Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Marius HEYRAUD (1904-1938)

[ 3407 ] HEYRAUD Marius, Hippolyte Missionnaire Lanlong --------------- Marius, Hippolyte HEYRAUD naquit le 6 novembre 1904, à Sainte Sigolène, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Une de ses soeurs devint carmélite à Lyon.
Add this

    Marius, Hippolyte HEYRAUD naquit le 6 novembre 1904, à Sainte Sigolène, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Une de ses soeurs devint carmélite à Lyon.

     

    Le 31 août 1922, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Il fut ordonné prêtre par Mgr. Deswazières le samedi 21 décembre 1929, et le jour de Noël 1929, il reçut de Mgr. de Guébriant sa destination pour le vicariat apostolique de Lanlong (Anlong) qu'il partit rejoindre le 28 avril 1930. Il s'embarqua à Marseille le vendredi 2 mai 1930.

     

    Arrivé à Yun-nan-fu, le 11 juin 1930, M. Heyraud se trouva bloqué dans cette ville, par suite de la mobilisation des troupes partant en guerre contre le Kouang-Si. Le 7 août 1930, il put enfin se mettre en route pour Lanlong. Guidé par M.Richard, il se joignit à un convoi escorté qui, presque au terme du voyage, tomba dans une embuscade tendue par des brigands; leur chef se montra bienveillant envers les deux "pères spirituels" qui parvinrent, sains et saufs, au centre de la mission, en septembre 1930.

     

    Arrivé à l'évêché, M.Heyraud se mit sans tarder à l'étude de la langue chinoise dans laquelle il fit de rapides progrès. En octobre 1931, à la fin de la retraite annuelle, il fut envoyé à Ta-Yen comme vicaire de M. Nénot. Il n'y séjourna pas longtemps, parce que les chaleurs lui étaient trop pénibles. En mars 1932, il alla étudier la langue "dioy" à Tché-chou, et malgré sa timidité naturelle arriva à la parler fort correctement. M. Nénot lui conseilla lors des visites des chrétientés, d'emporter avec lui son phonographe, et quelques médicaments. Ainsi une quinzaine de villages du Pan-si furent contactés.

     

    En 1934, le pays était terrorisé par des bandes de brigands, installés aux deux extrémités de son district. Une partie des habitants d'une vingtaine de villages se réfugia au Kouang-si ou dans les forêts. .La visite des chrétiens en souffrit. M. Heyraud effrayé d'avoir vu, un jour, M. Nénot mis en joue par des bandits afin d'obtenir l'objet de leurs désirs, à la moindre alerte partait se réfugier dans une cabane abandonnée, à 10 kms de sa résidence. Une épidémie de fièvre typhoïde frappa le district. Il assura tous les secours spirituels aux malades, et soigna jusqu'à leur guérison deux grands blessés des villages de Oui-Fong et Panouang, laissés pour morts sur la place d'un marché. Grâce à son dévouement, les habitants du village apostat de Yang-pa revinrent à de meilleurs sentiments.

     

    En 1935, pendant la semaine sainte, les armées "rouges" fortes de trente mille hommes environ, s'abattirent sur la mission de Lanlong, avec une rapidité déconcertante, ravageant et pillant tout sur leur passage. M. Heyraud tenta alors de passer au Kouang-si, mais il ne put passer le fleuve.

     

    Les brigands connurent les déplacements fréquents de M.Heyraud, et supposèrent qu'il devait cacher des trésors. Après la retraite des missionnaires à Lanlong, il était de retour dans son poste à Tche-chou, avec M. Nénot. Ce dernier appelé la veille en visite des malades, était absent. Le dimanche 22 septembre 1935, M.Heyraud se trouvait seul dans sa résidence, lorsqu'à l'aube, une soixantaine de brigands attaquèrent le village et la mission. Il n'eût que le temps de se cacher dans les bambous du jardin et deux heures après, il revint constater les dégâts assez importants. Dans la soirée, il partit à Ta-yen, et quelques temps après, alla se reposer au Kwang-si.

     

    A son retour à Tche-chou, il trouva sa résidence pillée. Il avait déjà perdu son cheval, lors du saccage de son poste de Tsé-heng. Il demanda son changement et en novembre 1935, Mgr. Carlo le nomma curé de Hin-jen, en remplacement de M. Huc et en attendant le retour de France de M.Cheilletz. Il commença par reprendre l'étude du chinois. Au printemps de 1936, les armées communistes ayant de nouveau envahi la mission, M. Heyraud  quitta sa résidence pour se réfugier exténué à Tchen-fong. La tourmente passée, il revint à Hin-jen, où profitant d'une tranquillité relative , il pût visiter les chrétientés de Palin où un mouvement de sympathie pour le christianisme se dessinait.

     

    Le nombre de réfugiés de guerre en provenance de régions envahies augmenta  au cours de l'année 1938. En juillet de la même année, une épidémie de choléra commença à se déclarer.  Après la retraite des missionnaires, en septembre 1938, M. Heyraud rejoignit son district. Le lendemain de son retour, des chrétiens de Palin vinrent le chercher pour visiter des malades. Il partit sous une grosse pluie, sans emporter des vêtements de rechange. Pendant trois jours, il s'occupa des malades, puis rentra chez lui. Malgré de sérieux malaises, dans les derniers jours de septembre 1938, il se rendit au chevet d'une chrétienne atteinte du choléra.

     

    Prévenu par télégramme à 13 h.30, le 2 octobre 1938, M.Huc se rendit à Hin-jen, en bicyclette auprès de M.Heyraud, chez qui il arriva vers 20 heures. Malgré tous les soins qui lui furent donnés, une crise grave survint, le 3 octobre, vers quatre heures du matin. Vers 16h30, M. Heyraud entra en agonie, et à 17 heures, le 3 octobre 1938, il rendit son âme à Dieu.

     

    Son cercueil fut déposé devant l'autel au milieu de son oratoire. La sépulture de ce premier missionnaire décédé dans ce poste eût lieu le jeudi 6 octobre 1938. Chrétiens et non chrétiens suivirent le cortège funèbre à travers les rues de la ville. M. Heyraud repose au milieu de ses fidèles, à 500 mètres de la porte Ouest de la ville, dans le vallon en deçà du hameau de Touanpo, près du sentier qui conduit à ce hameau, et non loin du coude que décrit  la route automobile Hin-jen Gan-lan.

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1930 p. 93. photo p. 132. 1931 p. 25 (art.). 1938 p. 277.

    CR 1930 p. 110. 249. 1931 p. 112. 1932 p. 125. 1934 p. 84. 1935 p. 87. 1938 p. 92. 236. 320. 1939 p. 22. 51. 1939 p. 227.

    BME 1930 p. 253. 266. 494. 510. 575. 661. photo p. 512. 1931 p. 371. 904. 1932 p. 130. 292. 374. 458. 1935 p. 124. 193. 271. 514. 594. 738. 885. 1936 p. 52. 124. 366. 387. 893. 1937 p. 724. 1938 p. 46. 336. 472. 539. 1939 p. 48sq. 565. 1941 p. 331. 332. 1948 p. 24.

    EC1 N°  193. 389.

    • Numéro : 3407
    • Pays : Chine
    • Année : 1930