Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Victor HOUERY (1833-1897)

[822]. HOUERY, Victor-Jean, né le 5 décembre 1833 dans la paroisse Saint-Clément, à Nantes (Loire-Inférieure), fit ses études classiques à la Psalette, demeura deux ans au grand séminaire de son diocèse, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 15 septembre 1860. Ordonné prêtre le 20 décembre 1862, il partit le 16 mars 1863 pour la mission du Kouang-tong et Kouang-si. Il débuta dans le district de Nam-hiong, passa en 1867 à Lok-tchong, eut ensuite la direction des chrétiens de Canton et de la procure de la mission.
Add this

    [822]. HOUERY, Victor-Jean, né le 5 décembre 1833 dans la paroisse Saint-Clément, à Nantes (Loire-Inférieure), fit ses études classiques à la Psalette, demeura deux ans au grand séminaire de son diocèse, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 15 septembre 1860. Ordonné prêtre le 20 décembre 1862, il partit le 16 mars 1863 pour la mission du Kouang-tong et Kouang-si. Il débuta dans le district de Nam-hiong, passa en 1867 à Lok-tchong, eut ensuite la direction des chrétiens de Canton et de la procure de la mission.

    En 1878, il fut envoyé à l’île de Wai-tchao, dans le golfe du Tonkin­ ; il y créa, en partie à ses frais, un village catholique où il resta quinze ans.

    M. Roque, riche Français établi au Tonkin, lui ayant sur ces entrefaites offert de donner à ses chrétiens de vastes terrains à défricher, il accepta. Malheureusement, aux chrétiens de l’île, qui ne lui suffisaient pas, Roque crut devoir adjoindre des païens. Parmi ces derniers, les pirates qui infestaient la région comptaient de nombreux amis. Ils conçurent le dessein de s’emparer du commerçant et de son frère pour en obtenir une forte rançon. Au jour dit, ils entraînèrent les deux victimes à travers les montagnes jusqu’à leurs repaires. La famille cherchant un intermédiaire pour traiter avec les pirates, Houery accepta, et après bien des difficultés réussit dans sa périlleuse mission.

    Il administra ensuite, pendant trois ans, le poste de Pak-hoï. À bout de forces, il se retira au sanatorium de Béthanie à Hong-kong. Il y mourut le 23 avril 1897.

    Notes bio-bibliographiques

    — C.-R., 1883, p. 34­ ; 1887, p. 120­ ; 1890, p. 94­ ; 1892, p. 144­ ; 1894, p. 164­ ; 1895, p. 174.

    — P. M. M., 1881, p. 135­ ; 1882, p. 265­ ; 1897-98, p. 88.

     

     

    • Numéro : 822
    • Pays : Chine
    • Année : 1863