Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie HERVAGAULT (1858-1936)

HERVAGAULT (Père Jean-Marie) 1858-1936 Missionnaire du Thibet Jean-Marie Martin Hervagault est né le 15 novembre 1858, à Erbrée, diocèse de Rennes, Ille et Vilaine. Après ses études primaires, il manifesta le désir daller au Séminaire-Collège de Saint Méen. La réthorique terminée, il entra aux Missions Etrangères le 15 avril 1881 et fut ordonné prêtre le 19 mai 1883. Il partit pour le côté indien du Thibet le 29 juin 1883. Il na jamais revu la France pendant ses cinquante-trois ans de Mission.
Add this

    Jean-Marie Martin Hervagault est né le 15 novembre 1858, à Erbrée, diocèse de Rennes, Ille et Vilaine. Après ses études primaires, il manifesta le désir d’aller au Séminaire-Collège de Saint Méen. La réthorique terminée, il entra aux Missions Etrangères le 15 avril 1881 et fut ordonné prêtre le 19 mai 1883. Il partit pour le côté indien du Thibet le 29 juin 1883. Il n’a jamais revu la France pendant ses cinquante-trois ans de Mission.

     

    Arrivé à Darjeeling dans les contreforts des Himalayas, il se reposa deux ou trois jours chez les Pères Capucins et prit la route de Pedong. Le 16 août, il fit son entrée dans la misérable hutte construite par le Père Desgodins, Provicaire de la Mission du Thibet et qui, ce jour-là, était occuper à lithographier des caractères thibétains. Ce premier contact de deux coeurs qui surent se comprendre, ne se refroidit jamais. Trente ans après, seule la mort du Père Desgodins brisa cette union réalisée lors de cette première entrevue.

     

    De 1884 à 1891, le Père Hervagault, passé maître en langue thibétaine, parcourut en tous sens la vallée de Pedong et ses environs. A part quelques baptêmes d’enfants moribonds, il n’eut guère de succès avec les adultes. Pendant huit années, il comprit que les Himalayas n’étaient pas un pays où il suffit au missionnaire de se présenter aux infidèles avec la croix en mains, pour faire des conversions en masse.

     

    Le 11 novembre 1891, il quitta son cher Pedong en compagnie de quelques familles chrétiennes, et alla planter sa tente au milieu de la forêt. En 1892, durant la saison des pluies, il dut abandonner sa tente pour se construire une hutte. Ce fut une hutte en planches, bâtie sur pilotis : 6 pieds de large sur 10 de long et à peine 5 de haut. Durant trois années, ce fut son presbytère, dénué de tout confort.

     

    Grâce à son zèle, la population chrétienne augmenta et il jeta alors les fondations d’une belle et grande église qui fut la première élevée dans ce petit coin des Himakayas. Elle fut livrée au culte le 29 juin 1894. Il appela ce village chrétien : Mariabasti.

     

    Il resta là quarante-cinq ans, se dépensant corps et âme au service de ses chrétiens. Son viatique, ses honoraires de messe, les dons reçus allaient aider ses endants adoptifs dans leur misère. Il ne se souciait guère de ses repas. On le vit, un soir, assis avec ses chrétiens auprès d’un grand feu, sur lequel cuisaient des pommes de terre. De temps en temps, il soulevait le couvercle de la marmite, et en retirait une qu’il mangeait. Il répéta ainsi ce même geste et son souper était terminé.

     

    On lui avait donné une statue de Notre-Dame de Lourdes. Il pensa alors la hisser au haut d’un rocher, proche de sa résidence. Après plusieurs semaines de travail, il réussit à creuser une niche dans le rocher pour y placer la statue. Il fit un sentier dans le ravin boisé jusqu’à la grotte, puis aplanit un terrain qui pouvait contenir environ deux cents personnes. Il convia ses paroissiens à la bénédiction de cette grotte. Personne ne manqua à l’appel.

     

    Le 19 mai 1933, eut lieu la célébration des noces sacerdotales de M. Hervagault et le cinquantenaire de la fondation du poste de Pedong. La cérémonie eut lieu à Mariabasti. Le vénéré jubilaire célébra la messe assisté de MM. Gratuze et Alazard. Le Préfet apostolique était présent, et lui annonça que le Saint-Père lui avait envoyé la bénédiction apostolique.

     

    Pendant les trois dernières années de sa vie, le Père Hervagault souffrit de ses jambes et, ne pouvant dire la messe, il reçut chaque jour la Sainte Communion. Il rendit son âme à Dieu le 23 mai 1936. Mgr Douanel vint présider les funérailles le 25 mai. Trois religieux de Saint Maurice en Valais, récemment installés à Pedong, vinrent à la sépulture. Le Père Hervagault fut le co-fondateur de la Mission du Thibet. Sa vie entière peut se résumer ainsi : il a donné aux pauvres tout ce qu’il possédait et il s’est donné lui-même.

     

     

    Références biographiques

     

    AME 93P743/94P234/10P276 277/19-20P656sq/33P70.71.74.288/36P283PH.190+/38P105PH

     

    CR 83P4.7.115/85P55/86P56.57/87P92.93/88P86/89P88/90P8O/92P108/93P124/94P135/95P143/96P124/97P102/98P107/01P106///02P122/03P108/04P120/08P103/09P109/13P384/15P69/17P53/18P38/24P47/25P58/29P225.227/30P240/31P264/32P293.295sq.302/33P244.2466/34P222.223/35P234/36P2200.234.309

     

    BME 24P112/25PPP168/29P392/33P722/36PP536+/107P146

     

    EC1 337+/107P146

     

     

     

     

    • Numéro : 1559
    • Pays : Chine
    • Année : 1883