Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean HOURMANT (1898-1986)

HOURMANT Jean-Louis (1898 -1986)
Add this

    [3243]  HOURMANT Jean-Louis, naquit le 15 novembre 1898 à Collorec, dans le diocèse de Quimper (Finistère). Il fit ses études primaires à Collorec, et ses études secondaires à Bure, en Belgique. Il a seize ans lorsqu' éclate la guerre de 1914. Il est versé dans le service auxiliaire et est envoyé à Paris. C'est là qu'il fit la connaissance de la Société des Missions Étrangères et qu'il décida d'en devenir membre. Il entra donc à la rue du Bac le 19 septembre 1921 et fut ordonné prêtre le 22 décembre 1922. Il ne resta ainsi qu'un an à la rue du Bac, car il avait déjà étudié au Grand Séminaire de Quimper. Il reçut sa destination pour la mission de Kumbakonam. Il s'embarqua pour l'Inde le 16 avril 1923.

     

    Il arrive en Inde le 9 mai 1923. Son évêque l'envoie à Mayavaram pour apprendre le tamoul. Il prit cette étude très au sérieux et en peu d'années, il acquit une étonnante maîtrise de cette langue.

     

    En juin 1924, il est nommé curé de Kettapalayam, un grand centre chrétien dont dépendent de nombreux villages. Il fait le catéchisme en se servant de moyens audiovisuels, une méthode d'apostolat peu connue des anciens et qui faisait plutôt "moderne" à cette époque.

     

    En 1926, il est nommé à la paroisse de Konéripatti, où il resta jusqu'en 1931. Là, il encourage beaucoup les chrétiens à être, eux aussi, des témoins et des missionnaires. Il organise des groupes, et après les avoir bien formés, il les envoie dans les villages pour contacter les non-chrétiens. Il se déplace, lui aussi, et il réussit à attirer beaucoup de gens au Christ.

     

    En 1930, le Père Hourmant est devenu missionnaire du diocèse de Salem. Mgr. Henri Prunier, le premier évêque de ce nouveau diocèse, dut faire appel au Père Hourmant pour aller se fixer à Namakkal, dans la partie sud du diocèse. En effet, des villages entiers d'Intouchables demandaient de venir au christianisme, à l'époque de la campagne de Gandhi contre l'intouchabilité. L'évêque qui avait travaillé lui-même dans ce district avant de prendre la tête du diocèse, trouva dans le Père Hourmant le missionnaire idéal : c'était un excellent tamoulisant, un bon organisateur, un catéchiste chevronné. Il mit toutes ces qualités au service de l'Évangile.

     

    À cette époque, il consacre quelques mois au centre de formation des catéchistes de Tindivanam. Ce centre, créé par le P. Gavan Duffy fait l'admiration du Père Hourmant. Là, en quelques mois, il apprend beaucoup, il partage avec les futurs catéchistes son expérience déjà grande dans le domaine de la catéchèse, de l'évangélisation et de la formation des catéchistes.

     

    On peut dire que toute la région de Namakkal, c'est le Père Hourmant : jusqu'à sa mort, le Namakkal est resté la "chose" de sa vie. Le Namakkal est considéré comme le secteur "ad gentes" pour le clergé. Aujourd'hui les résultats sont là. Le Père eut la grande joie de voir la petite graine grandir, s'épanouir et s'étaler en floraison magnifique. Aujourd'hui le Namakkal compte au moins 5 paroisses autour du centre avec de nombreux villages devenus chrétiens.

     

    En 1939, il quitte Namakkal et devient curé de la cathédrale à Salem. Pendant 8 années il va innover en lançant l'imprimerie de la mission, en encourageant l'ouverture de nouvelles écoles et en demandant aux instituteurs-catéchistes d'enseigner le catéchisme avec beaucoup de soin.

     

    En 1949, Mgr. Prunier, malade, donne sa démission. Le premier évêque indien originaire du diocèse, Mgr. Selvanathar, est nommé. C'est l'époque (1948-1955) où les jeunes Pères français vinrent redonner un sang nouveau à la mission. Ils sont confiés au Père Hourmant pour l'étude de la langue tamoule. Il leur fait part de ses méthodes de travail, de son zèle pour l'annonce de l'Évangile. C'est ainsi que les Pères Gravier, Mauviel, Legrand et Rodeschini sont passés par ses mains, ainsi que certains Pères français venus de Malaisie (les PP. Gauthier, Catel, Griffon et plusieurs autres).

     

    En 1957, le Père Hourmant est nommé curé d'Attur. Il continue à enseigner le tamoul aux Pères, dans ce nouveau centre. Le Père est obligé de faire construire de nouvelles chambres pour recevoir les nouveaux. Il mobilise alors tous ces missionnaires pour l'annonce de l'Évangile.

     

    En 1961, il prend un congé en France. Mais il ne s'habitue guère à cette France qui a beaucoup évolué et revient vite en Inde. En octobre 1963, il quitte Attur où le Père Gravier lui succède comme curé et comme professeur de langue tamoule. Il est nommé à Kakkavéri, où il va rester jusqu'en 1973. Le 22 décembre 1972, c'est la célébration de son jubilé sacerdotal. L'évêque, le clergé, les religieuses et un grand nombre de chrétiens participent à la fête. Il est heureux de ce témoignage d'amitié. Malgré son âge, "non recuso laborem" dit-il, et l'évêque le nomme aumônier des Soeurs de St Joseph de Cluny à Salem. Il avait 75 ans, mais toujours jeune de coeur. Il remplit admirablement son rôle d'aumônier. Très attaché à la catéchisation des enfants et des adultes, il monte à cet effet une bibliothèque avec livres, films et cartes imagées. Avec un bon projecteur, il passe des vues et rend ainsi le catéchisme plus vivant. Il célébra ses 80 ans le 15 novembre 1978, puis quelques années plus tard, il célébra son jubilé de diamant, le 27 décembre 1982.

     

    En avril 1986, il prit froid. Il s'alita pour quelques jours, et rendit son âme à Dieu le 11 avril 1986.

     

    Avant son premier départ pour l'Inde, sa santé fragile avait posé problème à ses supérieurs : "Arrivera-t-il seulement jusqu'à sa mission?" La suite a démontré que derrière une fragilité apparente agissait une force de caractère indéniable.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1923 p. 118. 1936 p. 45. 88.

    CR 1923 p. 177. 1925 p. 143. 1932 p. 288. 290. 291. 1933 p. 239. 241. 243. 335. 377. 1934 p. 218. 1935 p. 229. 1936 p. 216. 1949 p. 146. 147. 1950 p. 124. 1953 p. 71. 1957 p. 79. 1958 p. 80. 1960 p. 82. 1961 p. 88. 1962 p. 100. 1963 p. 110. 1964 p. 69. 1965 p. 134. 1966 p. 179. 180. 1967 p. 125. 126. 1969 p. 141sq. 1974-76 p. 192. AG80-81 p. 207. 82p. 209. 85p. 219.

    BME 1923 p. 248. 455. 522. 1924 p. 542. photo p. 300. 1931 p. 82. 543. 1932 p. 550. 720. 1933 p. 318. 880. 1934 p. 365. 509. 888.1935 p. 452. 1936 p. 78. 145. 387. 451. 536. 609. 682. 842. 919. 921. 922. 1937 p. 73. 377. 745. 893. photo p. 372. 1938 p. 495. 852. 1939 p. 72. 220. 441. 444. 809. photo p. 303. 1940 p. 147. 221. 703. 828. 1941 p. 700. 1948 p. 154. 255. 1949 p. 124. 452. 786. 787. 1950 p. 134. 477. 576. 577. 658. photo p. 583. 1951 p. 136. 194. 244. 307. 308. 508. 774. 775. 1952 p. 122. 125. 146. 188. 189. 343. 485. 767. 1953 p. 20. 115. 117. 217. 403. 404. 496. 598. 599. 600. 794. 796. 798. 1954 p. 134. 175. 372. 373. 486. 487. 695. 696. 810. 928. 929. 932. 933. 1955 p. 74. 264. 265. 266. 803. 823. 1002. 1956 p. 86. 384. 1958 p. 560. 657. 1959 p. 742. 1961 p. 508. 693. 874. 207/C2.

    EPI 1962 p. 943. 1963 p. 723. photo p. 724. 1965 p. 553.

    R. MEP n° 130 p. 18.

    Hir. 124. 182. 185.

    EC1 N°  32. 288. 298. 483. 484. 490. 640. 641. 696. 703.

    NS. 1P25. 27. 4P125. 11P344. 345. 20P187. 188. 58P329. 59P20. 60P46. 47. 112P306. 144P272.

     

     

    • Numéro : 3243
    • Pays : Inde
    • Année : 1923