Mandchourie du sud, et se mirent à la disposition de M.Choulet, supérieur de la mission.

    Après quelques mois d'intérim à San-tai-tse, M.Huchet partit en avril 1901, comme interprète des troupes russes, et fit un voyage de reconnaissance dans son ancien district où tout était en ruines. En 1902, il remplaça M. Edouard Agnius à Kouang-ning, et malgré les menaces et les insultes il réussit à s'y installer. Son premier soin fut de regrouper les anciennes orphelines de Kouang-ning et de Siao-hei-chan. En juin 1902, sa maison et son orphelinat devaient flamber; le salut vint de l'intervention de deux cents cosaques.

    En 1903, sans trop de difficultés, M. Huchet reprit possession du poste de Siao-hei-chan, à l'ouest de Moukden, jadis le plus prospère de la mission, distant de Kouang-ning de 60 lys, un district des plus éprouvés par la révolte des Boxers. Il releva la résidence,et remit sur pied le district au plan spirituel. En 1905, il adressa à son évêque le compte-rendu suivant: "L'administration de mon district a été très difficile au cours du dernier exercice..La guerre russo-japonaise a eu son contre-coup dans nos parages....Les troubles m'ont empêché souvent de sortir du village, et plusieurs chrétiens, éloignés de ma résidence, sont morts sans sacrements. Leurs proches, dans la crainte de tomber entre les mains des brigands, n'ont pas osé venir me chercher..." En 1907, la paix revenue, et avec l'aide du P.Martin Pai, il eût la joie de parcourir tous les postes de son district.

    En 1909, M. Huchet fut chargé du district de Kao-chan-toun, au nord-est de Moukden.Il y trouva des nouveaux chrétiens d'une foi médiocre, mais aussi un noyau d'anciens chrétiens plus solides.Il s'attacha à faire avancer sa communauté chrétienne dans la foi et la sainteté.

    Sentant ses forces diminuer, M. Huchet demanda à Mgr. Choulet un poste moins chargé, et il fut envoyé à Ta-che-tsin, à une demi-heure de chemin de fer de la procure de Newchwang. Ses forces revinrent, et il accepta de prendre en charge le district de Leao-yang. En novembre 1922, Mgr. Blois donna la confirmation dans ce district. Malgré le mauvais état des routes, M. Huchet accompagna son évêque dans la visite pastorale des districts de San-tai-tse et de Chaling.

    Le 25 décembre 1922, M. Huchet, souffrant d'un anthrax au cou depuis une dizaine de jours, se rendit à l'hôpital japonais de Leao-yang. L'ouverture de l'abcès eut lieu avec succès, mais le diabète dont il était atteint amena des complications. C'est là qu'il s'éteignit le 29 décembre 1922, à 11 heures du matin. Ses funérailles eurent lieu le 31 décembre 1922, en présence de nombreux confrères et d'une foule de chrétiens.

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1898 p. 179. 1899 p. 228. 1900 p. 223. 1902 p. 19. 41. 1910 p. 170. 172. 175. 179. 1912 p. 51. 1922 p. 133. 1923 p. 39.

    CR 1898 p. 271. 1899 p. 73. 1900 p. 66. 1902 p. 81. 82. 1903 p. 59. 1905 p. 43. 44. 1906 p. 55. 1907 p. 81. 1909 p. 58. 60. 64. 68. 1910 p. 60. 1912 p. 68. 1913 p. 80. 1914 p. 35. 1916 p. 53. 54. 1917 p. 226. 1920 p. 138. 1921 p. 35. 1922 p. 263. 1923 p. 38. 230. 1947 p. 315.

    BME 1922 p. 304. 1923 p. 49. 116. 138.

    EC1 N°  29.

     

    • Numéro : 2351
    • Pays : Chine
    • Année : 1898